#

POLYMÈRE ORGANIQUE : DÉFINITION ET PROPRIÉTÉS

Assemblage covalent, linéaire, ramifié ou cyclique, de macromolécules ou monomères : des molécules comprenant un nombre élevé de motifs de répétition de faible masse moléculaire. Les noyaux des monomères sont le plus souvent constitués d’un atome de carbone, ils donnent naissance alors à des polymères organiques. Deux types de réaction sont utilisés pour la synthèse des polymères : la polymérisation en chaîne (dont la polyaddition) ou la polymérisation par étape (dont la polycondensation). On appelle degré de polymérisation du polymère le nombre de motifs de répétition d’une chaîne.
Liquides ou solides, légers, viscoélastiques, les polymères ne restent stables qu’à des températures modérées et ils sont pour la grande majorité d’entre eux isolants électriques et thermiques. Les propriétés d’un polymère dépendent de plusieurs facteurs, dont le degré de polymérisation, la nature chimique des monomères le constituant, et la nature et le taux des constituants ajoutés (antioxydant, durcisseur, déshydratant, système de vulcanisation…). Ce sont souvent leurs propriétés thermomécaniques (thermoplastique, élastomère, thermodurcissable) qui sont retenues pour leur classement.
La famille des polymères organiques est vaste et scindée en deux grands groupes : les polymères naturels (bois, fibres végétales, latex, ADN…) et les polymères de synthèse avec les matières plastiques (PVC, PTFE, polyéthylène, polycarbonates…), les caoutchoucs artificiels, les peintures, etc. Parmi les polymères naturels, citons le sous-groupe des biopolymères, qui sont des polymères issus d’organismes vivants ou de polymères synthétisés à partir de monomères en provenance de ressources renouvelables, dont les polysaccharides (amidon, cellulose, chitine…), les protéines (caséine, gluten de blé, collagène…), les polyesters de bactéries et les polymères microbiens ou obtenus par voie transgénique [AM3580].
Ces polymères connaissent depuis quelques années un réel essor du fait de leurs origines biologiques et surtout de leur caractère biodégradable. Les polymères bioplastiques permettent de plus en plus d’applications industrielles, de par leur capacité à remplacer les polymères dérivés du pétrole. Les biopolymères sont également très présents dans le domaine médical (implants, fils chirurgicaux, atèles, matrice pour la libération contrôlée de médicaments, peau artificielle…). En agroalimentaire, leur usage offre au formulateur de produits de multiples possibilités de texture [J2220]. Dans le domaine de l'optique, l'utilisation récente de matériaux formés à partir de polymères fonctionnalisés par des molécules spécifiques apporte de nouvelles perspectives à la photonique [E6430]. En électronique, les polymères conjugués ont ouvert un champ de recherche majeur, il est devenu possible d’y générer des espèces chargées (par dopage, injection de charges, photo-excitation) conduisant ainsi à l’élaboration de semi-conducteurs organiques [E1862].

Polymère organique dans l'actualité

Toute l'actualité


Polymère organique dans les livres blancs


Polymère organique dans les conférences en ligne


Polymère organique dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mai 2022
  • |
  • Réf : AM3585

Isosorbide : structure, propriétés, voies de synthèse et applications

La valorisation de ressources naturelles est un enjeu crucial pour de futurs développements économiques. La biomasse végétale permet d’accéder à de nombreux composés capables de substituer les produits pétrosourcés. Cet article présente la molécule d’isosorbide qui fait partie de ces nouvelles molécules biosourcées d’intérêt et ses applications. L’isosorbide est un diol obtenu en trois étapes à partir de l’amidon, voire de la cellulose, et qui est utilisé, après fonctionnalisation, dans les industries pharmaceutique, cosmétique et de chimie de spécialités ou comme réactif dans des réactions de condensation avec des monomères permettant ainsi d’accéder à de nouveaux polymères ayant des propriétés améliorées.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 mars 2021
  • |
  • Réf : AM3718

Physique du moulage des composites structuraux

Cet article présente les principaux phénomènes impliqués dans les procédés de moulage des composites structuraux à matrice polymère et propose une description mathématique simplifiée qui découle directement des grands principes physiques adaptés aux milieux fibreux hétérogènes et anisotropes. Les composites structuraux désignent des polymères thermoplastiques ou thermodurcissables renforcés de fibres continues. Le moulage recouvre les technologies où les écoulements de polymère jouent un rôle important dans la fabrication de la pièce.

  • Article de bases documentaires : RECHERCHE ET INNOVATION
  • |
  • 10 sept. 2021
  • |
  • Réf : RE289

Impression 3D « volumique » : du décimètre au µm ?

Eviter la mise en place de couches en fabrication additive (stéréolithographie) ou oublier l’introduction de supports de réalisation d’un objet 3D complexe non déformé, c’est ce que fait l’impression 3D « volumique » par apport précis dans le volume de l’énergie « utile » à la transformation souhaitée. Il s’agit d’exploiter des processus non-linéaires, simultanés ou séquentiels, qui, pour la plupart, font intervenir la lumière. Les avantages précités doivent donc être mis en regard avec le besoin de transparence des milieux réactifs classiques en 3D, empêchant par exemple la réalisation d’objets en métal. Cet article présente l’état de l’art, les tendances actuelles avec des limites, et tout le potentiel de cette technologie en devenir (en particulier en termes de résolution spatiale).

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 18 juil. 2011
  • |
  • Réf : 0150

Jusqu’à quand mettre sur le marché ou fabriquer une substance non enregistrée avant son échéance d’enregistrement ?

Dans le cadre de la réglemention REACh, vous n’avez pas enregistré une substance, bien que mise sur le marché ou fabriquée, et vous ne bénéficiez plus des échéances réglementaires. Vous vous demandez jusqu’à quand vous pouvez encore la mettre sur le marché ou la fabriquer.

Echéances réglementaires des substances préenregistrées

Les échéances pour les substances préenregistrées sont :

  • le 30 novembre 2010 pour les substances fabriquées ou importées à plus de 1 000 tonnes par an ou classées CMR catégorie 1 ou 2  fabriquées ou importées à plus d’une tonne par an ou les très toxiques pour les organismes aquatiques et pouvant entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique (R50/53) à plus de 100 tonnes par an ;
  • le 30 mai 2013 entre 100 et 1 000 tonnes par an ;
  • le 30 mai 2018 entre 1 et 100 tonnes par an.

L’article 6 de REACh précise que les substances telles quelles ou contenues dans des mélanges ou des articles ne peuvent être fabriquées dans la Communauté européenne ou mises sur le marché si elles n'ont pas été enregistrées. Vous n’avez pas respecté cette obligation et votre échéance d’enregistrement.

Quels sont les points à regarder avant d’arrêter la fabrication ou la mise sur le marché de votre substance ?

100 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations liés aux produits ou substances chimiques : santé et sécurité, usages, scénario d’exposition, autorisations, restrictions, étiquetage…

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 15 mai 2017
  • |
  • Réf : 0485

Comprendre la notion d’enregistrement. Quels sont ses impacts ?

Les installations relevant du régime de l’enregistrement peuvent avoir des impacts sur l’environnement. Cependant, le procédé de ces installations est tel que les risques potentiels sont connus. Les dispositifs de maîtrise sont communs. Ainsi, la procédure peut être simplifiée. C’est la raison pour laquelle ce régime a été créé. Il a pour objectif de réduire de moitié les délais de délivrance des autorisations et de simplifier les dossiers à fournir par les industriels.

L’industriel doit donc réaliser un dossier d’enregistrement. À l’issue de la procédure, il disposera d’un arrêté d’enregistrement.

Lors du fonctionnement, les industriels seront amenés à répondre aux mêmes demandes que les installations classées sous le régime de l’autorisation.

Vous souhaitez comprendre l’impact de ce nouveau régime ? Comment l’enregistrement s’articule-t-il avec les autres régimes ?

180 fiches actions pour auditer et améliorer vos réponses aux obligations relatives aux installations classées pour la protection de l'environnement

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 29 juin 2013
  • |
  • Réf : 1252

La soudure des thermoplastiques par air chaud sans apport de matière externe

Vous utilisez déjà en production un assemblage de matière thermoplastique avec de l’air chaud et vous cherchez des informations complémentaires.

Vous devez choisir une technologie d’assemblage de deux matières thermoplastiques, vous souhaitez découvrir la solution de l’assemblage par air chaud.

Cette fiche pratique, vous guidera sur :

  • les choix de matériel disponible ;
  • les limites de cette technologie ;
  • les choix des matières de base.

Un outil incontournable pour comprendre, agir et choisir- Nouveauté !


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !