Logo ETI Quitter la lecture facile

Seuls 12 % des mobiles professionnels sont des smartphones

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Le taux d'équipement des Français en téléphone mobile se stabilise, mais la nature des téléphones se spécialise selon l'usage qu'il en est fait. Pour autant, les smartphones restent encore minoritaires, même chez les professionnels.

La téléphonie mobile s’est imposée dans la société française, mais sa diffusion tend à se stabiliser en 2009. Telle est l’une des premières conclusions de la 5ème édition de l’observatoire du téléphone mobile réalisée par TNS Sofres pour le compte de l’Association française des opérateurs mobiles (AFOM) (voir la méthodologie).En 2009, 79 % des personnes interrogées déclarent disposer d’un téléphone mobile personnel ou professionnel, soit le même chiffre qu’en 2008. Un équipement qui va d’ailleurs souvent de pair avec une ligne fixe (69 % des interviewés). Seuls 10 % d’entre eux disent n’avoir qu’un téléphone mobile, soit deux point de moins qu’en 2008 (12 %). Le taux d’équipement de la population active en mobile professionnel s’élève quant à lui à 21 %.   Mais de quelle nature sont ces téléphones ? Diffèrent-ils selon qu’il s’agit d’un appareil personnel ou professionnel ? La réponse est clairement positive. La majorité des mobiles personnels (54 %) permettent, en plus des fonctions de base, de prendre des photos ou d’écouter de la musique, contre 38 % pour les téléphones professionnels. A contrario, les mobiles professionnels sont soit proportionnellement beaucoup plus frustres, 50 % d’entre eux n’offrent que les fonctions de base (téléphoner et envoyer des SMS), soit beaucoup plus complets en permettant d’accéder à l’Internet mobile (12 % contre 9 % pour les téléphones à usage personnel). D’ailleurs, au global, la proportion de mobinautes dans la population des français équipés d’un mobile continue de progresser. En 2009, 23 % déclarent utiliser leur mobile comme un accès à Internet, soit 1 point de plus qu’en 2008. Un chiffre bien supérieur chez les 12-24 ans (41 % en hausse de 7 points) ainsi que chez les 25-39 ans (31 % en hausse de 8 points). Mais cette pratique reste essentiellement confiné à l’espace de la maison (59 %). Seuls 38 % des mobinautes déclarent se connecter dans la rue, 36 % dans un salle d’attente, 35 % au travail ou en cours, 35 % dans un café ou au restaurant et 32 % dans les transports en commun. L’Internet mobile a donc encore des progrès à faire.Sans doute faut-il attendre les nouveaux standard qui permettront de débrider les débits. Méthodologie de l’étudeCette enquête a été réalisée les 28, 31 août et 1er septembre 2009 auprès d’un échantillon national de 1.200 personnesreprésentatif de l’ensemble de la population française âgée de 12 ans et plus selon la méthode des quotas (sexe, âge, profession du chef de ménage) et selon une stratification par région et par catégorie d’agglomération. Ces personnes ont été interrogées en face à face à leur domicile par le réseau des enquêteurs TNS Sofres. Cet échantillon est identique à celui utilisé en 2006, 2007 et 2008. En 2005, l’étude portait sur un échantillon national représentatif des Français âgés de 15 ans et plus. )Liens utiles

  • L’étude sur le site de l’AFOM

 A.L B

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !