Logo ETI Quitter la lecture facile

3 questions à

Femme et ingénieure… épisode 3

Posté le par André ONGANI dans Matériaux, Biotech & chimie

ENTRETIEN AVEC LES LAUREATS DU CONCOURS INGENIEUSES’18 – CATEGORIE PROJET LE PLUS ORIGINAL

Le vendredi 25 mai 2018 a eu lieu la cérémonie de remise de prix du concours Ingénieuses’18, organisé par la Cdefi. Celui-ci a pour vocation de récompenser les actions en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes. A ce titre, un prix est décerné à une école d’ingénieur ayant mis en place un projet original en ce sens. Cette année, il a été doublement décerné à l’ENSCMu (Ecole Nationale Supérieure de Chimie Mulhouse), cette école ayant présenté deux projets arrivés ex-aequo.

La faible proportion de femmes ingénieures a incité la CDEFI (Conférence des directeurs des écoles françaises d’ingénieurs) à mettre en place l’opération Ingénieuses en 2011, afin d’attirer davantage de jeunes filles en écoles d’ingénieur-e-s. La cérémonie de remise des prix a eu lieu le 25 mai dernier, l’occasion de rencontrer les lauréats du Projet le plus original, ENSCMu.

 

Les projets :

Projet à destination des enfants d’une maternelle :
Les étudiants de première année participent à la présentation d’ateliers scientifiques à l’école maternelle des Romains de Rixheim. Cette collaboration entre une grande école et une école maternelle permet de sensibiliser les élèves en maternelle à un monde où filles et garçons pratiquent la science. Depuis 2014 et chaque année, entre huit et douze étudiants en première année à l’ENSCMu choisissent ce projet. Durant l’année 2017-2018, le projet a été soutenu pendant sept mois par dix élèves, dont six filles. L’objectif premier a été de susciter la vocation d’ingénieur et de lutter contre les idées reçues. Les élèves sont intervenus à quatre reprises en école maternelle. Au cours de ces ateliers, les enfants ont pu expérimenter la cuisine moléculaire, créer une lampe à lave ou encore de la neige qui ne fond pas.

• Projet à destination des écoles primaires :
Le projet consiste à des animations organisées par des élèves-ingénieurs et encadrés par des professeurs. Le but de ces interventions est d’éveiller la curiosité des filles. Le projet commence en octobre, les élèves-ingénieurs sélectionnent trois dates et trois écoles primaires, pour un total de cinq classes. Ils choisissent différents publics, allant du CP au CM2. D’octobre à janvier, des expériences sont réalisées par les élèves-ingénieurs afin de juger si elles sont réalisables et adaptées aux enfants. De février à avril, le groupe d’étudiants de l’ENSCMu intervient sur trois après-midis afin de faire réaliser des activités scientifiques aux enfants.

 

Entretien avec Corinne Trouche et Samuel Fouchard, enseignants à  l’ENSCMu et porteurs de ces projets.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de ces projets ?

• Interventions dans les écoles primaires
L’action mise en œuvre consiste à promouvoir la chimie auprès des plus jeunes afin de les inciter à s’intéresser aux métiers scientifiques. Cette promotion prend la forme d’animations scientifiques en école primaire, organisées par des élèves ingénieurs de l’ENSCMu volontaires et la globalité du projet est encadrée par une enseignante de l’ENSCMu, Corinne Trouche. Les jeunes ingénieures y jouent une place importante (8 sur les 10 étudiants participants en 2017/2018) puisqu’elles montrent aux enfants que l’on peut être une femme et suivre des études scientifiques. Cette année dix élèves ingénieurs en première année de cycle ingénieur sont intervenus dans deux écoles primaires proches de Mulhouse, à Habsheim et Rixheim, en février – mars, et ont accueilli une école de St Louis à l’ENSCMu en avril, aboutissement d’un travail démarré dès le mois d’octobre.
Encadrés par Corinne Trouche, enseignante à l’ENSCMu, les élèves se sont chargés de l’organisation des interventions dans chaque école, du choix des expériences à faire avec les enfants du CP au CM2, jusqu’à la planification de leurs interventions en passant par la préparation des supports et du matériel nécessaires. Après une rapide présentation de la chimie dans la vie quotidienne, les écoliers en classes monolingues et bilingues allemand ont pu assister à des expériences présentées par les élèves. Puis ils ont réalisé eux-mêmes de petites manipulations simples et visuelles comme la bouteille bleue, l’encre magique, le volcan chimique, la magie des bonbons… En fin de séance, ils ont reçu un petit diplôme et un livret d’expériences à faire à la maison. Ces animations ont aussi eu lieu certaines années précédentes et seront probablement reconduites en 2018/2019, « année de la chimie de l’école à l’université ».

• Interventions à l’école maternelle
Dans le même esprit en maternelle, l’ENSCMu s’investit tous les ans depuis 2014 dans le projet science de l’école des Romains à Rixheim, dirigée par Véronique Letourneur sous la houlette de Samuel Fouchard, enseignant-chercheur. Ce projet a pour but de sensibiliser les élèves de maternelle à une culture scientifique et technique en les mettant au contact d’un monde réel dans lequel filles et garçons pratiquent la science, en leur proposant des thèmes variés dans tous les domaines (vivant, matière, objets), en leur permettant de découvrir, se questionner, mener des investigations…, en construisant ainsi des connaissances simples (que l’on aura identifiées), en répondant à leur questionnement, en développant des compétences langagières.
Cette année dix élèves ingénieurs ont assuré trois sessions d’ateliers chimie de février à avril dans les classes de moyennes et grandes sections. Ils viennent également de présenter un spectacle de chimie devant les familles lors des portes ouvertes de l’école maternelle le 08 juin dernier.
Pour ce projet les élèves doivent élaborer et tester des expériences adaptées au public visé, et vulgariser leur propos à travers la création d’un petit carnet d’accompagnement qui est remis à chaque enfant en fin de séance. Ils veillent également à organiser leur présence matérielle et physique sur place en collaboration avec les enseignants avec qui le travail démarre dès le mois de novembre.

 

Quelle est la perception de ces actions, auprès de vos étudiants, des petits élèves et de leurs familles ?

Ces actions sont accueillies avec enthousiasme par les élèves, c’est un rendez-vous planifié et attendu impatiemment par les enfants et les parents!!! Elles ont un côté scientifique fort tout en gardant un côté ludique! Les étudiants adaptent leur discours en fonction de l’âge des enfants, ce qui rend les échanges étudiant/élève très vivants.
Pour les petits élèves c’est un premier contact avec la chimie, et il est fréquent à la fin des animations de les entendre dire aux étudiants: « c’était super », « moi plus tard, je veux faire comme toi », « je viendrai dans ton école de chimie », « on peut refaire de la chimie? »…
Pour les étudiants c’est aussi un premier contact avec la vulgarisation scientifique, première fois qu’ils doivent planifier, organiser, gérer, ils s’adaptent vite et sont heureux et fiers lors des animations, aboutissement de leur travail en amont.
Il n’est pas rare que le week-end certaines tables de cuisine se retrouvent avec : vinaigre, bicarbonate et liquide vaisselle… pour refaire grâce aux petits livrets explicatifs les expériences en famille sous le regard intrigué et amusé des parents !

 

Les formations en chimie comptent traditionnellement beaucoup de filles. Pourquoi est-ce important pour l’ENSCMu de mettre en place de type d’action ?

La formation à l’ENSCMu inclut la gestion d’un projet personnel au choix en première et deuxième années de cycle ingénieur. Les projets cités entrent dans ce cadre et font donc l’objet d’un tutorat destiné à faciliter l’autonomie des élèves ingénieurs dans la mise en œuvre et le maniement des concepts enseignés dans le cadre de la formation encadrée. L’objectif est de permettre aux futurs ingénieurs de travailler en équipe et d’acquérir des aptitudes en management et gestion de projet, pour développer leur capacité à entreprendre, à s’organiser, à assurer une prestation de qualité vis à vis d’un partenaire extérieur et ainsi les préparer au métier d’ingénieur.
Ce type d’action est également important au titre de l’investissement de l’ENSCMu dans le tissu socio-économique local, et dans la promotion des sciences auprès des enfants et jeunes, à la fois filles et garçons. Nous bénéficions en effet d’effectifs féminins plus élevés que dans d’autres domaines scientifiques mais c’est une caractéristique que nous devons travailler à conserver. Ces actions permettent de casser des images préconçues et de donner le goût des sciences, ce qui l’ENSCMu considère comme faisant partie de sa mission.

Pour aller plus loin

Posté le par André ONGANI


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !