Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

Aux Etats-Unis, place aux ingénieurs « professionnels »

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Aux Etats-Unis, comme en France, le port du titre d’ingénieur, de même que l’exercice de la profession, sont libres.

Le respect d’un code de déontologie ne concerne donc que les individus ayant choisi librement d’adhérer à une association professionnelle. Seul les Professional Engineers (PE) font l’objet d’un enregistrement légal.

En 2000, seuls 5% des un million et demi d’individus se faisant appeler ingénieurs aux USA étaient détenteurs de ce titre (surtout des ingénieurs civils, mais également des mécaniciens et des électriciens).

Le PE dispose d’un sceau qui est obligatoire pour effectuer certains actes protégés. Il doit être enregistré auprès du Bureau de l’Etat fédéral dont il dépend. Ces Bureaux qui disposent théoriquement d’un pouvoir de contrôle sur les PE ont tous adoptés des critères déontologiques de conduites professionnelles. Cependant, il convient de nuancer le pouvoir de ces State Boards dans la pratique, car ils souffrent d’un important manque de moyens pour mener des investigations auprès des éventuels contrevenants.

Parmi les sanctions disciplinaires, on peut lire qu’un PE a vu sa licence suspendue pour quatre ans. Il a du réaliser 400 heures de travail d’intérêt général et suivre un cours de déontologie par correspondance pour avoir été convaincu de détournements d’argent.

La National Society of Professional Engineers (NSPE) a été créée en 1934 pour promouvoir l’idée d’un registre des ingénieurs, aider à la création de State Board dans les Etats où ils n’existaient pas et promouvoir l’adoption de loi créant des licences professionnelles pour les ingénieurs.

La NSPE qui avait adopté dans un premier temps le code de déontologie de l’ECPD (devenu l’ABET), a finalement choisi en 1954 d’en avoir un en propre qu’elle a révisé plusieurs fois depuis. Elle est dotée d’un comité d’éthique (Board of Ethical Review) qui est le plus actif des Etats-Unis.

Les réponses que donne ce comité aux questions éthiques que ses membres lui soumettent, publiées très régulièrement dans la revue Professional Engineer et accessibles en ligne, sont même considérées comme une ressource importante par de nombreux chercheurs dans le domaine de l’éthique professionnelle des ingénieurs.

 

Et aussi dans les
ressources documentaires :

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !