#

Organisme vivant

Organisme vivant dans l'actualité

Toute l'actualité


Organisme vivant dans les livres blancs


Organisme vivant dans les conférences en ligne


Organisme vivant dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 oct. 2020
  • |
  • Réf : GE1068

Impact des aménagements urbains sur la biodiversité du sol

Les sols abritent une grande diversité d’organismes, des bactéries aux vers de terre, essentiels au fonctionnement des écosystèmes et qui fournissent des services vitaux pour les sociétés humaines : formation des sols, cycle des éléments nutritifs, fourniture d’aliments, biocontrôle ou régulation du climat. En ville, habitat majoritaire de notre espèce, les sols sont soumis à de nombreuses pressions anthropiques  – artificialisation, pollution…  – et à différents types d’utilisation, rendant leur biodiversité très hétérogène. En associant connaissances scientifiques et empiriques, l’objectif de cet article est de mieux comprendre les impacts de trois types d’aménagements urbains - parcs, toitures végétalisées et formes d’agriculture urbaine – sur la biodiversité des sols.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 juil. 2020
  • |
  • Réf : GE1069

Construire des sols pour végétaliser la ville

Les infrastructures vertes sont des structures ou aménagements artificiels qui permettent d’assurer de nombreuses fonctions écologiques en milieu urbain. Les sols en sont l’ingrédient principal, mais les sols urbains sont souvent inadaptés en n’offrant pas les propriétés nécessaires à la croissance des plantes. Les technosols construits, des sols artificiels constitués d’un mélange de déchets organiques et minéraux sélectionnés, sont une alternative intéressante pour la création d’infrastructures vertes. Les dernières avancées sur le sujet, notamment en termes d’ingénierie et de mise en œuvre, sont présentées ici ainsi que des exemples de leurs utilisations.

  • Article de bases documentaires : RECHERCHE ET INNOVATION
  • |
  • 10 sept. 2021
  • |
  • Réf : RE268

Bio-printing – De l’organe à la médecine personnalisée, résultats et promesses

Le bio-printing est un procédé 3D de dépôt de suspensions cellulaires, de solutions aqueuses ou d’hydrogels, de supports biocompatibles, en limitant les différents stress que peuvent subir les cellules par les procédés de fabrication additive pour atteindre une forme et une fonctionnalité biologique souhaitée dans des tissus ou des organes bio-imprimés. Ce domaine émergent est encore proche de preuves de concept avec pour but ultime la réalisation de tissus et d’organes avec une visée initiale « réparatrice », même si d’autres niches plus prometteuses dans le court terme apparaissent (médecine de précision, toxicologie, cosmétique, etc.). L’article traite de voies de réalisation de milieux adaptés pour la bio-impression avec des verrous conceptuels et techniques, des tendances réalistes en évitant, autant que faire se peut, des promesses insensées.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 21 mai 2014
  • |
  • Réf : 1170

Comment se traduit l’action localisée des substances chimiques sur l’organisme ?

L’action toxique locale d’une substance chimique peut se traduire par une action néfaste localisée à l’endroit de contact avec l’organisme (voies respiratoires, peau, œil).

Elle est le résultat de contacts accidentels et limités dans le temps à concentrations/doses élevées.

La tolérance locale est un problème d’innocuité à court terme.

Il vous faut comprendre les mécanismes d’irritation et de corrosion respiratoire, cutanée et oculaire afin de savoir choisir les tests qui permettront d’évaluer le danger d’irritation et de corrosion. Vous pourrez ainsi procéder au classement et à l’étiquetage des substances chimiques et mettre en place les moyens de prévention adaptés.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 09 déc. 2014
  • |
  • Réf : 1181

Actions des particules ultrafines (PUF) sur l’organisme : les nanomatériaux (NM)

Les nanomatériaux résultent de la structuration de la matière au niveau atomique, moléculaire ou supramoléculaire à des échelles caractéristiques inférieures au micromètre (μm) de manière naturelle ou industrielle.

On peut observer de nouveaux comportements physico-chimiques de ces particules ultrafines par rapport aux poussières fines de taille supérieure à un micromètre.

Cette fiche vous permettra de découvrir les propriétés des nanomatériaux, ainsi que leur impact sur l’Homme et l’environnement.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 déc. 2017
  • |
  • Réf : 1646

Le vivant : comment protéger les inventions sur les plantes et les animaux ?

La rigueur dans l’appréciation de la brevetabilité du vivant s’explique par les considérations éthiques soulevées. Si la brevetabilité des inventions sur le corps humain et ses dérivés fait l’objet d’une appréciation stricte (cf. Le vivant : méthodes de traitement, corps humain… que peut-on breveter ?), les inventions portant sur les plantes et les animaux doivent, elles aussi, faire l’objet d’une approche spécifique.

Cette fiche présente les particularités propres à la brevetabilité des inventions portant sur :

  • les animaux ;
  • les plantes et variétés végétales ;
  • les procédés d’obtention biologiques.

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !