Livres blancs en téléchargement gratuit

Pour accompagner vos abonnements aux ressources documentaires et services, Techniques de l'Ingénieur vous offre les dossiers spéciaux de la rédaction sur des sujets variés, à télécharger gratuitement.

Se trouve dans Environnement

L'agriculture urbaine, entre diversification et productivité

Publié en février 2021

Les concepts d’agriculture urbaine se sont beaucoup développés depuis quelques années. Les raisons de cette appétence nouvelle pour la culture en ville sont multiples. En tout premier lieu, la volonté de réduire le temps de transport des produits agricoles de leur lieu de production vers leur lieu de vente a fait l’objet d’études et de projets depuis de nombreuses années. Economies de coûts, d’énergie, plus grande fraîcheur des produits, bilan écologique… les externalités positives de la culture en ville sont nombreuses. 

A côté de ces arguments, un autre phénomène est à considérer : depuis quelques années, les projets articulés autour d’une activité d’agriculture urbaine ont la cote auprès du grand public, mais aussi des investisseurs. Les financements sont nombreux et les projets fleurissent dans les zones urbaines.

A partir de ces constats, beaucoup d’associations et d’entreprises se sont créées pour mener à bien des projets de culture agricole en ville. Se pose alors le problème de la pérennité des modèles économiques développés. Les surfaces disponibles en ville pour la culture sont limitées. Ce qui implique une contrainte gigantesque en termes de rendement et de production. Qui plus est, le prix du foncier en zone urbaine est incomparablement plus élevé qu’en zone rurale, ce qui complique la mise en place de modèles économiques durables.

Ces deux données ont obligé les acteurs de l’agriculture urbaine à faire des choix.

Le premier, celui qui est aujourd’hui le plus développé, est celui de la diversification. Pour mettre au point des modèles économiques performants, les associations ou les entreprises ne misent pas uniquement sur leur production. Ainsi, le site de production est souvent aménagé pour accueillir du public. Cela permet de vendre les productions avec une forte valeur ajoutée, et de proposer des activités connexes : animations pédagogiques, culinaires, formations liées à l’activité agricole, accueil de séminaires, dégustations… les déclinaisons sont nombreuses, et permettent de construire des modèles économiques rentables.

Le second modèle, qui consiste à miser uniquement sur la production pour établir le modèle économique, a vu de nombreuses initiatives échouer, au vu des contraintes liées à la production en ville. Cependant, les techniques de production évoluant, on voit des concepts de production intensive en ville qui, depuis quelques années, laissent penser que ce modèle peut aujourd’hui aboutir à des projets pérennes économiquement. Aux Etats-Unis, l’exemple des fermes urbaines aériennes, avec des cultures étagées, a montré qu’il était possible de produire en ville des produits agricoles en restant compétitif en termes de prix de vente.

Les avancées technologiques qui permettent le développement de ces modèles économiques font entrer l’agriculture intensive dans les zones urbaines. Socialement parlant, cette évolution marque l’occasion, pour un secteur agricole en déficit d’image, de se réinventer. 

Les activités de diversification - animations, formations, dégustations… - sont le véhicule de cette nouvelle image, qui veut remettre en avant une image datant du siècle dernier, d’une agriculture nourricière, proche du public. Une image passée qui a laissé place au cours des dernières décennies à une réputation mêlant intensité de production, pollution, baisse de qualité des produits… la tendance actuelle du grand public, demandeur de qualité et soucieux de la traçabilité des productions agricoles, est un atout qu’il convient de rentabiliser.

Vous souhaitez partager ce livre blanc ?    Facebook Twitter Linkedin
Chargement

Merci de patienter ...