Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Des nouvelles ampoules LED à l’ADN de saumon ?

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

Alors que la Commission Européenne vient d'interdire la vente des ampoules traditionnelles, selon The Green Optimistic, des chercheurs de l'Université du Connecticut (UCONN) auraient utilisé l'ADN de saumon pour développer une nouvelle génération de LED.

Selon un article paru dans le média britannique The Green Optimistic [1], des chercheurs de l’université du Connecticut auraient utilisé de l’ADN de saumon pour développer une nouvelle génération de LED.Cette équipe de chercheurs serait parvenue à ce résultat en ajoutant un colorant fluorescent à l’ADN d’un saumon puis en isolant les séquences d’ADN et en les transformant en nanofibres, créant ainsi un tout nouveau matériau qui dégage la lumière blanche et brillante caractéristique des ampoules à LED… et pas très agréable à l’œil d’ailleurs il faut bien le dire !C’est justement dans le but d’améliorer un peu cette couleur blanche que les chercheurs de l’UCONN ont commencé à mener leurs recherches. Ils pensent aujourd’hui qu’en agissant sur le pourcentage des colorants introduits dans l’ADN du saumon, ils peuvent parvenir à changer la qualité de la couleur émise par la LED elle-même.

l’ADN permet d’orienter les colorants de façon optimale
Alors que d’autres chercheurs essayent depuis un moment déjà, mais sans grand succès, de modifier cette couleur à partir de matériaux tels que des nanoparticules de silicium et des copolymères à blocs, cette nouvelle découverte des propriétés fluorescentes d’une séquence d’ADN du saumon a fait l’effet d’une petite bombe par la rapidité et l’efficacité des résultats obtenus.Selon David Walt, professeur de chimie à la prestigieuse Tufts University : « Lorsque les rayons UV tapent sur le matériel génétique, un colorant se met à absorber l’énergie et produit la lumière bleue. Si une molécule de colorant se trouve à une distance adéquate, elle va absorber une partie de l’énergie de la lumière bleue et émettre une lumière orange. L’utilisation de l’ADN permet d’orienter ses colorants de façon optimale ».Ceci posé, il faut tout de même rappeler qu’aujourd’hui aucune étude n’a réellement démontré que les ampoules à LED étaient plus économes en énergie et moins onéreuses que les ampoules basse consommation en ce moment dans le commerce (bien que souvent critiquées) ou que les bonnes vieilles ampoules à incandescence qui ne seront plus du tout possible à trouver dans le commerce d’ici peu. [1] Lire l’article du Green OptimisticFrancis Rousseau est rédacteur en chef de plusieurs blogs portant sur l’environnement et les énergies renouvelables pour 3B Conseils, cabinet conseil en communication scientifique et technique et bureau d’études. Il anime notamment Les énergies de la mer, spécialisé dans les énergies marines.

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !