Jean-Louis BOULANGER

Évaluateur-certificateur - Certifer (Anzin, France)

  • Les données statiques gérées par les systèmes ferroviaires sont constituées de données fixes, dites invariantes, décrivant la topologie de la ligne, et d’autres liées aux caractéristiques du train. Le traitement de ces données peut s’effectuer sur la base d'une application générique associée à un processus de paramétrage permettant d'obtenir une application spécifique. La norme CENELEC 50128:2011 permet de couvrir ces deux aspects.  L'objet de cet article est de présenter la problématique, les notions associées et les attendus de la préparation des données, au travers d'une analyse de la norme CENELEC 50128:2011.

  • Cet article présente le processus de qualification des outils tel qu'il est défini dans la version 2011 de la norme CENELEC EN 50128. La précédente version se focalisait sur la qualification des compilateurs, mais la nouvelle version prend en compte l'ensemble des outils mis en oeuvre pour la réalisation d'une application logicielle. La notion de qualification des outils est ainsi présentée et des exemples permettent d'expliciter le besoin.

  • Initialement, la sécurité des systèmes ferroviaires reposait sur la maîtrise de la signalisation. Avec des systèmes automatiques comme les métros, les logiciels participent à la maîtrise de la sécurité. La norme CENELEC EN 50128 dans sa version 2001 définit un contexte permettant la maîtrise de la sécurité des logiciels. Depuis cette version, l'utilisation du logiciel s’est étendue à l'ensemble d’autres parties : aide à la conduite, gestion des portes, gestion de la traction, gestion du paramétrage des capteurs, etc. Et il était nécessaire de prendre en compte les problématiques nouvelles telles que la maintenance et le déploiement.

  • Les systèmes mécatroniques sont de plus en plus complexes. Ils induisent par voie de conséquence de multiples défaillances. La sécurisation de ces systèmes vise à combattre ces erreurs et à tenter d'en limiter le risque. Cet article s'intéresse à l'aspect application logicielle, dont la sécurité passe par la maîtrise de la qualité. Sont présentées quelques techniques de programmation tolérante (redondance, détection d'ereurs ou programmation défensive). Les fautes sont souvent dues au caractère artisanal de la réalisation d'une application logicielle, et l'utilisation d'outils d'un environnement de développement ne retire pas au logiciel sa complexité intrinsèque.

  • Article de bases documentaires : BM8070
    Sécurisation des systèmes mécatroniques. Partie 1

    Cet article a pour objectif de présenter les principes de sécurisation pouvant être mis en oeuvre dans le cadre des systèmes mécatroniques, afin de réduire le risque de défaillance. Un système mécatronique est composé d'éléments de différentes natures : des composants mécaniques, électroniques et logiciels. Deux aspects particuliers sont abordés : les aspects "architecture matérielle" (composante électronique) et les aspects "application logicielle" (composante informatique). La sécurisation d'une architecture matérielle a été l'occasion de nombreux travaux, qui ont permis de définir différents mécanismes tels que la détection des défauts, la diversité, la redondance temporelle, la redondance du matériel, la redondance des données et la reprise.