Logo ETI Quitter la lecture facile

Revue du Web #16 : les vidéos de la semaine

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

Chaque semaine, la rédaction vous propose quelques vidéos glanées sur la Toile, présentant un intérêt scientifique certain, en lien – ou non – avec l'actualité des sciences. Certaines sont étonnantes, d'autres franchement loufoques.

Cette semaine dans la revue du Web :

  • « Alpha Dog », la nouvelle mule-robot de la société Boston Dynamics, successeur de « Big Dog », plus impressionnante que jamais ;
  • La planète Mars, à travers les yeux d’Opportunity, le deuxième rover de la mission « Mars Exploration Rover », qui a pris 309 photos de la planète rouge ;
  • Le « Levitron Revolution » est un jouet permettant de faire léviter n’importe quel objet pesant moins de 340 grammes, grâce à la force magnétique ;
  • Une tempête a détruit une éolienne en Écosse le weekend dernier : l’occasion de revenir sur quelques destructions impressionnantes de ces turbines géantes ;
  • Un internaute ingénieux a réussi à concevoir un écran modifié dont l’affichage ne peut être vu qu’avec une paire de lunettes polarisées ;
  • « Ferrite », un gadget revisitant les fameuses lampes à lave, se sert des propriétés ferromagnétiques pour créer un objet innovant et ludique ;
  • et enfin, le gadget (inutile ?) de la semaine : un bar londonien a installé dans ses toilettes hommes un jeu vidéo, dont le contrôle se fait de manière tout à fait particulière…

« Alpha Dog », la nouvelle mule de Boston Dynamics :

Pour débuter cette seizième revue du Web, voici la nouvelle mule de la société américaine Boston Dynamics. Baptisé « Alpha Dog LS3 » (pour Legged Squad Support System), ce robot dont nous vous parlions déjà en détail ici est le digne successeur du BigDog, déjà très impressionnant.

Cette mule mécanisée, réalisée à l’aide de financements de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), agence dépendante du Pentagone chargée de la recherche et du développement, montre des capacités d’adaptation et de résistance hors du commun. Capable de se mouvoir sur de très nombreux terrains (comprenant la glace et la boue), le prototype Alpha Dog peut transporter jusqu’à 180 kilos sur son dos, sur plus d’une trentaine de kilomètres, avec une autonomie de près de 24 heures.

Présenté comme une version plus silencieuse que son prédécesseur, Alpha Dog résiste avec succès aux poussées répétées des testeurs de Boston Dynamics, et est désormais capable de se relever tout seul, pour peu qu’il tombe. Les US Marines fondent beaucoup d’espoir sur cette mule, qui pourrait s’avérer utile pour le transport de munitions et de vivres en terrain difficile.

Horizons de la planète Mars, pris par le rover Opportunity :

Alors que le rover Curiosity a été lancé avec succès ce samedi 26 novembre par la fusée Atlas V, intéressons-nous au rover Curiosity, astromobile de la mission « Mars Exploration Rover » ayant atterri sur la planète rouge le 25 janvier 2004. Il a dépassé de loin son espérance de vie, les Américains n’ayant au départ pas prévu plus de trois mois d’utilisation.

Son rover jumeau avait eu en effet moins de chance : après une avarie avec une première roue, puis une seconde, Spirit avait fini par s’ensabler dans un cratère, pour finalement ne plus pouvoir se positionner vers le Soleil et recharger ses batteries, sonnant le glas de son aventure céleste en mars 2010.

Le 16 novembre dernier, l’astromobile Opportunity avait déjà parcouru plus de 34 kilomètres, s’apprêtant à positionner ses panneaux solaires dans le but de passer la saison hivernale en toute sécurité. La vidéo suivante compile 309 photos prises à la fin de chaque progression du rover, du cratère Victoria au cratère Endeavour, donnant à voir divers horizons de la planète Mars à travers les « yeux » d’Opportunity.

Le « Levitron Revolution », ou la lévitation à (presque) petit prix :

Le « Levitron Revolution », composé d’une base et d’un disque magnétique, est un petit appareil ayant la capacité de faire entrer en « lévitation » et en rotation tout objet de moins de 340 grammes (12 onces) posé sur le disque « magique » flottant au dessus de sa base. D’après le fabricant, l’appareil fonctionne grâce à la technologie EZ Float, qui permet de gérer le champ magnétique généré par quatre aimants, chacun se trouvant à un angle de la base. Le phénomène de lévitation magnétique est créé par ces électro-aimants régulés. Cette sustentation électromagnétique voit son intensité calculée et corrigée plus d’un millier de fois par seconde, autorisant l’utilisateur à faire varier le poids de l’objet qui lévite (par exemple, remplir un verre d’eau).

Lorsque la base est branchée au secteur, il suffit de disposer le disque de telle manière que les quatre diodes se trouvant aux angles de la base soient allumées. Le disque entre alors en lévitation magnétique et une simple pichenette peut le faire entrer en rotation, jusqu’à ce que la résistance de l’air ne finisse par l’arrêter définitivement. Il est même possible de faire pivoter doucement le boîtier, le disque restant comme bloqué. Si le boitier n’est plus alimenté, la lévitation cesse.

Régulièrement en rupture de stock, le dispositif est vendu en ligne pour près de 100 dollars, ici.

i

Destruction d’éolienne :

Le week-end dernier, une éolienne n’a pas résisté aux assauts répétés d’un vent très violent, à l’ouest de l’Écosse, dans la région du North Ayrshire. La tempête a balayé un parc éolien, comprenant une quinzaine de ces turbines géantes (100 m de hauteur) faisant face à la côte écossaise. Une seule des quinze éoliennes a été détruite, ayant explosé. Ce parc alimentait près de 20 000 foyers en électricité.

On peut s’étonner qu’aucune disposition n’ait été prise durant la tempête, ne serait-ce que l’utilisation du système de frein (peut-être défectueux), ou l’arrêt complet des turbines. Un gouvernail et une pâle de désorientation, articulés ensemble, peuvent aussi permettre de mettre une éolienne à l’abri, lors d’un coup de vent trop violent.

Seul témoignage de l’incident, la photo suivante prise par un voisin :

Profitons de cet incident pour voir ou revoir deux vidéos du même accident d’une éolienne, près de Hornslet, au Danemark, dont le frein défectueux ne lui a pas permis de résister à une tempête :

Un écran « seulement pour vos yeux » :

Un internaute ingénieux a mis au point, en bricolant légèrement un écran LCD et une simple paire de lunettes, un écran à usage exclusif : en effet, seul le porteur d’une paire de lunettes spécifique est à même de voir ce qu’affiche cet écran.

Pour ce faire, il suffit d’enlever la pellicule polarisée du moniteur, puis de remonter l’écran LCD, ne laissant alors visible qu’un fond blanc sur l’écran, tout du moins à l’oeil nu. Vous l’avez compris : il ne reste plus qu’à adapter la pellicule polarisée à vos lunettes, en la découpant à la taille des verres. Une fois collée sur vos lunettes, l’affichage de l’écran redevient visible, comme par magie, pour le porteur des lunettes.

« Ferrite » : le successeur des lampes à lave

Vous vous souvenez sans aucun doute des lampes à lave : ces lampes de décoration à la mode, formées d’un globe de verre allongé, contenant un liquide transparent et de la cire. Le principe de ces lampes est simple : une fois chauffée par l’ampoule à incandescence, la cire fond et perd en densité (et donc se met à monter), puis une fois éloignée de la source de chaleur, regagne en densité (et donc se met à redescendre). « Ferrite » bien que n’ayant absolument rien à voir avec le fonctionnement de ces lampes, nous rappelle à leur bon souvenir.

« Ferrite » se base sur les incroyables propriétés ferromagnétiques de ce que l’on appelle les ferrofluides, un colloïde (comme le lait) de nanoparticules ferromagnétiques d’une taille avoisinant les dix nanomètres, dans une solution aqueuse. Lorsque les nanoparticules du ferrofluide entrent dans un champ magnétique suffisamment grand, le ferrofluide forme des structures tout à fait surprenantes.

À l’aide d’aimants de différents calibres, il devient donc possible de jouer avec le ferrofluide enfermé dans sa capsule cylindrique, lui faisant prendre tous types de formes caractéristiques de ce colloïde, notamment en se hérissant de pointes spectaculaires. Le gadget, conçu par des universitaires américains est disponible à la vente, mais il ne peut toutefois pas traverser l’Atlantique, en raison de sa grande fragilité.

Contrôler un jeu vidéo… en urinant !

Le gadget (inutile ?) de la semaine est pour le moins atypique. L’Exhibit Bar est un bar se situant à Balham, dans le sud de Londres, et le nouveau et heureux propriétaire d’un jeu-vidéo pour le moins inattendu. Dans les toilettes hommes du bar, un écran au dessus de chaque urinoir attend les clients venus soulager leur vessie. Pour s’adonner aux plaisirs de ce jeu vidéo, nul besoin de joysticks ou de manettes standards. Le contrôle se fait… en urinant ! Pour tuer ou éviter les pingouins, il faut diriger le jet d’urine à gauche, à droite ou encore au centre, pour maintenir l’équilibre de votre avatar.

Plus vous urinez, plus vous marquez de points. Les concepteurs du jeu ont même dans leurs cartons une version 3 D connectée, pour pouvoir jouer… en couple, où que vous soyez.

Par Rahman Moonzur

 

À lire aussi :

Revue du Web #15 : les vidéos de la semaine

Revue du Web #13 : les vidéos de la semaine

Revue du Web #12 : les vidéos de la semaine

Revue du Web #11 : les vidéos de la semaine

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !