Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Conversion directe de l’énergie lumineuse en énergie mécanique

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

Déplacer à grande vitesse, le long de trajectoires complexes et variées, des gouttes d’huile flottant sur l’eau à l'aide de lumière est désormais possible. Des chercheurs français et japonais ont mis au point une méthode qui ouvre de nouvelles perspectives pour le déplacement de liquide sans contact.

La lumière a déjà été utilisée pour déplacer des gouttes sur des surfaces solides photosensibles ou grâce à sa capacité à transférer de la chaleur au liquide sur lequel elle est focalisée. Ces approches ne permettent néanmoins que des déplacements simples et à faible vitesse (1 à 10 µm.s-1). C’est en exploitant la possibilité de modifier localement la tension de surface d’une interface eau/huile sous excitation lumineuse, que des chercheurs du département de chimie de l’Ecole Normale Supérieure de Paris (ENS/CNRS/Université Pierre et Marie Curie), de l’Institut de Physique de Rennes (CNRS / Université de Rennes 1) et de l’Université de Kyoto ont mis au point une nouvelle technique pour déplacer, le long de trajectoires variées, des gouttes d’huile flottant sur l’eau avec une vitesse d’environ 300 µm.s-1.Les molécules dites tensioactives ont la capacité de modifier la tension superficielle de la surface d’une solution. Certaines d’entre elles peuvent voir leur polarité modifiée en fonction de la longueur d’onde de l’éclairement. Pour les molécules utilisées dans cette étude, la polarité augmente sous éclairement UV et diminue sous éclairement bleu. A ces variations de polarité induites par la lumière correspondent des modifications de la tension de surface du liquide dans lequel est dissout le tensioactif photosensible. En introduisant ce type de molécules dans un bain d’eau sur lequel flotte une goutte d’huile, il est alors possible de créer une variation locale de la tension interfaciale eau/huile en illuminant partiellement la goutte avec de la lumière UV et/ou bleue.La création d’une variation locale de la tension interfaciale induit alors un déplacement du liquide tangentiellement à l’interface. Ainsi, lorsque la goutte est placée sous irradiation partielle, ce mouvement interfacial du liquide induit un déplacement de la goutte : celle-ci fuit la lumière UV et est attirée par la lumière bleue. Ce phénomène capillaire qui dépend de la longueur d’onde d’illumination a été baptisé « effet chromocapillaire ».La goutte est donc animée d’un mouvement piloté par la longueur d’onde de l’illumination : il devient possible de la manipuler avec un motif lumineux composé de deux longueurs d’onde (UV et bleu). A la manière d’une pince optique macroscopique, la goutte est piégée au centre d’un disque de lumière bleue (attraction) entouré d’un anneau de lumière UV (répulsion). La goutte peut ainsi être déplacée à volonté à une vitesse de l’ordre de 300 µm.s-1, ce qui est environ 30 fois plus rapide que les mouvements observés traditionnellement sur des surfaces solides photosensibles. Cette nouvelle méthode de conversion directe de l’énergie lumineuse en énergie mécanique ouvre de nouvelles perspectives pour les systèmes photostimulables, le déplacement de liquide en milieu confiné (microfluidique) et la manipulation sans contact d’échantillons fragiles ou dangereux.

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !