Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Du Round-UP a été retrouvé dans les urines de personnes n’en ayant jamais utilisé

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

Le glyphosate, un herbicide courant, passe dans l’organisme sans que l’on comprenne encore comment.

Monsanto encore au cœur des attaques d’écologistes. Cette fois, c’est le désherbant le plus célèbre, Round-Up, qui est en cause. Plus précisément l’un de ses composants, le glyphosate. L’association Les Amis de la Terre a testé 10 Français volontaires censés n’avoir jamais utilisé de substances susceptibles de contenir du glyphosate. D’après les analyses, trois des échantillons contenaient du glyphosate. Cette enquête, bien qu’à très petite échelle, va dans le même sens que d’autres mesures réalisées dans d’autres pays par les versions étrangères de cette association, où du glyphosate a été découvert dans des urines de personnes n’ayant jamais utilisé de désherbant.

« Nous sommes exposés quotidiennement à ce produit, pourtant, on ne sait pas comment il pénètre dans nos corps et peu de choses sont connues sur sa dissémination dans l’environnement ou sur ces conséquences néfastes pour notre santé. Alors que c’est l’herbicide le plus utilisé en Europe, il est scandaleux que les pouvoirs publics ne contrôlent que rarement s’il y a du glyphosate dans nos aliments et dans l’eau potable. Pourtant, quand on fait ces recherches, comme les Amis de la Terre, il s’avère que la contamination humaine est répandue. » s’emporte Christian Berdot, des Amis de la Terre France.

Le glyphosate étant très utilisé, il n’est pas choquant d’en retrouver des traces. D’autant plus qu’il ne s’agit pas d’une molécule biodégradable. Elle reste présente dans le sol plus d’un mois minimum. La question est : dans quelle quantité ? L’effet toxique du glyphosate sur les animaux et sur l’homme reste discuté. Dans les études contradictoires existantes, les unes prouvent sa toxicité, les autres son innocuité. L’Union Européenne doit s’intéresser au glyphosate en 2015.

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !