Présentation

Article

1 - ORIENTATION, IMPLANTATION, ZONAGE

2 - PRINCIPES DE L’ISOLATION ACOUSTIQUE

3 - PROTÉGER DES BRUITS EXTÉRIEURS

4 - PROTÉGER DES BRUITS INTÉRIEURS

5 - ATTÉNUER LES BRUITS PROVENANT DES ÉQUIPEMENTS

6 - ASSURER UNE CORRECTION ACOUSTIQUE

Article de référence | Réf : TBA2151 v1

Assurer une correction acoustique
Acoustique et bâtiments - Solutions techniques

Auteur(s) : Pascale MAES

Date de publication : 10 juin 2016

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

Version en anglais En anglais

RÉSUMÉ

Cet article détaille les solutions techniques permettant de renforcer l’isolation acoustique d’un bâtiment et d’un logement. Il traite de l’isolation de la toiture, des murs de façade et des baies vitrées vis-à-vis des bruits extérieurs, de l’isolation des parois vis-à-vis des bruits aériens intérieurs et des planchers pour atténuer les bruits de chocs, tout en prenant en compte les risques de transmissions latérales. Il apporte également des solutions pour diminuer les bruits pouvant être générés par des équipements, transmis par voie aérienne et/ou solidienne. Enfin, il expose l’intérêt de mettre parfois en œuvre une correction acoustique pour limiter les phénomènes de réverbération ou, à l’inverse, pour améliorer la propagation de sons par exemple dans une salle de concert.

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

Auteur(s)

  • Pascale MAES : Journaliste indépendante spécialisée dans l’efficacité et la performance énergétique des bâtiments

INTRODUCTION

Le traitement acoustique d’un bâtiment a pour but d’affaiblir la transmission des bruits aériens entre l’extérieur et l’intérieur, et de restreindre leur propagation d’un logement à un autre, d’une pièce à une autre. Il peut aussi chercher à atténuer les bruits de chocs et leur rayonnement dans les structures. L’isolation acoustique doit être particulièrement renforcée entre les appartements d’un immeuble d’habitation, et ce, d’autant plus que l’affaiblissement de la propagation des bruits extérieurs fait que les occupants perçoivent d’une manière plus intense les émanations de bruits aériens intérieurs et d’impact.

La correction acoustique a pour rôle de maîtriser la propagation sonore et le temps de réverbération à l’intérieur d’un local ou par exemple dans les parties communes d’un immeuble, notamment par la pose de matériaux absorbants. Elle peut aussi améliorer la sonorité à l’intérieur d’un espace (auditorium, salle de concert, équipement sportif...). Les deux approches, l’isolation acoustique et la correction acoustique, peuvent être complémentaires de manière à réduire les niveaux de bruit tout en assurant un traitement qualitatif des ambiances sonores.

Pour éviter les ponts phoniques qui favorisent les transmissions parasites, mettre en œuvre avec soin l’isolation acoustique est primordial. Il faut veiller à traiter toutes les parois de manière équivalente et à désolidariser les éléments de structure. Les ponts phoniques sont, comme les ponts thermiques vis-à-vis du froid, des points faibles par lesquels arrivent les bruits. À cet effet, l’isolation doit être renforcée aux interstices entre les murs et les cloisons, et aux pourtours des canalisations, boîtiers et aménagements.

Dans des bâtiments situés dans un environnement bruyant ou pour lesquels les exigences acoustiques en termes d’isolement sont élevées, il est recommandé de faire appel à un acousticien. Il en est de même pour optimiser la perception sonore, par exemple dans une salle de spectacle ou de concert.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v1-tba2151


Cet article fait partie de l’offre

Techniques du bâtiment : le second oeuvre et les lots techniques

(90 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Présentation
Version en anglais En anglais

6. Assurer une correction acoustique

Mettre en œuvre une correction acoustique des locaux est parfois utile, voire nécessaire ou obligatoire, pour limiter les phénomènes de réverbération qui peuvent être très inconfortables (circulations communes, restaurant scolaire, gymnase...). Cela concerne notamment les parties communes des immeubles, pour préserver le confort acoustique des appartements en atténuant les bruits de pas et de voix, surtout la nuit.

Le pouvoir d’absorption des parois intérieures réfléchissant les sons peut être renforcé au moyen de matériaux absorbants, de manière à diminuer le temps de réverbération. Ces matériaux absorbants peuvent être des laines minérales, des textiles molletonnés, du feutre, des panneaux en bois ou en plâtre ajourés, des revêtements de sol souples et non réverbérants...

6.1 Obligation réglementaire

L’article 3 de l’arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques des bâtiments d’habitation et les articles 6 des arrêtés du 25 avril 2003 relatifs à la limitation du bruit dans les établissements d’enseignement, dans les établissements de santé et dans les hôtels prévoient des exigences concernant la correction acoustique.

La correction acoustique est ainsi rendue obligatoire dans les circulations communes (bâtiments d’habitation, établissements de santé), les circulations horizontales (établissements d’enseignement, hôtels), les halls d’un volume supérieur à 250 m3 et les préaux (établissements d’enseignement). C’est la seule partie de cette réglementation qui prévoit une obligation de moyens, et non de résultat, comme c’est le cas pour toutes les autres exigences.

La réglementation impose ainsi des valeurs minimales d’aire d’absorption équivalente A aux circulations communes dans les habitations susnommées (tableau 1).

L’aire d’absorption équivalente A est la surface fictive d’une paroi ou d’un matériau parfaitement absorbant ayant la même absorption acoustique que la paroi ou le matériau considéré. Dans un local dont les parois sont de natures différentes, le calcul de l’aire d’absorption équivalente s’obtient en faisant la somme des produits des surfaces élémentaires par leur...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 92% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Techniques du bâtiment : le second oeuvre et les lots techniques

(90 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Assurer une correction acoustique
Sommaire
Sommaire

    1 Réglementation

    Arrêté du 28 octobre 1994 – Nouvelle réglementation acoustique (NRA) relative à l’isolation acoustique dans les bâtiments d’habitation

    Arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation

    Arrêté du 25 avril 2003 relatif à la limitation du bruit dans les établissements d’enseignement, de santé, et dans les hôtels

    Décret n° 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage

    Décret n° 2010-1269 du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions

    Directive européenne éco-conception (ErP – Energy related Products – 2009/125/CE)

    Directive étiquetage énergétique (Energy Labelling – 2010/30/CE)

    Voir aussi rubrique « Réglementation » de la partie documentation de l’article [TBA 2 150]

    HAUT DE PAGE

    2 Organismes

    Centre d’information et de documentation sur le bruit (CIDB) http://www.bruit.fr

    Groupement de l’ingénierie acoustique (GIAc) – Membre de la fédération CINOV http://www.cinov.fr/syndicats/giac...

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Il vous reste 94% à découvrir.

    Pour explorer cet article
    Téléchargez l'extrait gratuit

    Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


    L'expertise technique et scientifique de référence

    La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
    + de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
    De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

    Cet article fait partie de l’offre

    Techniques du bâtiment : le second oeuvre et les lots techniques

    (90 articles en ce moment)

    Cette offre vous donne accès à :

    Une base complète d’articles

    Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

    Des services

    Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

    Un Parcours Pratique

    Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

    ABONNEZ-VOUS