Attention

Base Documentaire

Filière de production: produits d'origine animale

Filière de production: produits d'origine animale

Procédés technologiques de transformation et de conservation

REF: TIB432DUO

Cette base documentaire appartient au pack : Agroalimentaire
390 € HT Abonnement valable 1 an
Ajouter au panier
Besoin d'aide
ou d'informations ?

cliquez ici
Frais d'ouverture d'abonnement : 35,00 € HT
Frais de port et d'emballage : 7,50 € HT

Fromage fondu : physico-chimie du processus de fonte

Référence F6310 | Date de publication : 10 mars 2014 | Sébastien ROUSTEL

Télécharger un extrait de cette base doc

RESUME

 

Le fromage fondu est un produit obtenu par la fonte et l’émulsification, à l’aide de la chaleur, de fromage ou d’un mélange de fromages affinés ou non, additionné d’autres produits laitiers, tels des beurres et poudres de protéines laitières. Compte tenu de la diversité des ingrédients autorisés, les fromages fondus fabriqués peuvent ainsi présenter des caractéristiques gustatives et fonctionnelles extrêmement variées. En ce sens, le fromage fondu est un produit particulièrement intéressant au regard de la formulation et des procédés. Cet article dédié à la physico-chimie du processus de fonte aborde, après une brève présentation de l’univers des fromages fondus, les mécanismes physico-chimiques associés à la fonte des fromages et les facteurs régissant le processus en fonte et la qualité des produits finis.

INTRODUCTION

Source précieuse de protéines et éventuellement de matière grasse, le fromage a été l'un des premiers moyens de conservation du lait, matière première rapidement périssable. Cependant, la coagulation du lait et l'égouttage du caillé qui en découle n'offrent qu'une stabilité relative et variable selon les fromages qui restent des produits laitiers « vivants ». Ainsi, si la protéolyse et la lipolyse sont des phénomènes fondamentaux lors de l'affinage, cette activité enzymatique se poursuit même à basse température et conduit, au-delà d'un certain stade, à une altération du fromage. Afin de prolonger la durée de vie du fromage, plusieurs procédés ont été développés dont celui du fromage fondu.

Le fromage fondu, qui repose sur une technologie beaucoup plus récente (début des années 1900) que celle des fromages conventionnels, a permis une stabilisation bien plus poussée des nutriments laitiers, tout en conservant plus ou moins au produit fini l'aspect d'un fromage. Produit initialement destiné à la consommation directe, c'est encore aujourd'hui un type de fromage parfaitement adapté aux habitudes de consommation. Tartinable, en bloc, sous forme liquide, solide, en poudre... de saveur douce, c'est un aliment énergétique riche en protéines et en minéraux ; il est digeste, d'une grande sécurité microbiologique et, de surcroît, il peut se conserver à température ambiante selon les technologies mises en œuvre tout en offrant une grande praticité pour son utilisation. Néanmoins, sa consommation directe reste marginale dans un pays à forte tradition fromagère comme la France (environ 1,2 à 1,3 kg par habitant et par an). C'est ce qui explique que près de la moitié de la production française de fromages fondus soit exportée (47 %). Depuis quelques années, le créneau à fort potentiel de développement est représenté par la consommation indirecte, c'est-à-dire les fromages incorporés aux préparations culinaires industrielles tels que les gratins, les lasagnes, les pizzas et autres. C'est un terrain de prédilection pour l'expression des techniques de fonte qui permettent de modifier le comportement des protéines laitières à la chaleur. En effet, si les fromages traditionnels ne sont pas toujours parfaitement adaptés à une refonte, c'est parce qu'ils n'ont pas été conçus pour cela au départ. Avec les techniques de fonte, on peut gérer au mieux les fonctionnalités du fromage en termes d'aptitude à la refonte, de pouvoir nappant, filant, etc., tout en optimisant les prix de revient. C'est ainsi que sont apparus les analogues qui, de par les ingrédients qu'ils incorporent, n'ont pas droit à l'appellation de fromage, mais utilisent largement les techniques de fonte.

Cet article dédié à la physico-chimie du processus de fonte aborde, après une brève présentation de l'univers des fromages fondus, les mécanismes physico-chimiques associés à la fonte des fromages et les facteurs régissant le processus en fonte et la qualité des produits finis.

Historique des fromages de longue conservation

Hormis les fromages frais, la quasi-totalité des fromages n'est consommée qu'après un certain degré d'affinage particulièrement apprécié du consommateur. Les mécanismes de transformation des constituants du caillé, et notamment les processus d'hydrolyse se poursuivent dans le temps. Cette évolution entraîne par conséquent des difficultés :

  • d'entreposage prolongé en vue de la constitution de réserves ;

  • de stockage d'excédents ;

  • d'exportation de fromages vers des pays chauds.

Avec l'expansion de l'industrie laitière à la fin du XIXe siècle et compte tenu de ces problèmes, les pays producteurs de fromages se sont intéressés, pour des raisons économiques, à la tâche de conservation des protéines laitières. Pour atteindre cet objectif, deux orientations ont été envisagées :

  • l'amélioration des différentes sortes de fromages afin de leur assurer une meilleure conservation ;

  • la mise au point d'une nourriture protéinée d'un type nouveau, stable et de grande valeur nutritionnelle.

Les premières tentatives de stabilisation thermique des fromages ont été réalisées autour de 1890 en Allemagne, où trois sociétés ont appliqué le procédé d'appertisation de fromages à pâte molle. Ces fromages de type camembert en boîtes de conserve furent l'objet à l'époque d'exportations massives Outre-Mer. Quelque temps après aux Pays-Bas, ce procédé était étendu à des fromages à pâte pressée non cuite (brevet déposé le 18 mars 1899), ce qui permit d'exporter plus d'un million de boîtes de 300 g à partir de 1900.

Parallèlement, on travaillait en Suisse à la stabilisation de fromages à pâte dure, mais en vain, en raison notamment du caractère particulier de ces matières premières relativement riches en calcium et pauvres en protéines, dégradées par la protéolyse. Compte tenu de l'origine suisse de la fondue aux fromages, il y a tout lieu de penser que c'est à partir de l'observation et de la compréhension des mécanismes qui président à l'élaboration de cette préparation culinaire que le fromage fondu a été mis au point.

Plusieurs brevets ont été publiés entre 1894 et 1900, notamment en Allemagne, laissant peu à peu percer le principe fondamental de la solubilisation des protéines après un échange d'ions à chaud en phase aqueuse.

Cependant, c'est à deux industriels suisses, W. Gerber et F. Stettler, que fut attribuée en 1911 la paternité de la fabrication industrielle du fromage fondu à Thun (canton de Berne), à partir de citrate de sodium et d'emmental.

Téléchargez gratuitement
un extrait de cette base doc

Télécharger l'extrait
Filière de production: produits d'origine animale

Extrait gratuit

Commandez l'ouvrage et accédez à
l'intégralité de cette base

Vous désirez accéder au contenu de la base documentaire suivante :

Filière de production: produits d'origine animale
Filière de production: produits d'origine animale
REF: TIB432DUO
Ajouter au panier

SI VOUS ÊTES ABONNÉ CONNECTEZ-VOUS



Découvrez les services associés à cette base documentaire

Pour exploiter au mieux les ressources et fonctionnalités de techniques-ingenieur.fr, améliorer la pertinence de vos résultats de recherche.

En savoir plus

Posez des questions techniques, scientifiques, réglementaires, juridiques ou encore économiques aux plus grands spécialistes des domaines couverts par vos bases documentaires.

En savoir plus

En complément des ressources incluses dans votre abonnement, approfondissez vos recherches en découvrant les autres publications également disponibles sur internet.

En savoir plus

Au-delà des ressources documentaires, faites appel à Techniques de l'Ingénieur pour vous accompagner dans vos projets ! Bénéficiez de notre réseau d'experts pour vos actions de formation, vos missions d'expertise et de conseil.

Pour aborder un nouveau sujet de R&D, construire votre réseau, identifier les collaborateurs dont vous avez besoin et accéder à des équipements spécifiques, découvrez l'Annuaire des laboratoires et centres de recherche.

En savoir plus

Incluse dans votre offre : l'application iPad des Techniques de l'Ingénieur vous permet d'accéder à l'intégralité de votre abonnement en usage offline.

En savoir plus

Dans le cadre d'un abonnement à un pack, vous bénéficiez d'un crédit de 5 articles supplémentaires à choisir parmi les bases documentaires auxquelles vous n'êtes pas abonné.

En savoir plus

  • Le traducteur des termes techniques
  • 4 langues sur plus de 60 000 termes scientifiques et techniques

En savoir plus

Faites traduire (sur devis) dans la langue de votre choix des articles, extraits ou résumés d'articles de la collection Techniques de l'Ingénieur.

En savoir plus

Ingénieur ou futur ingénieur ? Recruteur à la recherche de ressources, de stagiaires ? Accédez à l'immense plateforme Réseau et Emploi des Techniques de l'Ingénieur.

En savoir plus

Pour une vision globale et quotidienne de l'actualité et des innovations technologiques, les éditions Techniques de l'Ingénieur mettent à votre disposition un service de Veille & Actualités.

En savoir plus

Reculer

Ressources documentaires

Consultez la plus importante
collection documentaire technique
et scientifique pour les ingénieurs.

Formation

Découvrez nos formations
pour vous accompagner dans
vos projets.

Conseil et intra

Bénéficiez de notre réseau d'experts :
formations sur-mesure,
missions de conseil en ingénierie.