Elian BARON

Ingénieur-Docteur - Expert Chaîne Cinématique - Renault Automobiles Guyancourt, France

  • Dans l’habitacle de véhicules équipés de moteurs à combustion interne, les transmissions latérales jouent un rôle majeur sur certaines prestations vibro-acoustique ressenties. Les leviers d’amélioration consistent à optimiser le dessin des arbres de liaison ou à installer un batteur sur ces derniers.

  • Article de bases documentaires : BR2770 (relu et validé)

    Logo doc&quiz ARTICLE INTERACTIF


    Phénomènes fondamentaux de l’acoustique des moteurs d’automobile

    Découvrez quelles sont les différentes sources de bruit dans un moteur automobile à combustion interne et quels sont les axes de recherche pour limiter ces émissions de bruit. 

  • De nombreuses études mécaniques nécessitent la connaissance des excitations temporelles de vilebrequin. Elles donnent lieu à des analyses d’acyclisme et de stabilité prenant en compte les efforts du piston sur la bielle, du maneton sur la bielle et de la chemise sur le piston.

  • L’accroissement des performances des moteurs thermiques contribue à augmenter les excitations torsionnelles engendrées. Des modélisations de comportement linéaire de la chaîne cinématique complète mettent en évidence les principaux modes de vibrations torsionnelles à l’origine des problèmes de bruit les plus fréquemment rencontrés.

  • Article de bases documentaires : BR2771 (relu et validé)

    Logo doc&quiz ARTICLE INTERACTIF


    Phénomènes fondamentaux des vibrations des moteurs d’automobile

    Une des sources de bruit dans une automobile est due aux vibrations du groupe moto-propulseur. Comment peut-on modéliser et limiter ces phénomènes vibratoires ?

  • Les transmissions latérales d’une automobile peuvent être la source de phénomènes acoustiques et vibratoires gênants pour les passagers. Citons le martèlement, le battement et le roucoulement, avec pour chacun une perception subjective et des conditions d’apparition.

  • Découvrez les notions principales établissant l’acyclisme dans les moteurs à 3 cylindres en ligne. Une comparaison avec les moteurs à 4 cylindres, ainsi qu'une modélisation de la bielle de type corps solide, permettent une étude détaillée du phénomène.

  • Intéressez-vous au comportement dynamique du moteur multicylindres avant d’analyser en détail le cas du moteur à 4 cylindres en ligne. L’acyclisme dépend de nombreux facteurs, notamment du nombre des cylindres du moteur, des intervalles de temps entre les allumages, mais aussi de la forme du vilebrequin.

  • L’acyclisme peut être défini comme la non-uniformité de rotation du vilebrequin pendant un cycle de fonctionnement. L’analyse de ce phénomène est devenue incontournable lors de la mise au point d’un moteur monocylindrique à quatre temps.

  • La transmission est un organe indispensable du groupe moto-propulseur thermique. Le marché mondial se répartit aujourd'hui à parts pratiquement égales entre transmissions manuelles (tous types) et transmissions automatiques (tous concepts). Cet article focalise sur trois types de transmissions: les boîtes manuelles, avec architectures diverses, à 5 ou 6 rapports, les boîtes manuelles automatisées conçues à partir de boîtes manuelles existantes, destinées à automatiser les niveaux entrée de gamme, les boîtes double-embrayage, le meilleur compromis rendement/adaptation/confort de passage. Elles utilisent des embrayages secs ou humides et des systèmes d'actionnement hydrauliques ou électro-hydrauliques, et différents types d'architectures visent à augmenter le nombre de rapports et l'ouverture.

  • Cet article décrit les boîtes automatiques à convertisseur et les boîtes à variation continue. Les boîtes automatiques à convertisseur font l'objet de progrès continus dictés par des niveaux de prestations toujours plus élevés. Les concepts de boîtes à variation continue sont nombreux. La présente étude se limite à la description de deux d'entre eux faisant ou ayant fait l'objet d'une fabrication en série: le variateur à courroie et le variateur toroïdal. Quelques éléments de comparaison des performances des principaux types de transmissions (boîte de vitesses manuelle, boîte de vitesses automatisée, boîte à double embrayage, boîte automatique à convertisseur et boîte à variation continue) sont également donnés, en focalisant sur le rendement et la consommation.

  • Dans le cadre du contrôle des émissions de CO2 , la question de la consommation du véhicule automobile et de ses émissions polluante est cruciale. Dans ce domaine, la boîte de vitesses et plus globalement toute la chaîne cinématique jouent un rôle majeur sur la consommation du véhicule. En effet, les rapports de démultiplication de la boîte de vitesses déterminent la consommation et les émissions polluantes. Par ailleurs, la boîte de vitesses, au travers de son rendement propre, ajoute une charge au moteur, ce qui dégrade le bilan consommation directement lié aux conditions de roulage.

  • La boîte de vitesses d’un moteur assure la complémentarité du moteur pour assurer la propulsion du véhicule. Après avoir introduit les notions de base concernant la dynamique longitudinale du véhicule, cet article montre comment la transmission confère au véhicule des performances spécifiques, que ce soit la vitesse de pointe, l’accélération ou la capacité de franchissement, ou des typages particuliers (sportif, confortable, économique…). La notion d’appariement boîte-véhicule est donc fondamentale, la boîte de vitesses permettant, pour une motorisation donnée, de profiter au juste nécessaire du potentiel dynamique du véhicule. Il ne faut pas oublier également les contraintes liées aux émissions polluantes et à la consommation.