#

Aérosol

Dispersion de particules dans l’air ou dans un gaz qui présentent une vitesse de chute négligeable. Elles peuvent être solides (poussières) ou liquides (embruns), de nature organique (suie) ou minérale (roche érodée), et plus ou moins grosses (de quelques dixièmes de nanomètres à une centaine de micromètres).

Aérosol dans actualités

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Aérosol dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 janv. 2010
  • |
  • Réf : AF3621

Atomisation, pulvérisation et aérosols

Le phénomène d'atomisation (ou pulvérisation) est présent dans de nombreux domaines industriels (automobile, traitement de surface, médecine, parfumerie, électronique, météorologie, etc.). Les processus et mécanismes physiques mis en jeu sont en général assez simples sur le principe, mais le passage d'une phase continue liquide à une phase dispersée se fait par la déformation puis la rupture de la surface, ce qui implique un certain degrés de complexité. Sont traitées dans cet article les principales voies théoriques explorées pour la représentation de l'atomisation.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 janv. 2010
  • |
  • Réf : AF3622

Atomisation, pulvérisation et aérosols

Omniprésente dans les phénomènes naturels ainsi que dans l'industrie, l'atomisation est une transformation de la matière très spécifique. Bien que certains cas puissent être déduits précisément de la théorie, la plupart des techniques ne donnent que des tendances et des aspects qualitatifs. Toutefois, grâce aux supercalculateurs modernes, de nombreuses simulations numériques sont menées afin de caractériser les phases dispersées. Cela permet donc d'étudier au mieux de façon empirique les distributions détaillées et les tailles de gouttes obtenues.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 janv. 2012
  • |
  • Réf : G1988

Les aérosols microbiens dans l’air du temps : le point sur la microbiologie de l’air intérieur

Environ 15 000 litres d’air transitent chaque jour dans nos poumons, des questions ? L’air est le premier des éléments indispensables à la vie, chose dont n’avons pas toujours conscience, mais c’est aussi le plus soumis aux pollutions d’origines humaines. Au cours des dernières années, la multiplication des alertes épidémiques dues aux aérosols microbiens et les changements d’usage (urbanisation, agriculture intensive, traitements des déchets, transports, climatisation...) a conduit à la reconsidération des risques liés à la qualité de l’air et à l’exposition des personnes aux divers polluants. Nous passons 90 % de notre temps dans des environnements intérieurs et l’air que nous y respirons peut être soumis à la fois aux pollutions d’origine endogène mais également aux sources extérieures via les systèmes de ventilation mécanique ou naturelle. Les populations telles que les nourrissons, les enfants, les personnes malades ou immunodéprimés et les personnes âgées sont particulièrement vulnérables face à la qualité microbiologique de l’air. Plusieurs environnements clos (crèches, hôpitaux, transport...) nécessitent des moyens efficaces de gestion de la qualité microbiologique de l’air et sont au cœur des préoccupations. Malgré l’intérêt porté à la qualité de l’air intérieur, peu d’études ont été menées sur ce sujet et, par rapport à d’autres environnements tels que le sol ou l’eau, peu de données microbiologiques pertinentes sont à ce jour disponibles. Cet article regroupe les nouvelles données en matière de microbiologie de l’air, notamment dans les environnements clos.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 27 oct. 2018
  • |
  • Réf : 0733

Comprendre et enseigner les classes et catégories de danger du règlement CLP

Vous êtes un personnel opérant en présence de substances chimiques, cependant non spécialiste de chimie, et vous souhaiteriez tout de même comprendre ce qu’est le règlement CLP ?

Vous êtes un formateur cherchant à expliquer avec des notions simples les principes à la base du règlement CLP concernant la classification et catégorisation des substances chimiques ? Votre public n’est pas forcément initié à la chimie ?

Cette fiche a pour objectif d’apporter des éléments pour comprendre « l’esprit » du règlement CLP. Ce règlement concerne la classification des substances et mélanges chimiques en fonction des dangers qu’ils représentent, ainsi que la communication de ces dangers grâce à un étiquetage clair.

  • Pourquoi un « nouveau » règlement CLP est-il nécessaire ? L’ancien règlement ne suffisait-il pas ?
  • Quels sont les types de dangers que peuvent présenter les substances et mélanges chimiques ?
  • Qu’entend-on par « classes » et « catégories » de danger ?
  • Selon l’état physique ou le conditionnement de la substance (solide, liquide, gaz ou aérosol), quelles classes de dangers sont spécifiques ?
  • Quels sont les critères qui permettent de dire qu’une substance présente tel ou tel danger ?
  • Quel est le rapport entre les classes et catégories de danger affectées à une substance et les pictogrammes et mentions de danger qui apparaissent sur l’étiquette du récipient ?

100 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations liés aux produits ou substances chimiques : santé et sécurité, usages, scénario d’exposition, autorisations, restrictions, étiquetage…

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 15 mai 2013
  • |
  • Réf : 1167

Comment puis-je évaluer la toxicité d’une substance, à partir de ses propriétés physico-chimiques ?

Vous êtes producteur ou utilisateur en aval de produits chimiques et vous souhaitez obtenir des informations sur la toxicité de ce produit. Nous verrons dans le cadre de cette fiche que les propriétés physico-chimiques des substances chimiques peuvent donner des indications sur leur toxicité potentielle.

  • Quelles sont les informations à collecter ?
  • Comment analyser ces informations ?
  • En quoi les propriétés physico-chimiques des substances peuvent-elles impacter la toxicité ?

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 04 juin 2013
  • |
  • Réf : 1168

Absorption-Distribution-Métabolisation-Excrétion(ADME) : Quel est le circuit d’une substance chimique dans l’organisme ?

Vous faites manipuler des produits chimiques à vos opérateurs ; vous souhaitez déterminer les conséquences potentielles d’une exposition professionnelle et comprendre la toxicité des substances chimiques à court, moyen et long terme.

Cette fiche vous permettra de comprendre l’ADME (Absorption-Distribution-Métabolisation-Excrétion) ou comment une substance chimique pénètre dans l’organisme (Absorption), comment elle atteint les différents organes (Distribution), quel traitement elle subit dans l’organisme (Métabolisation) et comment elle est éliminée de l’organisme (Excrétion).

Vous pourrez ainsi déduire les risques d’exposition potentiels à des substances chimiques sur les lieux de travail, ainsi que mettre en adéquation les moyens de protection, de prévention et de contrôle individuels et collectifs des expositions, mis à la disposition des opérateurs.

  • Comment une substance chimique pénètre-t-elle dans l’organisme ?
  • Dans quel organe va-t-elle ?
  • Quel est son devenir ?

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !