#

K342 V1

K342 V1 dans l'actualité

Toute l'actualité


K342 V1 dans les livres blancs


K342 V1 dans les conférences en ligne


K342 V1 dans les ressources documentaires

  • ARTICLE INTERACTIF
  • |
  • 10 avr. 2015
  • |
  • Réf : BE9817

Réfrigération aux températures inférieures à 1 K

de l'hélium 3 (en ) est donnée par  LOUNASMAA (O.V.) - Experimental principles and methods below 1 K... (O.V.) - Experimental principles and methods below 1 K.  : avec T bm en mK... des réfrigérateurs à dilution est donnée en  LOUNASMAA (O.V.) - Experimental principles and methods below 1 K... subkelvin , c'est-à-dire aux systèmes capables de refroidir un objet à des températures inférieures à 1 K...

Les bases documentaires des Techniques de l'Ingénieur couvrent tous les grands domaines de l'ingénierie. Lancez votre recherche, affinez-là, obtenez vos réponses !

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 avr. 2018
  • |
  • Réf : J8115

Théorie C-K

) d’objets X pour laquelle un groupe de propriétés p 1 , p 2 , p k est vrai dans K... de propriétés p 1 , p 2 , p k est vrai dans K », une partition consiste à ajouter la propriété p k+1... pour obtenir le concept C k+1  : «  il existe une classe ( non vide ) d’objets X pour laquelle un groupe... de propriétés p 1 , p 2 , p k , p k+1 est vrai dans K ». Si C k+1 est le résultat d’une partition...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 juin 1995
  • |
  • Réf : K342

Tensioactifs

k342... de la nature de la partie hydrophile puisque celle-ci gouverne leurs propriétés (tableau  1... .1 ). Pour des concentrations supérieures, les molécules de tensioactif en excès s’autoassocient... ’électrolytes . Beaucoup de formulations utilisent des mélanges de composés tensioactifs (cf. §  3.1.2 ) qui s’avèrent souvent...

Les articles de référence permettent d'initier une étude bibliographique, rafraîchir ses connaissances fondamentales, se documenter en début de projet ou valider ses intuitions en cours d'étude.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 03 déc. 2012
  • |
  • Réf : 1014

Assemblage : choisir la soudure par haute-fréquence

Vous avez un assemblage de feuilles ou films à réaliser. Le choix de la technologie vous est imposé ou au contraire vous pouvez vous orienter vers une nouvelle technologie.

Vous avez au moins un thermoplastique qui compose votre assemblage et une compatibilité parfaite entre les matériaux pour répondre à votre cahier des charges. Pour plus de précision sur les compatibilités et plus particulièrement la tension de surface des matériaux voir la fiche 767.

La soudure par haute fréquence permet des soudures complexes dans les formes, et l’esthétique est inégalable (marquage, soudure et découpe).

Vous recherchez :

  • Une qualité esthétique irréprochable des soudures.
  • Une intégrité parfaite des soudures (pas de bourrelet).
  • Des soudures invisibles (soudure accessible mais continuité de la matière).
  • Une soudure et une découpe en un coup de presse.
  • La soudure de tube avec un film.
  • La soudure d’un film sur de la mousse ou autre support.
  • La réalisation de pièces en 3D.

Pouvez-vous ou devez-vous choisir la technologie de soudure par haute fréquence (HF) pour votre domaine d’application ?

Cette fiche ainsi que la fiche 1101 vous permettra éventuellement de :

  • créer la matière qui répondra à votre cahier des charges à la soudure haute fréquence (HF) ;
  • réaliser l’inventaire de tous les paramètres à prendre en compte ;
  • apprécier tous les avantages et les inconvénients de cette technologie ;
  • prévoir des actions de formation, le suivi qualité et les opérations de maintenance.

Un outil incontournable pour comprendre, agir et choisir- Nouveauté !

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 12 nov. 2012
  • |
  • Réf : 1065

Trouver de l’information pertinente avec le Web of Science (WOS)

Le Web of Science (WOS) est un produit du Web of Knowledge proposé par l’Information Scientific Institute du groupe canadien Thomson Reuters. Il permet de rechercher de l’information pertinente pour vos travaux, à partir d’une combinaison de six bases de données internationales et pluridisciplinaires, comprenant des milliers de revues dont l’antériorité remonte à 1900, mais aussi des actes de conférences et des recensions d’ouvrages dont l’antériorité remonte à 1945.

La valeur ajoutée et l’originalité du Web of Science réside à la fois dans les indicateurs bibliométriques qu’il propose depuis plusieurs décennies et qui ont fait son succès, mais aussi, de manière corollaire, sur l’antériorité des données sur lesquelles ces mêmes indicateurs sont construits.

Le WOS est un produit payant. Accéder à cette ressource dépend donc d’un abonnement auquel votre institution aura souscrit. Dans le cadre de cet abonnement, les conditions d’accès peuvent être à distance ou en local. Le WOS propose aussi :

  • des mises à jour hebdomadaires ;
  • l’ajout des Book Series Titles depuis 2011 ;
  • une quarantaine de langues, avec une dominance de l’anglais.

Cette fiche vise à vous permettre de vous familiariser avec les modules de recherche et les fonctionnalités de la base Web of Science, mais aussi de vous aider à construire un parcours, étape par étape, qui rendra votre recherche efficace en termes de gain de temps et de pertinence des résultats.

  • Quel préalable à sa recherche sur le WOS ?
  • Comment limiter les imprécisions de son mot-clé ?
  • Comment affiner les résultats ?
  • Comment enclencher une veille sur la plate-forme ?
  • Comment faire basculer les références bibliographiques de son corpus vers le logiciel de référence bibliographique EndNote Web ?
  • Comment décrypter les notices de vos références ?
  • Pourquoi se créer un profil sur la base ?

Toutes les clefs pour maîtriser la veille technologique

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 21 déc. 2015
  • |
  • Réf : 1427

L’évaluation des incertitudes de mesures électriques

La réalisation d’une mesure consiste à dérouler un processus dans lequel interviennent plusieurs éléments. Or, chacun des éléments a ses imperfections ou ses influences sur le résultat de la mesure. Ces éléments sont bien évidemment l’instrument de mesure et l’opérateur – sauf peut-être dans une mesure automatique – mais également l’environnement et le mesurande. Le résultat obtenu n’est donc jamais la valeur vraie de la mesure ; on dit alors que le résultat de mesure est entaché d’une incertitude.

Les ordres de grandeurs sont par exemple de ± 10 % en dosimétrie et de ± 0, 000 000 001 % (ou 10-9) en mesure de fréquences. En électricité, les incertitudes de mesure se situent environ entre quelques % et quelques 10-6 par exemple.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !