Livres blancs en téléchargement gratuit

Pour accompagner vos abonnements aux ressources documentaires et services, les Éditions Techniques de l'Ingénieur vous offrent les dossiers spéciaux de la rédaction sur des sujets variés, à télécharger gratuitement.

Présidentielles 2017 et transition énergétique : comparez les programmes !

Publié en avril 2017

Les élections présidentielles, dont le premier tour se déroule ce week-end, ont donné lieu à de vifs débats sur l’avenir énergétique de l’hexagone. Les objectifs affichés par les candidats sont-ils crédibles ? Techniques de l’Ingénieur a déchiffré pour vous les programmes énergétiques des principaux favoris, avant le passage dans les urnes.

 

SOMMAIRE

ÉNERGIE : LES AMBITIONS DE JEAN-LUC MÉLENCHON ET BENOÎT HAMON

Le PS et la France insoumise accordent une place importante à la transition environnementale dans leur programme. Avec Benoit Hamon, 3,5 milliards d’euros par an y seront consacrés, ainsi qu’un plan de 100 milliards dans la rénovation urbaine et thermique. Tandis que Jean-Luc Mélenchon centre son programme sur une relance de l’économie par un emprunt de 100 milliards d’euros, dont 50 seront consacrés à l’urgence écologique. Dans un contexte où les émissions de CO2 françaises proviennent principalement des secteurs du bâtiment, du transport et de l’agriculture, il convient d’examiner leurs propositions.

ÉNERGIE : LES PLANS D’INVESTISSEMENT D’EMMANUEL MACRON

Le mouvement « En Marche » articule son programme énergétique autour d’une promesse d’investissement de 15 milliards (Mds) d’euros, auxquels s’ajoutent 6 Mds consacrés à l’agriculture et des dépenses concernant le transport. Voulant faire « de la réduction des émissions de gaz à effet de serre la priorité de la politique énergétique » Emmanuel Macron a pris plusieurs engagements qu’il convient d’examiner dans un contexte où le CO2 français provient principalement du transport et du logement, puis de l’agriculture.

FRANÇOIS FILLON MISE SUR LE NUCLÉAIRE

Reconnaissant la réalité du réchauffement climatique et l’urgence de la situation, François Fillon dit viser « une ambitieuse stratégie industrielle de transfert d’usage du pétrole et du charbon vers des énergies non carbonées » qui repose essentiellement sur la mise en place d’un prix de 30€ pour la tonne de carbone, sur le nucléaire et les énergies renouvelables. M. Fillon se félicite de la COP21, mais regrette qu’elle ne se soit « pas encore traduite par des plans d’action contraignants » et lui assène une critique cinglante : « on ne peut pas se contenter d’un discours ou d’intention généreuse ». Pourtant, la lecture de son programme énergétique laisse apparaître des doutes sur l’ambition réelle du candidat Fillon sur l’énergie et le climat.

MARINE LE PEN ET NICOLAS DUPONT-AIGNAN : NUCLÉAIRE, THORIUM ET ISOLATION

Sur 144 engagements, le programme du front national en compte 5 qui concernent directement l’énergie et le climat. Tout comme son homologue souverainiste Nicolas Dupont Aignan, Marine Le Pen n’a cela dit pas suivi la mode du climato-scepticisme. Les programmes des partis nationalistes sont assez proches de celui des Républicains dans leur manière de répondre au défi climatique, concernant principalement en France les secteurs du transport, du bâtiment et de l’agriculture. Aucune initiative fiscale sur le carbone. Là où M.Fillon ne s’est pas exprimé sur les sujets de la progression prévue de la Contribution Climat Energie vers 100€/t en 2030 ou de la taxation du diesel, Le Pen et NDA ont clairement exprimé leur désaccord à l’encontre de ces taxes permettant au gouvernement de financer ses actions en matière environnementale. Par ailleurs, aucune proposition des nationalistes ou de la droite ne remet en cause la niche fiscale dont bénéficient les compagnies aériennes et les énergies sales en matière de TVA et TICPE réduites, pour environ 10 milliards d’Euros par an.

Vous souhaitez partager ce livre blanc ?    Facebook Twitter Linkedin
Chargement

Merci de patienter ...