#

Procédés anaérobies

Procédés anaérobies dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 févr. 2018
  • |
  • Réf : BIO3351

Production de biohydrogène

Le présent article passe en revue les principes et les performances actuelles des procédés de production d'hydrogène par la voie microbiologique dite "sombre". Les techniques de conduite et de caractérisation de fermentation impliquant des cultures complexes sont plus particulièrement détaillées. Les dernières avancées de la recherche ainsi que les réalisations actuelles en termes de dé...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 août 2009
  • |
  • Réf : G1305

Traitements biologiques anaérobies des effluents industriels

  ) est un procédé à courant ascendant dans un lit de boues anaérobies, encore connu sous la dénomination... aux autres procédés. Biogaz « énergie cinétique » Habituellement, le biogaz produit par la biomasse anaérobie... Longtemps délaissée par les industriels français, la technologie d’épuration biologique anaérobie... , technologie d'épuration biologique anaérobie des effluents, a rencontré beaucoup de difficultés...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • ARTICLE INTERACTIF
  • |
  • 10 nov. 2017
  • |
  • Réf : J3943

Traitement anaérobie des effluents industriels liquides

anaérobie. La part d’azote assimilé par les micro-organismes est beaucoup plus faible que dans les procédés... -chimiques qui affectent le procédé de digestion anaérobie sont le pH, la température et le potentiel d... . Le procédé est en fait la synthèse d’un réacteur anaérobie et d’un clarificateur. Le procédé à lit de boues... anaérobie. Il peut également être utilisé avec d’autres procédés en prenant garde de diminuer la charge...

Les bases documentaires des Techniques de l'Ingénieur couvrent tous les grands domaines de l'ingénierie. Lancez votre recherche, affinez-là, obtenez vos réponses !

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 07 déc. 2011
  • |
  • Réf : 0586

Appliquer la maîtrise statistique des procédés (MSP)

Vous mettez en œuvre un procédé de fabrication pour élaborer un produit dont les caractéristiques mesurées varient de manière aléatoire en fonction des variations aléatoires des paramètres du procédé. La maîtrise statistique des procédés, MSP, autorise une détection précoce des déviations du procédé avant qu’elles n’aient pu affecter la qualité du produit.

Les bénéfices de la méthode MSP sont :

  • d’aider à différencier les variations « normales » aléatoires du procédé de celles dues à une cause assignable (un déréglage d’un des paramètres opératoires). Cela permet ainsi de n’appliquer une correction que quand cela est nécessaire, et ainsi contribue à stabiliser le procédé et à réduire la variabilité du produit ;
  • de permettre une correction des paramètres opératoires avant que la qualité du produit ne soit affectée et ainsi de réduire les coûts de non-qualité ;
  • de permettre aux opérateurs de mieux « visualiser » la qualité du produit et de savoir quand agir. La responsabilité et l’autonomie des opérateurs peuvent ainsi être améliorées tout en stabilisant mieux la qualité du produit.

Amélioration des performances, Certification ISO 9001, Management intégré...

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 16 juin 2015
  • |
  • Réf : 0588

Fiabiliser un procédé

Un procédé fiable peut être assimilé à un procédé dont nous pouvons prédire le comportement et ainsi disposer de levier pour agir et influencer ses résultats. A contrario, et c’est ce que nous voulons éviter, un processus réputé non fiable ne permet pas d’en prédire son comportement, car il est sensible aux aléas, dérives et autres « événements indésirables » ; tous ces éléments vont in fine le faire varier et en impacter la donnée de sortie ou son résultat.

Amélioration des performances, Certification ISO 9001, Management intégré...

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 27 avr. 2012
  • |
  • Réf : 0827

Optimiser les procédés afin d’atteindre rapidement le niveau de qualité et de rentabilité maximum

Vous venez de lancer une production d’objet ou de produit. Cette filière industrielle doit se trouver pérennisée pour une période assez longue.

Vous vous demandez, fort légitimement, si cette fabrication est réglée au maximum de sa capacité en termes de qualité (agrémentée d’un soupçon de coefficient rectificatif de robustesse) et de rentabilité économique.

Vous courez donc trois risques essentiels :

  • Ne pas vous situer au meilleur niveau de qualité : c’est là une possibilité de vous faire doubler par un concurrent dans le domaine ; même si votre niveau de qualité est suffisant, une optimisation vous permettra de « faire la course en tête » ; autrement dit, vous évitera de voir une concurrence apparaître, tout au moins, sur le plan de la qualité.
  • Manquer de robustesse dans le procédé : c’est le risque d’avoir vos paramètres réglés à un niveau tel que vous ne puissiez absorber des fluctuations inhérentes à une application industrielle ; cela débouche souvent sur une qualité fluctuante et donc un double risque : se faire déplacer par un concurrent plus stable dans ses productions ou des rebuts ou déclassés importants.
  • Le risque peut aussi être financier, si vous n’avez pas su optimiser les coûts, mais peut devenir capacitaire, c'est-à-dire qu’à partir d’un certain ratio de produits rebutés, vos installations ne seront plus en mesure de produire suffisamment d’objets ou de produits acceptables par le client.

Un outil incontournable pour comprendre, agir et choisir- Nouveauté !


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !