Logo ETI Quitter la lecture facile

Pourquoi le méthane océanique n’est-il pas relâché dans l’atmosphère ?

Posté le par La rédaction dans Environnement

Une équipe internationale de chercheurs présente une nouvelle description des réactions chimiques qui limitent le rejet du méthane océanique, puissant gaz à effet de serre, dans l'atmosphère.

Le méthane est l’un des principaux gaz à effet de serre naturel. Il est présent en quantités importantes dans les planchers océaniques sous forme d’hydrate de méthane, appelé plus familièrement « glace qui brûle ». Ce composé est stable à partir d’une certaine pression et à basse température. A cause du changement climatique et du réchauffement des océans, on craint un dégel des hydrates de méthane océanique, qui provoquerait un dégagement massif de ce gaz à effet de serre et donc un emballement du réchauffement planétaire. Les scientifiques pensent d’ailleurs qu’un pareil dégel a joué un grand rôle dans l’extinction permienne il y a 250 millions d’années, qui a vu la disparition de 90% des espèces marines et 70% des espèces terrestres.

Heureusement, l’oxydation anaérobique (oxygène ne venant pas de l’air) du méthane couplée à sa réduction sulfate empêche près de 90% du méthane produit en environnement marin d’être relâché dans l’atmosphère. Toutefois, ce mécanisme est longtemps resté énigmatique.

Le mécanisme de consommation du méthane océanique enfin compris

Une équipe internationale de chercheurs de l’Université Ben-Gourion du Néguev, de l’Université de Cambridge et du California Institute of Technology viennent de publier dans la prestigieuse revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) une nouvelle description de ce mécanisme. Les chercheurs ont mis en évidence le rôle-clé des oxydes de fer dans la stimulation de la réaction. En plus de son rôle de nutriment, le fer sous sa forme oxydée en forte concentration accélère les réactions d’oxydation et de réduction sulfure anaérobiques du méthane dans des proportions beaucoup plus importantes qu’estimées précédemment.

Les chercheurs basent leurs conclusions sur des expériences faites en laboratoire sur des échantillons de sédiments océaniques au sein desquels la mesure des rapport isotopiques de sulfure, oxygène et carbone a permis de remonter la chaîne des réactions chimiques impliquées.

Ces résultats seront très utiles à l’affinage de la modélisation des cycles de gaz à effet de serre utilisés pour comprendre la dynamique du climat à l’échelle de la planète.

Source : bulletins électroniques

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !