#

Écoulement : définition et propriétés

Propriété d'un fluide en mouvement étudiée au sein de la mécanique des fluides. Il existe différents types de régime d'écoulement pour un fluide. Physiquement, on distingue les régimes laminaires (les couches de fluide glissent les unes sur les autres), les régimes turbulents (les couches de fluide s'interpénétrent de façon aléatoire, sans organisation apparente). Ces notions de régime laminaire et turbulent sont liées à la viscosité du fluide. Le nombre de Reynolds permet de caractériser le type de régime.

Écoulement dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Écoulement dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 avr. 2019
  • |
  • Réf : BE9520

Échangeurs de chaleur

ULe fonctionnement en régime instationnaire des échangeurs  de chaleur est une réalité quotidienne rencontrée sur les systèmes thermiques exploitant ces équipements. Une meilleure connaissance des comportements transitoires permet un contrôle-commande adapté. Plusieurs approches  centrées pour l’essentiel sur les mécanismes physiques, ou à l’opposé, sur une vision systémique permettent l'étude de ces transitoires. Il en ressort le concept fondamental de constante de temps, complété par la notion de temps de retard (voire de déphasage). L’utilité de ces approches est montrée sur des exemples.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mai 2018
  • |
  • Réf : C6004

La méthode des éléments finis – Calcul non-linéaire matériel

Lorsqu’un matériau est soumis à des niveaux de contraintes élevés, la proportionnalité entre la contrainte et la déformation se perd, laissant la place à un comportement non-linéaire de la matière. Ce comportement résulte de la dissipation de l’énergie qui se manifeste par l’apparition de déformations irréversibles. Ce phénomène est appelé "élastoplasticité". Il existe d’autres formes de comportement non-linéaire, soit en phase élastique pour certains matériaux, soit lorsqu’il y a de l’endommagement dans la structure de la matière. L’analyse par éléments finis de la non-linéarité matérielle doit ainsi adopter une formulation spécifique pour la prise en compte de ce phénomène, afin de concilier, les principes de l’équilibre mécanique et, la nature de la loi de comportement.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 oct. 2017
  • |
  • Réf : TBA1905
  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 mai 2012
  • |
  • Réf : 0629

Comment déposer un brevet d’invention ? Préparation, exécution, suivi

Vous êtes l’auteur de créations techniques ou vous êtes responsable d’une entreprise ou d’un service dont sont issues des créations techniques.

Par ses aspects complexes à la fois juridiques et techniques, la procédure de dépôt de brevet exige l’intervention d’un conseil professionnel, interne ou externe à votre entreprise (typiquement mandataire en brevets européens, conseil en propriété industrielle ou avocat spécialiste).

Vous voulez savoir :

  • Comment enclencher une procédure de dépôt de brevet, notamment en France ?
  • Quelles vérifications préalables effectuer ?
  • Comment se déroulera la procédure et sur combien de temps ?
  • Quelles étapes engendreront les principaux coûts ?

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 10 juil. 2017
  • |
  • Réf : 1615

Qu’est-ce qu’un brevet d’invention ? Quelles sont ses caractéristiques ?

À l’origine d’une invention, vous envisagez de déposer un brevet d’invention. Cependant, celui-ci n’est pas adapté à toutes les innovations. Le choix d’une telle protection implique d’en connaître l’objet, les conditions et les limitations.

Titre de propriété spécifique, le brevet d’invention peut devenir un actif stratégique pour l’entreprise dès lors qu’il est en adéquation avec les besoins de protection recherchés en termes technique, économique, juridique et territorial.

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 juil. 2017
  • |
  • Réf : 1616

Théorie scientifique, méthode marketing, logiciel… Que peut-on protéger ?

Parmi les exceptions en termes de « non-inventions », figurent les théories scientifiques, les méthodes marketing, les créations esthétiques ou encore les programmes d’ordinateur qui ne sont pas considérés comme des « inventions » en tant que telles.

Cette conception peut faire l’objet de débats ou de positions divergentes selon les pays et les offices : ainsi en va-t-il notamment des créations informatiques qui peuvent, selon les cas, être considérés comme des inventions brevetables ou non.

La protection d’invention mettant en œuvre ces « non-inventions » reste cependant envisageable sous réserve de connaître les raisons et les contours de ces exclusions d’une part, et de respecter certaines règles de présentation, d’autre part.

Les fiches pratiques pour protéger vos innovations.


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !