Logo ETI Quitter la lecture facile

Et les leaders de l’innovation sont…

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Sans surprise, on retrouve sept entreprises américaines dans le top 10 et devinez qui revient en pole position pour la neuvième fois consécutive : Apple !

Ces résultats mis en évidence par l’étude du cabinet international de conseil en stratégie Boston Consulting Group (BCG) n’éclairent pas vraiment d’un regard neuf la situation de l’innovation dans le monde. Ils confirment plutôt la tendance qui se dégage depuis maintenant quelques années : la domination de l’high tech dans ce domaine. Les entreprises classées juste derrière Apple s’appellent Google, Samsung, Microsoft et IBM. Et elles ne sont pas prêtes d’être détrônées.

Si l’on parcourt ce classement paru en fin d’octobre dernier et réalisé grâce à la participation de 1 500 cadres dirigeants, on constate deux trois choses. La première, c’est que le trio de tête ne bouge pas, bien que Google vienne ravir cette année la deuxième place à Samsung. Pour Apple, l’indéboulonnable, la situation est tranquille puisqu’elle arrive en tête depuis neuf ans. En tout, douze entreprises sur vingt se rattachent au secteur de l’high tech.

L’édition 2014 du BCG permet également d’observer un léger déclin du secteur automobile dans la perception que se font les entreprises sur l’innovation. Les chiffres sont parlants : on recense uniquement 4 entreprises dans le top 20 contre 9 en 2013 et 9 dans le top 50 contre 14 l’année précédente. Seul le constructeur automobile de voitures électriques Tesla motors tire son épingle du jeu et fait un net bond en avant, passant de la 34e place à la 7e. En créant la rupture dans son domaine, Tesla a clairement donné un coup de vieux à ses concurrents et changé la perception de ce que doit être l’innovation dans l’automobile.

Il en ressort aussi que les pays émergents talonnent de plus en plus près les pays déjà bien installés. Ils ne sont certes présents qu’à hauteur de 10 % dans ce classement mais ils progressent. En 2013, ils n’occupaient que 4 % du tableau. La raison tient au fait qu’ils investissent en grande pompe dans l’innovation et n’ont que peu de barrières légales comme c’est le cas aux États-Unis par exemple où les lois sont déjà bien établies.

Par Sébastien Tribot

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !