Logo ETI Quitter la lecture facile

Antarctique : mise en fonction d’un parc éolien en milieu extrême sur l’Ile de Ross

Posté le par La rédaction dans Environnement

Le parc éolien de l'Ile de Ross dans l'Antarctique a commencé officiellement à produire de l'électricité à pleine puissance pour la toute première fois. Une prouesse technologique qui consacre le plus important parc implanté en Antarctique. Explications.

Le parc éolien de l’Ile de Ross dans l’Antarctique a commencé officiellement à produire de l’électricité à pleine puissance pour la toute première fois. Ici c’est l’été et donc la saison idéale pour monter et mettre en service les projets. C’est à l’audace de la Nouvelle-Zélande et des États-Unis que l’on doit d’avoir monté le projet éolien de l’Ile de Ross et de l’avoir rendu fonctionnel depuis samedi dernier à pleine puissance.Quel autre mot convient en effet sinon « audace » pour qualifier la mise en oeuvre d’un tel projet en milieu extrême là où il fait nuit six mois par an, où le vent est constamment implacable, et où les températures sont vraiment glaciales (car il ne s’agit pas ici de nos petits – 15 ou – 20 °C) et où il n’y a, pour arranger le tout, qu’une seule desserte de navires par an ! Mieux vaut ne pas avoir oublié un boulon ! C’est un tel défi, qu’un blog (ICI) a été entièrement dédié par Scott Benett de Meridian Energy à la construction de ce parc éolien pour en suivre pas à pas la progression.Samedi dernier donc, profitant d’une de ces belles journées ensoleillées (genre 0 °C degré) de l’été austral, le parc éolien de l’Ile de Ross dans l’Antarctique a commencé officiellement à produire de l’électricité à pleine puissance pour la toute première fois. Il en aura coûté quelques 7,4 millions de dollars pour en arriver là et pour générer jusqu’à 1MW d’électricité. Ce n’est pas énorme, diront certains mais cela va déjà permettre de réduire de façon significative l’utilisation du diesel sur la base Scott qui appartient à la Nouvelle-Zélande et dans la station McMurdo qui appartient aux Etats-Unis. Selon la compagnie nationale néo-zélandaise Meridian Energy promoteur du projet, la production de CO2 s’en trouvera ainsi réduite de 1370 tonnes par an.

Démontrer le potentiel de l’énergie éolienne
Ce petit parc éolien en milieu extrême est constitué de trois Enercon E33 de 333 kW chacune qui fournissent environ 11 % de la puissance pour les deux bases. La marque n’aura jamais autant justifié sa baseline « Energy for the world » !Une webcam permet de suivre en direct et 24 heures sur 24 (puisqu’il fait jour tout le temps), le fonctionnement de la ferme éolienne de l’île de Ross en Antarctique. La webcam est consultable ICI. Et comme on peut le voir sur la photo en tête d’article, il fait très beau !Sur son blog déjà cité plus haut, Scott précise que ces turbines constituent une déclaration en faveur des énergies renouvelables et la preuve qu’elles sont bien arrivées au bout du monde. « L’exploitation des éoliennes peut être vue à la fois depuis la Base de Scott et depuis la station McMurdo ce qui intéresse et distrait beaucoup les deux communautés sur place ».Comme on les comprend… les manchots empereurs et les pétrels c’est super, mais bon les éoliennes ça change un peu ! Bien que le projet ait commencé à être mis en place en novembre 2008, ce n’est donc que samedi dernier qu’il s’est mis à fonctionner à pleine puissance. De façon à donner à cet évènement le caractère officiel qu’il mérite, ce sont à la fois le ministre des affaires étrangères de Nouvelle-Zélande, Murray McCully,et l’ambassadeur des Etats-Unis en Nouvelle-Zélande, David Huebner, qui ont tourné depuis Auckland (Nouvelle-Zélande) le commutateur vidéo qui a permis de voir les premières images du parc en fonctionnement. Bien que ce parc éolien de l’Ile de Ross soit désormais le plus important de l’Antarctique, il n’est pas le premier. L’Australie avait en effet mis en service dès 2003 deux turbines éoliennes fournissant 600 kW, pour sa station de Mawson. 

Source:
les énergies de la mer
Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !