#

Alliage ferreux

Alliage ferreux dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Alliage ferreux dans les livres blancs


Alliage ferreux dans les conférences en ligne


Alliage ferreux dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 janv. 2003
  • |
  • Réf : BM5043

Fatigue des alliages ferreux

Le phénomène de fatigue est un processus complexe. Le nombre de facteurs d’influence est très important. S’il est possible de tester les matériaux sous certaines conditions, il sera difficile de réaliser tous les essais avec une sollicitation représentative et la géométrie réelle des composants mécaniques. Il est cependant intéressant d’analyser rapidement le rôle et l’effet de chaque paramètre pouvant changer les éléments d’appréciation. Il n’est pas possible de considérer les effets de manière intégrée. Chaque paramètre est donc analysé de manière séparée. On distingue différents types de paramètres : les facteurs relatifs à la sollicitation et à l’environnement, à la géométrie et aux matériaux. Dans la première catégorie de paramètres, on peut citer : le type de la sollicitation (uniaxiale, multiaxiale avec ou sans déphasage), les contraintes moyennes, le spectre de chargement et de surcharge, la fréquence du chargement, la température, la corrosion et le «  fretting  ». Dans la deuxième catégorie de paramètres, on trouve : l’état de surface, l’effet d’entaille et l’effet d’échelle. Dans la troisième catégorie de paramètres, on a enfin : les caractéristiques du matériau, la micro-structure du matériau, les contraintes résiduelles, les traitements de surface. Un concepteur doit analyser l’ensemble de ces paramètres pour en dresser une liste aussi exhaustive que possible et les quantifier pour calculer la résistance à la fatigue de sa pièce. Le but de cet article est de lui fournir les données et la méthodologie nécessaires pour chiffrer ces facteurs dans un calcul prévisionnel et de lui indiquer les limites de leur emploi. On peut, soit par l’analyse de résultats bibliographiques, soit (et c’est préférable) à partir d’essais dynamiques réels, connaître la limite d’endurance d’un matériau dans des conditions bien précises (forme de l’éprouvette ou de la pièce, conditions d’essais, etc.). Mais, au stade de la fabrication ou en cours d’utilisation, d’autres facteurs vont intervenir qui, finalement, auront une influence primordiale, bénéfique ou néfaste, sur la tenue en service du produit fini. Tout l’art du concepteur consiste précisément à dresser une liste aussi exhaustive que possible de ces différents facteurs d’influence. Il devra ensuite chiffrer chacun d’entre eux pour enfin calculer l’endurance de sa pièce. Cet article est la suite de Fatigue des alliages ferreux. Définitions et diagrammes Fatigue des alliages ferreux- Définitions et diagrammes . L’article suivant Fatigue des alliages ferreux- Exemples de calcul donne des exemples de calcul de pièces en fatigue.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 avr. 2003
  • |
  • Réf : BM5044
  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2014
  • |
  • Réf : M3614

Fontes à graphite lamellaire

  Cet article présente les particularités microstructurales des fontes à graphite lamellaire. Il met en évidence l’influence du graphite sur le comportement de ce matériau. Il décrit l’ensemble des propriétés physiques et mécaniques associées à une facilité de mise en œuvre qui  justifie une production mondiale annuelle de plus de 45 millions de tonnes. La quantification des propriétés  mécaniques associée aux propriétés physiques d’utilisation comme l’amortissement des vibrations, la conductivité thermique et la résistance à la corrosion explique la production de ces fontes. Les traitements thermiques présentés améliorent le comportement des pièces en fonte à graphite lamellaire et permettent d’envisager d’autres possibilités d’obtention de fontes particulières.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 15 juil. 2014
  • |
  • Réf : 0061

Comprendre les évolutions de la nomenclature

Depuis 200 ans, la nomenclature des installations classées est en constante évolution, principalement du fait de la transposition de la législation communautaire, de l’accidentologie ou de l’évolution des techniques disponibles. Aujourd’hui, la nomenclature est un décret en Conseil d’Etat pris après avis du Conseil supérieur de la prévention des risques technologiques.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 16 mai 2017
  • |
  • Réf : 0255

Classement sous le régime de la déclaration avec contrôle périodique

Tout artisan ou industriel doit s’interroger, avant la mise en service d’une nouvelle installation ou lors de l’exploitation de ses installations, sur sa situation administrative au regard de la législation des installations classées.

Il doit donc consulter la nomenclature des installations classées pour vérifier le classement de ses activités.

Comment vérifier son classement sous le régime de la déclaration avec contrôle périodique ?

180 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations relatives aux installations classées pour la protection de l'environnement

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 21 mai 2014
  • |
  • Réf : 1173

Comment un xénobiotique influence-t-il la qualité du sang ?

Cette fiche doit vous permettre de connaître l’impact des xénobiotiques sur le sang, et d’en déduire les conséquences.

Les modifications induites dans la formule sanguine ont en effet un impact important sur le fonctionnement de l’organisme.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !