Livres blancs en téléchargement gratuit

Pour accompagner vos abonnements aux ressources documentaires et services, Techniques de l'Ingénieur vous offre les dossiers spéciaux de la rédaction sur des sujets variés, à télécharger gratuitement.

Se trouve dans Environnement

Huile de palme : boycott, taxe… quelle solution ?

Publié en mars 2016

Dans le cadre de l’étude du projet de loi sur la biodiversité en première lecture, les sénateurs ont adopté un amendement du groupe EELV Les Verts prévoyant une taxe additionnelle visant les huiles de palme, de palmiste et de coprah destinées à l’alimentation humaine. Mais les professionnels et les chercheurs mettent en garde contre ses conséquences inattendues.
Le boycott ou l’instauration d’une taxe sur l’huile de palme ne permettrait pas de faire baisser la demande mondiale. Elle aurait même un effet contre-productif ! L’amendement prévoit une taxe fixée à 300 euros par tonne en 2017, 500 € en 2018, 700 € en 2019 et 900 € à partir de 2020.
L’Alliance française pour une huile de palme durable « s’étonne de ce vote qui va à l’encontre de l’ambition de la « Déclaration d’Amsterdam », signée par la France le 7 décembre 2015, visant à obtenir 100% d’huile de palme durable en Europe en 2020 ». Elle affirme qu’une augmentation de la fiscalité mettrait en danger la compétitivité des entreprises et donc le développement de bonnes pratiques, notamment environnementales.

 

SOMMAIRE

  1. Le boycott réduirait les efforts déjà accomplis
    « Si les producteurs d’huile de palme mettent fin aux pratiques de déforestation à la demande des industriels européens, cela impacte de facto les productions vendues en Asie, principal acheteur, affirme Guillaume Réveilhac, Président de l’Alliance Française pour une Huile de Palme Durable. Si nous, industriels membres de l’Alliance, n’achetons plus demain d’huile de palme, quel sera le levier qui encouragera les producteurs à changer leurs pratiques ? »
  2. L'huile de palme : une productivité incomparable
    L’huile de palme est une solution pour répondre à la demande mondiale croissante en huile végétale tout en limitant l’accroissement des terres agricoles et donc, contrairement aux idées reçues, limiter la déforestation.
  3. Et la déforestation dans tout ça ?
    Selon Cécile Bessou, correspondant adjoint de la filière palmier à huile du Cirad, seulement 10 à 15 % de la déforestation indonésienne est liée au palmier à huile. La grande majorité de la déforestation est en réalité due aux activités minières et à l'extraction du bois.
  4. Vers une huile de palme durable ?
    Face aux désastres sociaux et environnementaux de la culture de l’huile de palme, une garantie pour une huile de palme durable a notamment été créée par la Table ronde pour l’huile de palme durable (dite RSPO). Il existe 3 niveaux : « segregated » (ségrégation), « mass balance » (balance de masse) et « book and claim » (réserver et revendiquer).
  5. RSPO : des critères à consolider !
    Dans leur forme actuelle, les critères de la RSPO ne donnent que des lignes directrices trop vagues pour éviter l’assèchement des zones humides. Il n’y a pas non plus pour l’instant de critères concernant les émissions de gaz à effet de serre causées par la production d’huile de palme.
Vous souhaitez partager ce livre blanc ?    Facebook Twitter Linkedin
Chargement

Merci de patienter ...