Logo ETI Quitter la lecture facile

Un trottoir anti-smog nettoyant l’air

Posté le par La rédaction dans Environnement

Bottrop (Rhénanie du Nord, Westphalie) est une ville modèle du développement durable en Allemagne, avec des objectifs ambitieux de réduction des émissions de CO2. Elle a ainsi reçu le label de ville de l’innovation de la Ruhr (Innovation City Ruhr) et a présenté un plan complet incluant des mesures pour le logement, la mobilité, l’énergie, l’urbanisme et l’emploi. Une des expérimentations en cours est l’utilisation d’un nouveau béton anti-smog, le Photoment, qui est coulé sous forme de dalles pour les trottoirs.

Le principe de fonctionnement est connu depuis longtemps et utilisé dans d’autres domaines : le dioxyde de titane (TiO2), qui rentre dans la composition des dalles, permet, avec l’aide des rayonnements ultraviolets du soleil, de transformer les oxydes d’azote contenus dans l’air (NOx) en ions nitrates (NO3-), avant qu’ils n’aient pu se convertir en ozone (O3), responsable du smog. Le dioxyde de titane ne joue qu’un rôle de catalyseur (de photo-catalyseur ici en l’occurrence) et n’est donc pas consommé pendant la réaction de « nettoyage » de l’air. Les ions nitrates s’accumulent au sol et sont lavés par la pluie qui les achemine vers les égouts. Les concentrations sont faibles et ne peuvent constituer un danger pour la qualité de l’eau et la santé.

Dans le cas de Bottrop, 750 m2 de béton ont été installés à un croisement routier qui devrait être capable d’éliminer 1,82 mg de NOx par heure (2,4 micro-g/m2 par heure en moyenne, d’après les informations du site de Photoment). La ville de Laupheim (Bade-Wurtemberg) avait déjà introduit Photoment en 2014 sur une surface de 500 m2. L’utilisation de ce béton, qui a pour le reste les mêmes caractéristiques qu’un béton traditionnel, conduit à un coût supplémentaire de 3 à 5 euros par m2. Son emploi doit donc être comparé avec d’autres mesures possibles pour réduire les émissions d’oxydes d’azote.

Ce produit a été conçu par l’entreprise Steag Power Minerals, en collaboration avec le producteur de dioxyde de titane Kronos Titan et avec la validation technique de l’Université de Technologie de Berlin (TU Berlin).

Source : bulletins-electroniques.com

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !