Logo ETI Quitter la lecture facile

Décryptage

L’huile d’olive contient un ingrédient capable de tuer les cellules cancéreuses en moins d’une heure

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

Des chercheurs ont découvert comment l’oléocanthal agissait sur l’évolution du cancer. Leurs travaux réalisés sur les souris doivent désormais être confirmés sur l’homme.

Voilà un espoir de traitement surprenant. L’huile d’olive, un aliment courant et accessible à tous, contient un polyphénol aux propriétés extraordinaires, l’oléocanthal (OC). Les chercheurs de l’Université Rutgers et de la City University de New-York se sont intéressés à cet antioxydant avec pour objectif de découvrir comment il agit sur les cellules cancéreuses. Ce n’est pas un hasard si les scientifiques américains se sont tournés vers l’OC, celui-ci était déjà identifié comme capable de limiter la prolifération de certaines cellules cancéreuses, mais personne ne savait encore quels mécanismes rentraient en jeu.

Grâce aux travaux parus dans Molecular & Cellular Oncology, on sait exactement comment l’OC agit : il accélère la mort des cellules cancéreuses. Une telle cellule placée in vitro met entre 16 et 24 h pour mourir par apoptose, c’est-à-dire en s’autodétruisant naturellement. Mais en présence de l’OC, certaines cellules cancéreuses se suicident en une demi-heure !

Qu’a donc l’OC de si effrayant ?

Les auteurs de l’étude expliquent que l’OC pénètre à l’intérieur des cellules et s’attaque directement aux lysosomes. Ces derniers, responsables de la digestion de la cellule sont plus gros dans les cellules cancéreuses que dans les cellules saines. Suite à cette attaque en règle, la cellule décline puis meurt. Les scientifiques remarquent que les cellules saines ne sont pas affectées, ce qui témoigne de la capacité à cibler efficacement les cellules cancéreuses.

Cette nouvelle approche est très prometteuse. Toutefois, les expériences se limitent pour l’instant à des études in vitro sur des souris et une extrapolation à l’homme semble prématurée. Comme le rappelle David Foster, co-auteur de l’étude, la quantité d’OC administrée aux souris correspond pour un humain de 90 kg à 2,25 L d’huile d’olive. Cela commence à faire beaucoup !

Cette étude vient s’ajouter à d’autres qui prouvent les bienfaits de l’huile d’olive, notamment grâce à ses antioxydants qui la composent. Ingrédient essentiel du régime méditerranéen, réputé pour être le meilleur en termes de santé, l’huile d’olive est connue pour ses nombreux effets bénéfiques. En 2010 une équipe espagnole démontrait déjà l’impact positif de l’huile d’olive sur les tumeurs, l’huile cumulant trois actions : ralentissement de la tumeur, mort accéléré des cellules cancéreuses et diminution des altérations ADN. À l’époque, les mécanismes n’étaient pas connus, ce qui est désormais le cas.

Par Audrey Loubens

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !