Logo ETI Quitter la lecture facile
Best-of-des-IG-Nobels-de-psychologie

En ce moment

Best of des IG Nobels… en vrac

Posté le par La rédaction dans Insolite

Les Ig Nobel viennent récompenser chaque année depuis près d'un quart de siècle les découvertes scientifiques les plus inutiles ou les plus absurdes. Tour d'horizon très complet du meilleur de ces 24 dernières années. Voici donc le best of des IG Nobels... en vrac !

La cérémonie des Ig Nobel vient chaque année bousculer avec beaucoup d’humour la très conventionnelle et poussiéreuse saison des Nobel, en mettant sur le devant de la scène les découvertes scientifiques les plus absurdes, les plus décalées, voire les plus nuisibles d’entre elles. La cuvée 2014 – dont nous vous avons parlé ici – fut un excellent cru, et nous encourage à nous replonger dans vingt-quatre années de prix parodiques, et ce de manière très exhaustive tant les palmarès regorgent de pépites hilarantes.

Mettez les pieds sous la table, nous avons compilé pour vous la crème de la crème des Ig Nobel, classés par catégories. Pour commencer, gros plan sur les IG Nobel… en vrac !

  • En 1997, Richard Hoagland reçut l’Ig Nobel d’astronomie pour avoir « découvert » des structures artificielles sur la Lune et sur la planète Mars. Le théoricien du complot américain s’était notamment fait connaître pour avoir voulu briser l’omerta concernant Cydonia, une forme étonnante rappelant un visage sur la surface de la planète rouge. Selon lui, les désormais célèbres clichés pris par la sonde Viking en 1976 auraient mis en évidence le reliquat d’une ancienne civilisation extra-terrestre. D’autres clichés plus récents de la structure l’ont obligé à se trouver d’autres lièvres à soulever…

Cliché pris par la sonde américaine Viking 1, en 1976 / Copyright NASA

Image satellite prise par Mars Global Surveyor, en 2001 / Copyright NASA

 

  • La même année, l’Ig Nobel des communications fut décerné à Sanford Wallace, pour son importante contribution aux névroses de notre société moderne en tant que « roi du spam ». Quant à Bernard Vonnegut, de l’université d’état d’Albany, il rafle l’Ig Nobel de météorologie pour son merveilleux rapport intitulé « Le plumage des poulets comme mesure de la vitesse des vents des tornades ».

 

  • En 1998, c’est le Canadien Troy Hurtubise qui attire l’attention du prestigieux jury, avec une étrange armure de protection conçue pour étudier de près les grizzlys, armure qui lui vaut les honneurs de l’Ig Nobel d’ingénierie et de sécurité. Pour s’assurer du bon fonctionnement de son armure anti-ours, le Canadien n’hésitera pas à donner de sa personne dans une batterie de tests aussi loufoques que dangereux : dévaler une pente comme un pantin désarticulé (trois fois), résister à l’assaut tout en finesse d’une voiture bélier, ou encore se faire tabasser par une bande de motards pas spécialement motivés. Devenu la coqueluche de Quentin Tarantino, Troy Hurtubise s’est depuis lancé dans la conception d’un exosquelette à l’épreuve des balles.

 

  • En 2003, l’Ig Nobel d’ingénierie vient rendre hommage à John Paul Stapp, George Nichols et Edward A. Murphy Jr, pour avoir conceptualisé à la fin des années 1940 la fameuse loi de Murphy, qui peut s’énoncer simplement ainsi : « Tout ce qui peut mal tourner va mal tourner ». L’université de Stockholm n’est pas en reste, puisqu’elle est récompensée la même année par un Ig Nobel multidisciplinaire pour Stefano Ghirlanda, Liselotte Jansson, et Magnus Enquist. Leur fait d’armes ? Avoir étudié les réactions d’un panel de poulets à la vue d’un échantillon de visages humains, travaux consignés dans leur rapport « Les poulets préfèrent les beaux humains ». Les préférences des poulets cobayes seraient étonnamment similaires à celles d’un groupe d’étudiants, utilisé comme référence humaine.

Visages utilisés et comparaison des réponses. Copyright Ghirlanda/Jansson/Enquist

 

  • En 2005, l’ingénieur-entrepreneur Gauri Nanda, du MIT, se voit attribuer l’Ig Nobel d’économie pour avoir développé un réveil qui sonne puis prend la poudre d’escampette, afin de forcer le dormeur à sortir de sa léthargie. Maintenant disponible en deux versions (Clocky et Tocky), le petit réveil qui se fait la malle favoriserait même quelques belles surprises matinales, si l’on en croit la vidéo promotionnelle tournée à Paris.

 

  • Comment faire pour réussir une photo de groupe, et combien faut-il prendre de photos pour être presque certain que tous les protagonistes auront les yeux ouverts ? Pour avoir laissé parler la science et réussi à élucider ce mystère ô combien important, les Australiens Nic Svenson et Piers Barnes sont repartis avec l’Ig Nobel de mathématiques 2006. Oui, mais alors combien de photos ? Pour un groupe de moins de vingt personnes, il faudrait diviser le nombre de participants par trois, si la lumière est décente ou si le flash est correct. Si ce n’est pas le cas, il faudrait diviser le nombre par deux.

Nic Svenson gâche une photo de Piers Barnes. Copyright CSIRO

 

  • L’année suivante, l’Ig Nobel d’aviation est décerné à Patricia V. Agostino, Santiago A. Plano et Diego A. Golombek (de l’université nationale de Quilmes, en Argentine) pour avoir permis aux hamsters de trouver un moyen de se remettre plus facilement du décalage horaire. Le remède miracle ? Un petit peu de Viagra !

 

  • En 2008, c’est au tout de Geoffrey Miller, Joshua Tybur et Brent Jordan (de l’université du Nouveau-Mexique) d’être distingués par le prix parodique d’économie, pour leur incursion remarquée dans le monde chaud bouillant du lap dance. Leur découverte ? Le montant des pourboires de ces danseuses de charme serait directement lié à leur cycle d’ovulation. Basée sur un panel de 18 danseuses suivies pendant 60 jours, l’étude révèle qu’elles toucheraient en moyenne 335 dollars pour cinq heures de travail pendant l’œstrus (couramment désigné comme les « chaleurs »), alors qu’elles n’empocheraient que 260 dollars pendant la phase progestative, et 185 maigres dollars pendant le cycle menstruel.

 

  • L’Ig Nobel 2011 de sécurité publique fut décerné à John Senders de l’Université de Toronto, pour ses travaux de recherche concernant l’attention nécessaire à la conduite d’un véhicule. Ces travaux comprenaient notamment quelques tests utilisant un dispositif masquant à intervalles plus ou moins réguliers la vue d’un conducteur alors qu’il roulait sur une autoroute.

 

  • Enfin, l’Ig Nobel 2013 de probabilité n’est pas dénué de bon sens… Bert Tolkamp, Marie Haskell, Fritha Langford, David Roberts, et Colin Morgan ont découvert que plus une vache reste couchée longtemps, plus il y a de chance pour qu’elle se relève. Parallèlement, une fois la vache relevée, il est très difficile de prédire quand elle se couchera à nouveau.

 

Par Rahman Moonzur

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !