Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Recyclage chimique des plastiques : une filière mondiale en phase de test

Posté le par Arnaud Moign dans Matériaux, Biotech & chimie

L’année dernière, nous vous présentions un rapport de POLYVIA concernant l’état des lieux des initiatives industrielles en matière de recyclage chimique des plastiques pour l’année 2020. Selon le nouveau rapport paru récemment, si la filière mondiale du recyclage chimique est toujours en phase de test, le potentiel d’investissement est fort, en particulier en Europe.

Le cabinet de consulting ecoprog recensait plus de 90 projets de recyclage chimique des polymères dans le monde en 2021. En revanche, sur la vingtaine de sites ayant démarré une activité, peu ont atteint l’échelle commerciale.

La nouvelle édition du rapport de Polyvia, intitulée Recyclage chimique : Où en sommes-nous ? Retour sur les annonces de 2021, répertorie de nombreux projets récents, principalement en Europe, aux États-Unis et en Asie.

En voici quelques-uns, sélectionnés parmi des dizaines d’autres. Pour avoir une vision d’ensemble, nous vous invitons à lire le rapport complet.

L’Europe et les États-Unis en tête

En 2021, l’Allemagne semble être le pays le plus impliqué dans le recyclage chimique des plastiques :

  • L’entreprise SABIC a démarré en 2021 la production de sa gamme de polymères issus du recyclage chimique.
  • Covestro AG a développé un procédé de recyclage chimique des mousses de PU flexibles issues des matelas usagés. Une unité pilote a déjà été installée.
  • Biofabrik et ENESPA AG ont annoncé que « la plus grande usine de recyclage chimique au monde » sera créée à Dresde. Une première unité de pyrolyse a démarré en 2021 et de nouvelles installations devraient voir le jour.
  • LyondellBasell a démarré la production commerciale de PE et de PP à partir d’éthylène et de propylène issus du recyclage chimique de déchets plastiques.

La pyrolyse a le vent en poupe

Le procédé de pyrolyse semble particulièrement intéresser les entreprises, surtout en Europe.

Dow a ainsi annoncé des investissements significatifs concernant la pyrolyse, en Europe et aux États-Unis, afin de proposer, dès 2022, des polymères issus du recyclage chimique. Si les types de déchets concernés ne sont pas encore confirmés, il semblerait qu’il s’agisse de déchets mélangés constitués à 90 % de polyoléfines, au minimum.

Toujours concernant la pyrolyse, le groupe pétrolier Shell prévoit le démarrage d’un site de recyclage chimique capable de convertir 60 000 tonnes de déchets par an. Celui-ci sera implanté en 2022 à Rotterdam. Un autre site d’une capacité de 350 000 tonnes sera lancé en 2024.

6 nouveaux projets annoncés en France

La France devrait accueillir deux projets d’envergure, dont la plus grande usine de recyclage chimique du monde. En effet Eastman et Loop Industries viennent d’annoncer en janvier 2022 leur intention d’installer en France deux usines géantes de recyclage chimique. La première usine traitera des déchets d’emballage et la seconde convertira des textiles en PET.

Par ailleurs, en France, plusieurs nouveaux projets sont en cours ou ont été annoncés en 2021.

  • La start-up française Polyloop a développé un procédé de recyclage des PVC composites souples par dissolution sélective et précipitation et l’a adapté au recyclage de masques respiratoires non contaminés.
  • La société britannique Plastic Energy (évoqué dans l’article sur le précédent rapport) et le français Axens ont récemment signé un accord de collaboration stratégique, afin de commercialiser une technologie de pyrolyse par conversion thermale anaérobique (TAC).
  • Plastic Energy et ExxonMobil collaborent dans le cadre d’un projet de recyclage avancé en France. Il s’agit d’un des plus grands projets européens de conversion des déchets plastiques postconsommation.
  • Dow Polyurethane et H&S Anlagentechnik construiront une unité de recyclage chimique des mousses de matelas PU sur le site d’Orrion Chemicals Orgaform, près d’Orléans.
  • Un projet de purification d’huiles de pyrolyse est en cours de développement par Repsol, Axens et L’IFPEN (procédé Rewind Mix).
  • La société française Carbios, spécialisée dans le recyclage enzymatique du PET, vient de signer un accord avec Equipolymers afin d’implanter une unité de recyclage de PET sur son site de Schkopau, en Allemagne.
  • Un projet de site de recyclage de pneus a été lancé par Michelin. Le contrat a été remporté par McDermott International.
Pour aller plus loin

Posté le par Arnaud Moign


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !