Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

Multiplication des masters en développement durable

Posté le par La rédaction dans Environnement

Pour répondre aux attentes des entreprises, l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et L’Ecole Européenne d’Intelligence Economique se sont rapprochées pour créer le nouveau master professionnel « Intelligence Economique et Développement Durable » alors que, de son côté, l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction de Caen (ESITC Caen) lance un mastère spécialisé en éco-matériaux et développement durable, tourné vers le BTP. Présentation.

Selon une étude du Boston Consulting Group (BCG), 450 milliards d’euros devraient être générés d’ici 2020 dans les domaines d’activités de l’économie verte et permettre la création de plus de 600.000 emplois, en particulier dans les secteurs de la construction, des transports et des énergies renouvelables. Pour répondre à ces futurs besoins du marché du travail, les écoles créent de nouveaux masters, professionnels ou spécialisés, en développement durable.Confrontées non seulement à une concurrence très dure mais aussi à des enjeux environnementaux de plus en plus contraignants, les entreprises ont pris conscience de l’importance de la maîtrise de l’information et de leur responsabilité sociétale, et recherchent des spécialistes capables de répondre à ces nouvelles exigences. Cette double compétence en intelligence économique et développement durable, elles la trouveront chez les titulaires du nouveau master professionnel né du rapprochement de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en Yvelines (UVSQ) et l’Ecole Européenne d’Intelligence Economique (EEIE) : « Intelligence Economique et Développement Durable ». Ce diplôme de Master 2 universitaire qui sera lancé en septembre 2010, est proposé en option et compte environ 150 h de cours dédiés. Ainsi, les élèves de l’EEIE qui choisiront cette option, auront plus de 600 heures de cours dans l’année.

Une double compétence
Selon Benoît de Saint-Sernin, Directeur de l’EEIE : « Nous sommes au début de l’économie verte. Dans ce contexte, les cadres doivent être capables de gérer de grandes quantités d’informations souvent inédites, de protéger leurs inventions et d’avancer des solutions légales ou réglementaires auprès des autorités européennes afin d’encadrer cette nouvelle économie. C’est la fonction même de l’intelligence économique ! Grâce à ce rapprochement entre une très grande université et une école spécialisée, nous jouons pleinement notre rôle de formateur : préparer au mieux l’avenir ».Afin de répondre à la demande croissante de scolarité en parallèle d’une activité en entreprise (un tiers de la promotion bénéficie de ces contrats spécifiques), l’EEIE a aménagé l’organisation de ses cours et les cadres pourront retourner à temps plein dans leurs entreprises à partir du 1er avril 2011.Pour sa part, l’UVSQ propose un ensemble complet de formations « professionalisantes » dans le domaine de l’environnement et du développement durable : 5 licences professionnelles, 11 masters professionnels, 3 masters recherche. En apprentissage pour la plupart, ces formations préparent les nouvelles générations à réfléchir, décider et agir sur les changements environnementaux et sociétaux.

Une expertise très demandée sur le marché de travail du BTP.
Pour répondre aux demandes de projets et de travaux exigés par les nouvelles réglementations concernant la préservation de l’environnement et les économies d’énergie, les entreprises du BTP réclament de plus en plus des spécialistes dans ces domaines. Pour elles, l’Ecole Supérieure d’Ingénieurs des Travaux de la Construction de Caen (ESITC Caen) a décidé de créer un nouveau Mastère spécialisé en éco-matériaux et développement durable. Cette formation, labélisée CGE, sera dispensée à partir du septembre 2010.L’ESITC Caen), grande école d’ingénieurs spécialisée en BTP, mise déjà depuis quelques années sur la spécialisation de ses ingénieurs dans le domaine du développement durable, à travers l’axe recherche proposé à ses élèves ingénieurs de 5e année et la formation continue. « Forts de cette expérience, explique Hélène Grimault-Duc, directrice de l’ESITC Caen, nous avons créé le Mastère Spécialisé en éco-matériaux et développement durable afin de proposer aux ingénieurs, architectes, urbanistes, maîtres d’ouvrage ou autres professionnels proches de l’acte de la construction, une formation qui procure une expertise de haut niveau, très demandée sur le marché de travail ». Le cursus du MS de niveau bac+6 et d’une durée de 1 an, dont 6 mois en entreprise, comprendra 7 modules : développement durable, construction durable, matériaux de construction, éco-matériaux, économie de la construction, choix contextuel des matériaux et principes constructifs, ainsi qu’une mission en entreprise. Les diplômés se positionneront comme des référents au niveau national et international pour mettre en œuvre la démarche du développement durable pour la construction dans tous les secteurs du bâtiment et des travaux publics. Ils seront également capables de participer à la conception de nouveaux bâtiments économes en énergie et à faible impact environnemental, ainsi qu’à l’élaboration de matériaux de construction alternatifs et innovants.  Marc CHABREUIL

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !