#

Cristallisation : définition et propriétés

Phénomène physique par lequel un corps passe à l'état de cristaux. La cristallisation répond à plusieurs objectifs : [adj] isoler un produit pour le récupérer sous forme solide ;(b) purifier un produit : lors de la cristallisation, les impuretés sont rejetées dans la phase liquide ;(c) conférer au produit la bonne forme cristalline (morphologie, taille de particules, structure cristalline…), afin de l'étudier par différentes techniques comme la diffraction des rayons X ou pour lui assurer la stabilité et la biodisponibilité nécessaire dans le cas d'une substance pharmaceutique ;(d) dans le cas des polymères, accroître les propriétés mécaniques.Dans le cas d’une cristallisation à partir d’une solution, celle-ci peut être obtenue par refroidissement de la solution, par évaporation du solvant ou par relargage. L'addition d’un sel ou d’un contre-solvant miscible avec le solvant provoque le relargage du produit en solution ce qui induit sa cristallisation.

Cristallisation dans actualités

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Cristallisation dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 avr. 2015
  • |
  • Réf : AM3120

Développement de structures dans les polymères

Après quelques rappels sur la cristallisation des polymères, les effets des paramètres de mise en forme (mécaniques, thermiques, géométriques) sur les phénomènes de cristallisation (germination, croissance, cinétique globale, développement des morphologies) sont d'abord discutés de façon générale. Les principales méthodes de caractérisation de l'orientation due à la mise en forme sont ensuite décrites. Les principes de la modélisation du développement de structures sont enfin exposés, avec les lois utilisées pour décrire la cinétique globale de cristallisation.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mai 2019
  • |
  • Réf : J2798

Cristallisation en milieu fondu

Les procédés de cristallisation sont divisés en deux catégories : la cristallisation en solution et la cristallisation en milieu fondu. Cette dernière présente de nombreux avantages comme le fonctionnement à bas niveau thermique, l’absence de solvant, l’obtention de produits de très haute pureté, une faible consommation énergétique et un niveau de sécurité accru, en cohérence avec une démarche de développement durable. Dans cet article sont présentés les étapes et les différents modes de fonctionnement discontinu, continu, des procédés de cristallisation en milieu fondu. Enfin, la mise en œuvre industrielle est abordée, ainsi que les procédés de solidification et de mise en forme du produit purifié fondu.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 oct. 2013
  • |
  • Réf : N4802

Vitrocéramiques

Les vitrocéramiques sont des matériaux composites innovants constitués de cristaux dispersés dans une matrice vitreuse. Leur élaboration est réalisée par cristallisation partielle et contrôlée d'un verre. La maîtrise des différents mécanismes de nucléation/croissance menant à la microstructure finale et le large choix de compositions vitrifiables permettent d'accéder à divers matériaux fonctionnels pouvant combiner de nombreuses propriétés mécaniques, thermiques, optiques, énergétiques et bioactives.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 19 févr. 2012
  • |
  • Réf : 0677

Innover sur la chaîne logistique

Vous voulez innover dans le dessin et le management de votre chaîne logistique pour mieux servir le client final et créer de la valeur pour votre entreprise et vos partenaires.

Cette fiche vous indique comment l’innovation dans une chaîne logistique, non seulement conforte ou rend possible la stratégie d’une entreprise « étendue », mais aussi la nourrit et l’enrichit.

Cette fiche porte plus principalement sur l’innovation dans le dessin (y compris le choix des acteurs) et dans le management innovant d’une chaîne logistique.

Les différentes étapes permettent de jalonner la prise de maturité à l’intérieur de l’entreprise (et ensuite à l’extérieur avec ses partenaires) pour être en capacité d’innover réellement et d’en retirer les fruits escomptés.

Les bénéfices sont multiples :

  • Trouver de nouveaux clients, augmenter la satisfaction des anciens, améliorer ses positions par rapport aux concurrents.
  • Trouver de nouveaux équilibres plus performants entre satisfaction client et coûts.
  • Créer de la valeur directement au niveau de la chaîne logistique.
  • Rendre possible un nouveau business model ou améliorer et pérenniser un ancien.
  • Rendre plus cohérentes les différentes stratégies de l’entreprise (marketing, commerciale, production, achat, supply chain).
  • Trouver de nouveaux partenaires, conforter les relations avec eux, favoriser l’innovation chez eux.

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 04 juin 2013
  • |
  • Réf : 1168

Absorption-Distribution-Métabolisation-Excrétion(ADME) : Quel est le circuit d’une substance chimique dans l’organisme ?

Vous faites manipuler des produits chimiques à vos opérateurs ; vous souhaitez déterminer les conséquences potentielles d’une exposition professionnelle et comprendre la toxicité des substances chimiques à court, moyen et long terme.

Cette fiche vous permettra de comprendre l’ADME (Absorption-Distribution-Métabolisation-Excrétion) ou comment une substance chimique pénètre dans l’organisme (Absorption), comment elle atteint les différents organes (Distribution), quel traitement elle subit dans l’organisme (Métabolisation) et comment elle est éliminée de l’organisme (Excrétion).

Vous pourrez ainsi déduire les risques d’exposition potentiels à des substances chimiques sur les lieux de travail, ainsi que mettre en adéquation les moyens de protection, de prévention et de contrôle individuels et collectifs des expositions, mis à la disposition des opérateurs.

  • Comment une substance chimique pénètre-t-elle dans l’organisme ?
  • Dans quel organe va-t-elle ?
  • Quel est son devenir ?

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 juin 2015
  • |
  • Réf : 1500

Comprendre l’approche bayésienne dans le cadre de la métrologie

Vous disposez d’un élément à mesurer/analyser : cet élément peut être une cale étalon, une solution étalon, un matériau de référence, une source étalon d’un radionucléide… ou un échantillon inconnu (prélevé au sein d’un lot, d’une série, d’une production…).

Vous vous intéressez à une propriété mesurable de cet élément. Cette propriété d’intérêt pourrait être « définie à un niveau de détail suffisant pour être raisonnablement représentée par une valeur vraie par essence unique » (guide ISO/CEI 98-4 : 2013).

Avant de réaliser la mesure de cette propriété d’intérêt, vous avez déjà une connaissance « a priori » de la valeur de mesure attendue, soit par des mesures antérieures de ce même mesurande (un étalon mesuré périodiquement…), soit par des mesures antérieures d’éléments similaires (lots antérieurs réalisés dans les mêmes conditions de production avec un processus sous contrôle…), soit par des résultats de codes de calculs ou de simulation numérique…

Cette fiche présente simplement comment l’approche bayésienne permet de prendre en compte cette connaissance « a priori » lors de l’estimation de la valeur vraie du mesurande et de l’incertitude associée à cette estimation. Elle montre également l’intérêt de la prise en compte de ces informations « a priori » et les limites de cet exercice.

Les fiches pratiques répondent à des besoins opérationnels et accompagnent le professionnel en le guidant étape par étape dans la réalisation d'une action concrète.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !