#

Équipement thermique

Équipement thermique dans les livres blancs


Équipement thermique dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mars 2022
  • |
  • Réf : BE9850

Calorifugeage

Le calorifugeage consiste, par définition, à isoler les équipements des installations industrielles ou du bâtiment, afin d’éviter les pertes de chaleur. Cela permet, entre autres, de protéger ces installations contre les perturbations extérieures telles que le gel, la condensation ou le givre, mais aussi de conserver l'énergie thermique et en conséquence de limiter les rejets des gaz à effet de serre. Après la description des principes thermiques et des phénomènes physiques, cet article détaille les méthodes pour réaliser efficacement le calorifugeage d'équipements. Sont également présentés les différents matériaux isolants et des exemples de calculs.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2023
  • |
  • Réf : TBA2605
  • ARTICLE INTERACTIF
  • |
  • 10 mars 2024
  • |
  • Réf : TBA2655

Le chauffe-eau solaire

Cet article traite de la production d’eau chaude grâce à l’énergie solaire. On y retrouvera les différents intérêts de ce mode de production d’énergie dans le contexte actuel, ainsi que la description des différents types de dispositifs existants sur le marché.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 juin 2024
  • |
  • Réf : 1793

Limiter les infiltrations d’air dans les bâtiments (aspects réglementaires)

Dans un premier temps, la réglementation thermique de 2005 avait introduit la notion d’étanchéité à l’air, tandis que le label BBC-Effinergie l’a confortée en imposant des mesures pratiques. Ensuite, les réglementations RT2012/RE2020 ont généralisé cette obligation d’étanchéité à l’air, la considérant au même titre que les ratios de consommation annuelle en kWhep/m². Ces mesures visent à accélérer la transition vers des bâtiments de plus en plus économes en énergie.

Afin d’assurer un bon niveau d’étanchéité à l’air pour un bâtiment, il faut être capable de maîtriser les flux d’air qui circulent à travers des orifices volontaires (bouches de ventilation et entrées d’air) et limiter les flux incontrôlés, qui peuvent être sources de pathologies, d’inconfort, et de gaspillage d’énergie.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 nov. 2023
  • |
  • Réf : 1814

Se raccorder à un réseau de chauffage ou de froid urbain

Utilisé pour chauffer de grands bâtiments en copropriété ou tertiaires, un réseau de chaleur et de froid est un réseau de distribution de l’énergie, produite de façon centralisée, à plusieurs usagers pour le chauffage des bâtiments. Les sources d’alimentation en énergies de ces réseaux peuvent être renouvelables et de récupération (EnR&R) et permettent de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, de façon locale et intégrée à un territoire. Les réseaux permettent de centraliser la production de chaleur ou de froid et de limiter les risques de sécurité qui lui sont liés, ainsi que de réduire les impacts environnementaux.

En France, on compte plus de 500 réseaux de chaleur desservant environ 6 % de la production nationale de chaleur, soit 2 millions de personnes (hôpitaux, lotissements, grands bâtiments en copropriété ou tertiaires…) sur l’ensemble du territoire (réseaux ruraux et urbains).

Chaque réseau est constitué d’un circuit de distribution primaire (public) qui transporte la chaleur depuis l’unité de production jusqu’aux sous-stations d’échanges. Ces dernières assurent l’alimentation en chauffage des bâtiments par un réseau de distribution secondaire (privé : circuits de chauffage et eau chaude).

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 nov. 2023
  • |
  • Réf : 1815

Appliquer le décret BACS aux bâtiments tertiaires et industriels

La mise en place du décret BACS (Building Automation & Control Systems) vise à accompagner le décret tertiaire. Ce dernier a pour objectif une réduction drastique des consommations d’énergie à échéance 2030. Le décret BACS impose de mettre en place un système d’automatisation et de contrôle des bâtiments, d’ici au 1er janvier 2025 ; il concerne tous les bâtiments tertiaires non résidentiels pour lesquels le système de chauffage ou de climatisation, combiné ou non à un système de ventilation, a une puissance nominale supérieure à 290 kW. Pour les installations d’une puissance nominale supérieure à 70 kW, cette exigence devra être respectée d’ici au 1er janvier 2027.

Pour cela, le décret BACS impose pour les bâtiments tertiaires de :

  • suivre, enregistrer et analyser les données de consommation énergétique ;
  • ajuster en temps réel la consommation des systèmes techniques en fonction des besoins ;
  • détecter et alerter les responsables d’exploitation des potentielles dérives de consommation, en amont des défauts de fonctionnement, afin d’éviter une surconsommation et des coûts de maintenance supplémentaires.

Le décret BACS concerne tous les propriétaires des systèmes techniques présents dans un bâtiment tertiaire non résidentiel, neuf ou existant, si les équipements ont une puissance nominale supérieure à 290 kW (2025) ou 70 kW (2027). Ces systèmes comprennent tout équipement technique : chauffage, refroidissement, ventilation, production d’eau chaude sanitaire, éclairage, production d’électricité sur le site considéré, automatisation et contrôle des bâtiments.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !