#

Argent : définition et propriétés

Métal précieux, l’argent possède, outre sa malléabilité et sa ductilité, des propriétés spécifiques, dont des conductivités électronique et thermique très élevées, un haut pouvoir réflecteur et une solubilité faible ou nulle de ses sels. Ce métal blanc brillant, laiteux et clair, un des premiers métaux connus par l’Homme, est utilisé non seulement en bijouterie-joaillerie, en décoration, mais également dans de nombreux domaines industriels (photographie, optique, chimie, médical, pharmaceutique, électronique, électricité, soudure...), et bien sûr depuis des millénaires pour la frappe de monnaies ou de médailles. L’argent forme alliage avec d’autres métaux (or, cuivre, zinc, cadmium, platine). Les cours de l’argent sont fortement liés à ceux de l’or, avec des phases spéculatives.

Dans la nature, l’argent est associé, en grande majorité, à du cuivre, du plomb, du zinc ou de l’or, mais il existe également des sulfures et des sulfosels d’argent. En cas d’association à l’or, la méthode d’extraction retenue sera l’hydrométallurgie basée sur la solubilisation par le cyanure.

Aujourd’hui, la production minière d’argent couvre environ 70 % de la demande mondiale, qui n’a jamais été aussi élevée, avec un petit tiers en provenance des mines d’argent, un autre tiers des mines de zinc et de plomb, un quart extrait des mines de cuivre et 12 % des mines d’or. Entre 2007 et 2015,  l’extraction argentifère augmente de 670 à plus de 890 millions d’onces. Mais, en 2016, elle amorce une descente, confirmée en 2017 avec seulement 870 millions d’onces. A noter que tous les pays producteurs ont enregistré une baisse notable en 2018, à l’exception de l’Asie et de l’Australie. Les ressources se raréfient incontestablement, avec des extractions de plus en plus difficiles et coûteuses. Un grand nombre d’experts annoncent un épuisement des stocks d’argent aux alentours de 2025. 

Ajoutons que le recyclage de l’argent ne représente en 2019 que 20 % de la production globale actuelle, la grande majorité de l’argent métal n’étant pas recyclé. La récupération de l’argent à partir des déchets solides ou liquides est complexe, car devant être adaptée à la spécificité de chaque secteur d’activité. De plus, tout comme l’or, présent en de très faibles quantités dans bon nombre d’applications, notamment dans les composants électroniques, ce métal n’est pas récupéré. Le gisement collectable est évalué à 120 tonnes, pour un gisement collecté de 60 tonnes.

L’argent se montre intéressant de nos jours pour de nouveaux usages (constituants de batteries, contacts électroniques, fabrication de tissus antimagnétiques ou antibactériens…) pour lesquels il doit répondre à des caractéristiques précises et souvent étroites. En relais aux bactéricides à base d’argent utilisés de longue tradition, l’argent nanométrique est l’un des nanomatériaux antibactériens et antifongiques les plus utilisés dans les produits de consommation (en conjugaison avec les antibiotiques, dans les dentifrices, en revêtement sur les masques et outils chirurgicaux, mais aussi en emballage alimentaire et sous forme d’additif). Très efficaces, bon marché et faciles à synthétiser et à manipuler, les nanoparticules d'argent représentent un grand potentiel en tant qu’agent antibactérien. Cependant, de nombreux travaux de recherche portant sur l’évaluation des risques d’une exposition humaine aux nanoparticules d’argent concluent que ces nanoparticules ont des effets néfastes sur la santé humaine.

Argent dans l'actualité

PublicitéDevenez annonceur

Toute l'actualité


Argent dans les livres blancs


Argent dans les conférences en ligne


Argent dans les ressources documentaires

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 sept. 2010
  • |
  • Réf : M1625

Dépôt électrolytique de l’or et de l’argent

Le dépôt électrolytique de l'or et de l'argent permet l'obtention d'une couche métallique sur un substrat conducteur, par réduction cathodique des formes oxydées en solution de ces deux métaux. Cet article a pour objet d'apporter une aide dans le choix du type de revêtement sur la base des propriétés recherchées. Une distinction est effectuée entre les applications à but décoratif et les applications techniques. Les familles de formulation, existantes à l'échelle industrielle, sont exposées pour chacun de ces deux métaux traités séparément, ainsi que les conditions d'obtention de ce revêtement et ses principales caractéristiques.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 déc. 2006
  • |
  • Réf : M2396

Métallurgie de l’argent

Métal précieux, mais aussi industriel, l’argent présente une grande conductivité électronique et thermique, et un pouvoir réflecteur élevé. La méthode métallurgique d’extraction de l’argent dépend du métal avec lequel il est associé ; hydrométallurgie basée sur la solubilisation par le cyanure pour l’or, pyrométallurgie pour les concentrés de plomb, pyro-hydrométallurgie pour ceux du cuivre, hydrométallurgie pour ceux du zinc. Les coûts de production varient grandement en fonction du pays et de l’exploitation à l’autre. La production minière d’argent couvre plus des 2/3 de la demande. Même si la récupération de l’argent à partir des déchets solides reste complexe, le taux de recyclage de ce métal atteint néanmoins 20 %.

  • Article de bases documentaires
  • |
  • 10 janv. 2017
  • |
  • Réf : NM8150

Nanoparticules de dioxyde de titane et d’argent

Cet article présente les vecteurs d’exposition cutanée, la pénétration, les résultats des études de toxicité des nanoparticules de dioxyde de titane et d’argent, ainsi que les mécanismes d’intoxication quand ils sont connus. Les nanoparticules se déposent et/ou pénètrent dans la couche cornée de l’épiderme. Dans le cas d’une peau lésée, le dioxyde de titane pénètre un peu plus profondément. L’usage de pansements au nanoargent pour les brûlures permet à l’argent de passer dans la circulation systémique et d’être distribué dans le corps et les organes cibles. Le cas de l’utilité du nanoargent, pour certaines applications, compte tenu de son impact sur l’environnement, sera abordé dans cet article.

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 19 févr. 2012
  • |
  • Réf : 0330

Comment l’entreprise innovante crée-t-elle de la valeur ?

La création de valeur subit l’influence d’une économie qui repose de plus en plus sur de nouvelles activités axées sur l’innovation et faisant largement appel au capital humain et aux connaissances.

Peut-on alors parler d'une nouvelle conception de la création de valeur ? Est-ce l’innovation ou bien les connaissances qui concourent à l’innovation qui sont porteurs de valeur ?

Quel sens donner à cette création de valeur ? Plus globalement, comment cette création de valeur est-elle présente dans des entreprises innovantes ?

Cette fiche vous permettra de faire le lien entre création de valeur, connaissance et innovation. La démarche à suivre est la suivante :

  • Définir la création de valeur par l’entreprise.
  • Montrer en quoi les connaissances qui concourent au processus d’innovation constituent en soi une valeur pour l’entreprise.
  • Relier connaissance, innovation et création de valeur par la notion« d’intelligence stockée ».

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 21 nov. 2012
  • |
  • Réf : 1091

Appliquer l’intelligence scientifique dans votre entreprise

Vous êtes chef d’entreprise, ingénieur ou professionnel de l’information (veilleur, knowledge manager, documentaliste, responsable d’un service d’information, bibliothécaire, etc.) et vous êtes déjà sensible aux problématiques de la veille. Vous avez conscience des enjeux informationnels pour la pérennité de votre activité. Vous vous interrogez sur le périmètre de votre veille, sur sa mise en place, sur les enjeux à long terme pour la rétention du patrimoine immatériel de votre organisation. Cette base documentaire vous concerne. Elle est conçue pour être opérationnelle, pragmatique, pouvant être consultée en ligne ou en version imprimée afin de pouvoir mettre en pratique directement les conseils des meilleurs experts.

Toutes les clefs pour maitriser la veille technologique

  • Article de bases documentaires : FICHE PRATIQUE
  • |
  • 04 août 2015
  • |
  • Réf : 1498

Instaurer l’esprit frugal dans votre entreprise

L’innovation frugale est plus qu’une stratégie : c’est un nouvel état d’esprit qui vise à utiliser judicieusement les ressources disponibles pour concevoir des innovations à la fois simples et essentielles. Les mots d’ordre sont économie, agilité et flexibilité, de façon à réduire drastiquement les coûts tout en répondant aux besoins de l’ensemble de la chaîne de valeurs.

Cette fiche vous donnera des conseils pour :

  • changer de point de vue, en venant questionner les règles de votre entreprise et en retravaillant sur l’identité des technologies existantes ;
  • intégrer la flexibilité des logiques frugales, en s’organisant différemment et en ouvrant les frontières de la conception au réseau sociotechnique local.

Méthodes, outils, pilotage et cas d'étude


INSCRIVEZ-VOUS AUX NEWSLETTERS GRATUITES !