#

Mouillage : définition et propriétés

Opération qui vise à mettre en contact un solide avec un liquide et à rendre le solide mouillant, dans le but ensuite de permettre à la particule de s'enfoncer dans le liquide, puis de se désagréger, et enfin de se dissoudre dans le liquide. La tendance à mouiller est déterminée par l'équilibre entre les forces de cohésion au sein du liquide et les forces d'adhésion qui opèrent entre le solide et les autres phases. Ce phénomène est souvent caractérisé par l'angle de contact liquide-solide. Dans le cas d'un mouillage total, (coefficient d'étalement S > 0), l'angle de contact est nul et le liquide s'étale pour former un film. Dans le cas inverse, le mouillage partiel, (coefficient d'étalement S < 0), le liquide se rétracte et forme une goutte. Dans le cas d'un mouillage nul, l'angle de contact est alors supérieur à 150 degrés, à l'instar d'une goutte d'eau qui ne s'étale pas du tout sur une feuille de lotus, ou encore d'une goutte d'eau déposée sur une plaque métallique à haute température (caléfaction), qui se déplace à grande vitesse sans contact avec la plaque, peu à peu l'eau de la goutte se transformant en vapeur.

Mouillage dans l'actualité

Toute l'actualité


Mouillage dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 août 2022
  • |
  • Réf : BM7748

Brasage

Le brasage est un procédé d’assemblage métallurgique permettant d’allier des matériaux métalliques ou non, tels que des céramiques, par l’intermédiaire d’un alliage d’apport possédant une température de fusion inférieure aux matériaux de base. La connaissance des phénomènes physiques qui régissent le brasage permet d’aboutir à des jonctions répondant aux exigences de chaque application industriel...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2017
  • |
  • Réf : M1690

Mouillabilité des surfaces superhydrophobes et superoléophobes

Les surfaces superhydrophobes et superoléophobes sont le plus souvent qualifiées de la sorte par rapport au comportement d’une goutte posée. Cette approche n’est cependant pas représentative d’un grand nombre d’applications pour lesquelles il est nécessaire de connaître la stabilité de ces états non mouillants dans des conditions que la technique de la goutte posée ne permet pas de simuler. Cet a...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2017
  • |
  • Réf : M67

Tension superficielle des métaux liquides et capillarité

Cet article définit la tension de surface ? d’un liquide et précise son origine physique à l’aide d’un modèle atomistique. L’influence de la tension de surface des métaux liquides sur différents phénomènes capillaires (mouillage, infiltration, convection Marangoni) est mise en évidence. Les principales méthodes de mesure de ? des métaux sont brièvement décrites et comparées. Les valeurs sélection...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 22 avr. 2020
  • |
  • Réf : 1236

La sûreté en transport de matières dangereuses : mesures générales et mesures spécifiques

Cette fiche vous permettra de comprendre l’importance de la sûreté dans le transport des marchandises dangereuses, et ses implications pour les différents intervenants.

  • Quelles mesures générales et spécifiques de sûreté doivent-elles être mises en œuvre pour limiter la malveillance ?
  • Qui sont les intervenants concernés ?

100 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations liés aux produits ou substances chimiques : santé et sécurité, usages, scénario d’exposition, autorisations, restrictions, étiquetage…

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 24 sept. 2014
  • |
  • Réf : 1368

Le phénomène de BLEVE

Dans le cadre des études de dangers (EDD), le phénomène de BLEVE constitue généralement un accident majeur dont les effets sont dimensionnants pour la maîtrise de l’urbanisation. Suite à de tragiques accidents comme celui de Feyzin (1966 – France) ou encore à San Juanico, proche de Mexico (1984 – Mexique), les industriels ont su tirer profit de l’accidentologie pour mettre en œuvre des mesures de maîtrise des risques (MMR) adaptées afin de prévenir ce phénomène. En revanche, pour s’assurer de la pertinence des MMR en place sur un site, il est impératif de :

  • comprendre la physique du phénomène ;
  • connaître les principales causes susceptibles de mener à ce phénomène ;
  • connaître les MMR classiquement mises en œuvre pour prévenir ce phénomène.

Par ailleurs, pour estimer les effets associés à un BLEVE de gaz liquéfié inflammable, il s’avère nécessaire de connaître les modèles recommandés par l’Administration.

180 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations relatives aux installations classées pour la protection de l'environnement


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !