Appareil de levage et de manutention - Glossaire | Techniques de l'Ingénieur
#

Appareil de levage et de manutention

Appareil de levage et de manutention dans l'actualité

Toute l'actualité


Appareil de levage et de manutention dans les livres blancs


Appareil de levage et de manutention dans les conférences en ligne


Appareil de levage et de manutention dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 févr. 2017
  • |
  • Réf : C2518

Les poutres de roulement de ponts roulants

L’article concerne la conception et le calcul de poutres de roulement de ponts roulants. Les différents types de ponts sont rappelés, leurs mouvements, leurs paramètres de fonctionnement et les critères de choix liés à leur environnement et leur utilisation. Un catalogue des solutions pour concevoir une poutre de roulement, ainsi que ses supports et accessoires est également proposé chaque solution relevant d’un domaine d’application spécifique. Enfin, un triple calcul est expliqué :- détermination des sollicitations dues aux charges roulantes- vérifications des sections en résistance, aux instabilités et en déformations- calcul à la fatigue pour un nombre de cycles de manutention.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mai 2021
  • |
  • Réf : C2571

Poutres monorails pour chariots-palans

Dans les bâtiments industriels ou de production, il est couramment fait appel à des moyens de levage permettant le déplacement des charges ou l'entretien de l'outil de production. On distingue les ponts roulants posés ou suspendus qui circulent sur des voies de roulement parallèles et les monorails qui circulent sur une poutre unique. Cet article traite des derniers cités. Après avoir précisé l'objet de l'article au travers de définitions et d'exemples, l'article fait un bilan des actions induites. Il se penche ensuite sur les principes de conception des poutres monorails, en insistant sur certains détails spécifiques. Enfin, il aborde la justification par le calcul de ces poutres, avec une attention particulière portée à l'évaluation des contraintes locales et les critères de vérification qui leurs sont associés.

  • ARTICLE INTERACTIF
  • |
  • 10 août 2021
  • |
  • Réf : TBA713

Caractéristiques des grues à tour

Une grue à tour est un appareil de levage et de manutention utilisé principalement sur les chantiers pour la construction d’infrastructures, de bâtiments, ou d’ouvrages d’art. Elle est également utilisée sur les chantiers navals. Les familles utilisées sont les grues à montage par éléments (GME) avec flèche et contre-flèche, parmi lesquelles les grues à tirants (ou à haubans), les grues sans tirants ( topless ), les grues à flèche relevable, (pour une surface d’utilisation faible), les grues à montage automatisé (GMA) parmi lesquelles les grues à montage rapide (GMR) de faible capacité, sans hauteur variable, et les grues à tour à montage rapide (GTMR), de plus fortes capacités. Les principales caractéristiques sont : la courbe de charge : la charge maximum que peut lever la grue liée à la portée de la flèche, ainsi que la charge maximum pouvant être portée en bout de flèche ; les caractéristiques physiques et dimensionnelles : longueur de la flèche, hauteur sous crochet (avec ou sans ancrages), la base, ses dimensions, son type de fixation châssis ou pieds de scellement, la translation sur une voie de roulement ; la taille des GME, qui est fonction du nombre d’éléments de mat assemblés ; pour les GMA, le montage se faisant par dépliement, la taille est fixée. Dans le cas de l’assemblage, celui-ci peut se faire par emboîtement ou par cage de télescopage. Les grues sont toutes lestées à la base (sauf tronçon scellé) par lest en béton ou métal ou par lest sur le porteur. Sur les GME, un lest (le contrepoids) fonction de la flèche se trouve sur la contre-flèche. Sur une grue à montage automatisé, un lest dont la valeur est invariable est disposé sur la partie tournante. Une grue à tour est un engin fragile ; tout montage doit être déclaré en mairie ou en préfecture. Une réglementation importante lui est dédiée : directive européenne, réglementation nationale. De nombreux risques existent, notamment lié au vent causant des renversements. La sécurité est assurée par de nombreux éléments, dont un anémomètre. Les grues doivent être montées, puis vérifiées par une personne qualifiée (arrêté du 1 er mars 2004). N’est pas grutier qui veut : il faut avoir satisfait à un certificat de formation non permanent (CACES), être spécialement suivi médicalement, et avoir de la part de l’employeur une autorisation de conduite, non permanente également. Les grues à tour sont des matériels dont on ne peut actuellement se passer.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 27 avr. 2011
  • |
  • Réf : 0028

Élaborer sa notice d'hygiène et de sécurité (NHS)

Un dossier de demande d’autorisation d’exploiter (DAE) se compose de quatre parties dont la dernière est la notice d’hygiène et de sécurité (NHS). Ce chapitre traite spécifiquement des questions relatives à l’hygiène et aux risques encourus par les travailleurs en précisant les dispositions prises pour assurer leur sécurité conformément au Code du travail.

En tant qu’exploitant, êtes-vous exonéré des prescriptions du Code du travail ?

180 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations relatives aux installations classées pour la protection de l'environnement

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 16 avr. 2014
  • |
  • Réf : 0186

Étude des dangers : identifier les risques d’origine interne

L’ED étudie le fonctionnement d’une installation (comportant des activités) en prenant en considération les risques de défaillance, qu’ils soient d’origine interne ou externe. L’objectif en est la gestion des risques.

L’élaboration d’une étude de dangers conduit à inventorier :

  • les substances ou préparations dangereuses éventuellement utilisées (que ce soit au stade des matières premières ou des produits finis) ;
  • les équipements dangereux (enchaînements de matériels industriels complexes, appareillages sous pression, thermogénérateurs, silos, etc.) ;
  • et les opérations et/ou situations dangereuses (surplomb de zones habitées, mise à jour des nappes phréatiques, zone en PPRT ou PPRN, présence de zones ATEX, présence d’ICPE AS, etc.).

Cet inventaire s’intéresse donc au recensement et à l’évaluation des caractéristiques de la zone d’implantation d’un site d’exploitation (vulnérabilité de l’environnement, configuration du site, etc.), associées aux produits et équipements du site en lui-même, pouvant présenter un danger lors de son fonctionnement.

Cette fiche s’applique à la détermination des principaux événements initiateurs de dangers, existants ou potentiels, présentés par les installations et activités (mettant en œuvre des produits) présentes sur un site industriel, et dont il faut définir les origines.

Le risque lié à ces événements initiateurs de dangers et leurs impacts potentiels sur leur environnement sont à évaluer dans l’étude de dangers au niveau de l’analyse des risques.

180 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations relatives aux installations classées pour la protection de l'environnement

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 03 sept. 2015
  • |
  • Réf : 1484

Le plan de prévention : outil pour gérer les risques liés à la sous-traitance

La gestion des sous-traitants fait partie intégrante de la politique santé/sécurité d’une entreprise. Cette fiche vous permettra de mieux comprendre la réglementation liée à l’intervention des sous-traitants, en répondant notamment aux questions suivantes :

  • dans quel cas le plan de prévention est-il obligatoire ?
  • comment doit-on établir un plan de prévention ?

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !