Logo ETI Quitter la lecture facile

La sûreté nucléaire en France, au centre des débats

Posté le par La rédaction dans Environnement

Alors que la question du nucléaire continue de diviser l’Europe, et que l'opérateur de la centrale accidentée de Fukushima, Tepco, vient de présenter un plan de sortie de crise, Henri Proglio, président d’EDF, certifiait lundi dernier : « nos centrales sont en excellent état ». Une remarque qui n'a pas manqué de susciter la controverse sur la sûreté réelle ou présumée des réacteurs français et l'occasion, pour Instantanés Techniques, de faire l'état des lieux...

La conception des centrales nucléaires en France s’appuie sur le risque de catastrophes naturelles (crues, inondation, séisme, etc.), en fonction de l’historique de la zone concernée. Les centrales sont étudiées pour résister au risque sismique maximal constaté sur les 1 000 dernières années, augmenté d’une marge de sécurité. Un retour d’expérience est réalisé après chaque incident, et des modifications sont apportées aux centrales, quand cela s’avère nécessaire.

Plus que le risque sismique, c’est le risque d’inondation qui est considéré par les experts comme le plus probable en France.

L’incident de la centrale nucléaire du Blayais (Aquitaine), inondée par l’estuaire de la Gironde lors du passage de la tempête de décembre 1999, a montré que la France n’était pas bien préparée au déchaînement des éléments naturels. Un mètre d’eau supplémentaire au Blayais aurait pu nuire au refroidissement du réacteur, comme à Fukushima. 

André-Claude Lacoste, président de l’ASN (Autorité de Sûreté  Nucléaire) a d’ailleurs reconnu après l’accident de la centrale de Fukushima, que la France n’était pas préparée au « cumul » de catastrophes naturelles.

Cette année, l’ensemble du parc nucléaire français va faire l’objet d’un audit de l’ASN, qui se prononcera, fin 2011, sur l’état de sécurité des centrales françaises. Plusieurs centrales trentenaires seront à l’arrêt durant plusieurs mois, le temps d’une visite décennale, qui, si elle est positive, devrait prolonger leur durée de vie jusqu’à 40 ans.

Chez EDF, qui, rappelons-le est l’unique producteur d’électricité nucléaire dans l’Hexagone, le dernier incident de niveau 2 (sur une échelle de 7) a été déclaré le 16 février 2011, à la centrale du Tricastin (Drôme). Il concernait une faiblesse des groupes électrogènes diesel de secours. En décembre 2010, à l’issue d’un « réexamen de sûreté », l’ASN avait donné dix années supplémentaires au réacteur numéro 1 du Tricastin, qui devait pouvoir fonctionner jusqu’à 40 ans au total.

Le 1er février 2011, une anomalie a été détectée dans le système d’injection de sécurité de l’ensemble des 34 réacteurs de 900 MWe. Plus récemment, le 3 avril 2011, alors que le réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) était dans une phase de montée en puissance après une opération de maintenance, un système de protection automatique a provoqué l’arrêt du réacteur à la suite d’une erreur de pilotage. Construite dans une zone sismique, la doyenne  alsacienne des centrales nucléaires (1977) concentre actuellement les inquiétudes des antinucléaires, qui demandent sa fermeture et l’organisation d’un référendum sur la sortie du nucléaire.

Jeudi prochain, EDF sera auditionné par l’ASN au sujet de son plan post-Fukushima. Dans son rapport annuel 2010, l’ASN affirmait que la sûreté des centrales EDF était « assez satisfaisante ».
 

Le parc nucléaire français

  • La France est la deuxième puissance nucléaire mondiale, derrière les États-Unis et devant le Japon.
  • Elle comptabilise 58 réacteurs à eau pressurisée, dont 34 produisent chacun une puissance électrique de 900 mégawatts (MWe). À cela, s’ajoutent 20 réacteurs de 1 300 MWe, tandis que les quatre autres délivrent 1 450 MWe.  Les réacteurs sont âgés de 25 ans en moyenne.
  • Les 58 réacteurs sont répartis dans 19 centrales sur tout le territoire, pour une puissance totale de 63 260 MW (cf. carte ci-dessous). On dénombre 104 réacteurs aux États-Unis et 55 au Japon.
  • Actuellement, ces installations fournissent près de 80 % de l’électricité produite en France.
  • Un 59e réacteur de type EPR (Evolutionary Power Reactor), le premier en France, est actuellement en construction à Flamanville, au bord de la Manche. Il développera une puissance électrique de l’ordre de 1 600 MWe. Un autre réacteur devrait être construit à Penly (Seine-Maritime).
  • La centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) est la plus ancienne : elle a été mise en service en 1977. Elle possède deux réacteurs de 900 MW.
  • Civaux (Vienne) est la centrale la plus récente (2002) avec la mise en service du réacteur numéro 2 en 1999. Elle possède deux réacteurs de 1 450 MW.

 

L’ASN

L’ASN assure, au nom de l’État, le contrôle des installations nucléaires françaises. Cet organisme définit, avec le ministère chargé de la sûreté nucléaire, la réglementation technique, et peut imposer des prescriptions aux exploitants pouvant aller jusqu’à la fermeture en cas de risque grave et imminent. L’ASN s’appuie notamment sur l’expertise de l’IRSN (‘Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).

L’exploitant EDF doit transmettre systématiquement à l’ASN tout incident ou dysfonctionnement relevé sur le parc. L’ASN l’analyse et rend public son avis sur chaque incident, même le plus minime. L’ASN effectue également des visites inopinées sur l’ensemble du parc.

En juillet 2009, l’ASN avait donné un feu vert de principe à une prolongation jusqu’à 40 ans de l’exploitation des réacteurs de 900 mégawatts, les plus anciens, sous réserve d’une évaluation au cas par cas.

Les incidents français

Les deux plus graves accidents jamais signalés en France ont été classés au niveau 4 sur l’échelle des événements nucléaires et radiologiques (INES), qui en compte 7 (l’accident au Japon a été relevé au niveau 7 depuis le 12 avril 2011). Ils sont survenus dans la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) en octobre 1969 et en mars 1980 avec, dans les deux cas, un début de fusion des combustibles.

De nombreuses « anomalies » (niveau 1), voire des « incidents » (niveaux 2 et 3), sont en revanche signalés chaque année.

En 2009, l’IRSN a recensé 713 « événements significatifs pour la sûreté », en hausse de 14 % par rapport à 2008 et une augmentation quasi constante depuis 2005. Dans 85 % des cas, ils étaient liés à une erreur humaine.

Toujours en 2009, la France a recensé 699 incidents de niveau 0, 95 incidents de niveau 1 et un incident de niveau 2. Selon Greenpeace, ces incidents sont « souvent sous-évalués » et « parfois évités de justesse ».

 

Consulter la liste des avis d’incidents dans les installations nucléaires françaises déclarés à l’ASN
 

C.H.

 

Sources : Gooldplanet ; Le Figaro ; l’ASN ; Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement

 

Déjà publié :

Un audit va être réalisé sur le parc nucléaire français

Une mini-centrale nucléaire sous-marine en 2017 ?

Le réacteur 2 a été colmaté grâce à du verre liquide

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !