Logo ETI Quitter la lecture facile

ABB va relier les éoliennes irlandaises aux côtes britanniques

Posté le par La rédaction dans Environnement

Pour continuer le développement de son activité éolienne en mer du Nord, l'Irlande doit développer son réseau de distribution. Première étape, le raccord des réseaux irlandais et britanniques, grâce à la pause d'une ligne haute tension sous-marine de plus de 180 km.

L’Irlande a choisi de développer au maximum son activité éolienne en mer du Nord. Un choix qui nécessite la construction d’un réseau maillé de lignes à haute tension à toute épreuve. La première pièce de ce réseau verra bientôt le jour. En effet, le suédois ABB, leader mondial des transmissions électriques, a remporté un contrat majeur de 550 millions de dollars pour raccorder les réseaux électriques irlandais et britannique avec des lignes haute tension sous-marines capables d’absorber l’énergie éolienne capricieuse, que l’Irlande veut développer à grande échelle au large de ses côtes. Car qui dit énergie éolienne, dit réseau rénové capable de la gérer, comme l’avait souligné Philippe Guillemot, le patron d’Areva Transmission et Distribution (lire l’article sur Greenunivers), challenger d’ABB. L’Irlande pourra importer du courant si le vent tombe, et l’exporter s’il souffle.

186 km de ligne sous-marine
La compagnie gestionnaire du réseau irlandais, Eirgrid, a commandé à ABB un système de transmission de 500 MW à très haute tension (HVDC), le moins nocif possible pour l’environnement. Dans le détail, des câbles propres, peu de pertes électriques, des champs électromagnétiques neutres ainsi que des systèmes de redémarrage sans énergie extérieure en cas de blackout composeront le réseau.Posées entre Dublin et le Pays de Galles, les lignes, gainées de polymère, seront sous-marines sur 186 km et souterraines sur 70 km, donc quasiment invisibles, sauf au niveau des stations de conversion de courant continu en courant alternatif, et vice-versa. Elles transporteront du courant à 200.000 volts, le plus haut voltage possible sur ce type de câble, ce qui permettra de transporter 500 MW.La date de mise en route de ce réseau partiellement sous-marin, la première pierre du « supergrid » européen, est prévue pour 2012.Par Laurence Benhamou, auteur du blog Greenunivers 

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !