Article interactif

1 - VÉRIFICATIONS DES POUTRES MIXTES DE SECTION EN T AUX ÉTATS LIMITES ULTIMES

2 - RÉSISTANCE DES CONNECTEURS ET CALCUL DE LA CONNEXION

3 - VÉRIFICATIONS DES POUTRES MIXTES DE SECTION EN T AUX ÉTATS DE LIMITES DE SERVICE

4 - EXEMPLES SIMPLES D’APPLICATION NUMÉRIQUE

5 - CONCLUSION

Article de référence | Réf : C2561 v2

Construction mixte acier-béton – Calcul des poutres mixtes de bâtiments - Partie 1 : poutres en T à âme pleine

Auteur(s) : Jean-Marie ARIBERT

Relu et validé le 04 nov. 2021

Pour explorer cet article
Télécharger l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !

Sommaire

Présentation

Version en anglais En anglais

NOTE DE L'ÉDITEUR

La norme NF EN 1993-1-5 de mars 2007 citée dans cet article a été remplacée par la norme NF EN 1993-1-5/A2 (P22-315/A2) : Eurocode 3 - Calcul des structures en acier - Partie 1-5 : plaques planes (Révision 2020)
Pour en savoir plus, consultez le bulletin de veille normative VN2002 (Mars 2020).

28/05/2020

RÉSUMÉ

Cet article traite du calcul aux états limites ultimes des poutres mixtes en T, isostatiques ou continues. Distinguant entre calculs élastique ou plastique, il expose les différentes méthodes disponibles d’analyse globale, et les vérifications des sections à effectuer sous moment fléchissant et sous effort tranchant. Sont également examinés la vérification des poutres vis-à-vis du risque d’instabilité par déversement en zones de moment négatif, et le dimensionnement de la connexion acier-béton, en particulier avec des connecteurs ductiles permettant d’introduire le concept de connexion partielle. L’article se poursuit par des notions sur les vérifications des poutres en T aux états limites de service, concernant le calcul des flèches, le contrôle de la fissuration et celui des vibrations.

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

ABSTRACT

Design of composite beams for buildings Regular T-beams with solid web

This article deals with the ultimate limit state calculations for composite T-beams, either isostatic or continuous. Making a distinction between elastic and plastic calculations, it explains the various available methods of global analysis, and the cross-section checks to be carried out under bending moment and vertical shear force. The article also looks at beam checking for risk of lateral-torsional buckling in the zone of hogging bending moment, and the design of the steel-concrete shear connection, in particular with ductile shear connectors, leading on to the concept of partial shear connection. Finally, the article looks briefly at checking serviceability limit states of T-beams, with the calculation of deflections and control of concrete cracking and vibrations.

Auteur(s)

  • Jean-Marie ARIBERT : Professeur Emérite des Universités – Conseiller en Construction Mixte acier-béton - Ancien directeur du Laboratoire Structures de l’INSA de Rennes

INTRODUCTION

En construction mixte acier-béton des bâtiments, la poutre constitue l’élément de base à maîtriser par le calcul, la configuration la plus classique étant celle de la poutre en T avec une dalle au-dessus d’un profilé métallique et connectée à celui-ci. Tel est l’objet du présent article axé essentiellement sur l’aspect calcul, les aspects de configuration et de fabrication des poutres ayant été traités dans l’article [C 2 560].

On pourrait penser a priori que la théorie élastique classique de la Résistance des Matériaux, généralisée au cas des sections hétérogènes, puisse suffire à répondre à l’objet de l’article. En réalité, il n’en est rien en raison de multiples phénomènes qui entrent en jeu dans un dimensionnement de poutre, comme la phase de construction, l’étayage éventuel de la poutre, l’effet du fluage et de la fissuration du béton sur les déformées et la redistribution des efforts internes, l’effet du glissement au niveau de la connexion, à plus forte raison si celle-ci n’est que partielle, etc.

Contrairement à la démarche utilisée pour les poutres mixtes d’ouvrages d’art, très souvent supportées par des calculs élastiques, on a grand intérêt pour les poutres mixtes de bâtiment à faire appel au calcul plastique des sections, voire des poutres elles-mêmes, chaque fois que cela est possible, quitte à choisir des sections métalliques suffisamment compactes ou à modifier certains pourcentages d’armatures de manière appropriée. Non seulement le calcul plastique est plus simple en général, permettant de négliger certains des phénomènes à prendre en compte dans le calcul élastique. Mais, il permet aussi de mieux appréhender les états limites ultimes des poutres en conférant au dimensionnement un niveau de sécurité homogène. Évidemment, les états limites de service des poutres de bâtiment restent du ressort du calcul élastique. C’est dans cette optique que se placent les développements qui suivent, accordant une part majeure au calcul plastique.

Parmi les différents états limites ultimes des poutres de bâtiment, on ne doit pas négliger d’inclure celui de la connexion acier-béton dont le dimensionnement peut être traité de manière simple, également par le calcul plastique, sous réserve que l’on utilise des connecteurs ductiles dont la définition précise est donnée plus loin dans l’article. En général, les goujons à tête soudés, en dalle pleine ou dalle mixte, constituent de tels connecteurs, contrairement aux butées et cornières en dalle pleine qui sont des connecteurs non ductiles, exigeant un dimensionnement de connexion de type élastique. Par ailleurs, l’utilisation de connecteurs ductiles est une des conditions nécessaires pour pouvoir bénéficier, par l’intermédiaire du calcul plastique, des concepts de connexion complète et de connexion partielle, concepts qui n’ont aucun sens en calcul élastique de connexion. Dans le dimensionnement des poutres mixtes de bâtiments, il n’est pas rare que les états limites de service prévalent sur les états limites ultimes, par exemple en raison de la limitation imposée aux flèches. Dans ce cas, l’emploi d’une connexion partielle trouve alors pleinement sa justification, sous réserve toutefois que cette connexion ne soit pas trop réduite au risque d’entraîner à l’interface acier-béton des glissements trop élevés et la rupture de connecteurs.

Dans la pratique actuelle des bâtiments avec éléments mixtes, notamment en France, on doit constater une certaine réticence à introduire dans les projets des poutres mixtes continues, avec une préférence pour les poutres simplement appuyées avec ou sans consoles. Indépendamment d’un calcul plus complexe, on peut trouver une explication à cela dans la présence d’une fissuration de la dalle dans les zones relativement locales de moments négatifs, cette fissuration étant souvent l’objet d’une appréhension qui, en fait, n’est pas vraiment justifiée. Au moins à l’intérieur d’un bâtiment, la durabilité des poutres n’est guère affectée par la fissuration et l’aspect d’esthétique des planchers peut trouver une réponse simple dans l’emploi de revêtements souples. En outre, le choix de ne pas projeter des poutres continues, lorsque celles-ci s’imposent logiquement d’un point de vue structural, conduit inévitablement à pénaliser le dimensionnement de ces poutres. En particulier, il pénalise le dimensionnement aux états limites ultimes, favorisé par une redistribution des moments de flexion qui peut être importante pour des poutres avec profils métalliques compacts, bien plus importante que dans les poutres en béton armé, et qui est parfaitement quantifiée dans l’EN en fonction du type d’analyse globale utilisée. Le dimensionnement aux états limites de service se trouve également pénalisé, en négligeant une réduction des flèches par rapport aux poutres simplement appuyées (même en présence de la fissuration) et une moins grande sensibilité aux vibrations pour de grandes portées. La contrepartie de l’emploi de poutres continues se situe toutefois au niveau d’un risque d’instabilité par déversement du fait de la compression de la semelle métallique inférieure dans les zones de moments négatifs. Le phénomène de déversement est ici complexe, bien plus complexe qu’en construction métallique, du fait de l’interaction entre la dalle et le profilé métallique et de la distorsion de ce dernier ne permettant plus une rotation de torsion à la manière d’un corps rigide. L’article indique comment il est possible d’éviter une vérification par le calcul direct en satisfaisant un certain nombre de conditions assez fréquemment rencontrées en bâtiment.

Notons que cet article est scindé en deux parties ; la seconde [C 2 568] présentant les poutres partiellement enrobées et les poutres avec ouvertures d'âmes. Les articles [C 2 561] et [C 2 568] constituent donc un tout à eux deux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les expressions de calcul de la partie 2 sont numérotées en continuité de celles de la partie 1.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 92% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

KEYWORDS

building   |   Civil engineering   |   structural analysis   |   composite beams   |   limit states

VERSIONS

Il existe d'autres versions de cet article :

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/a-v2-c2561


Cet article fait partie de l’offre

Les superstructures du bâtiment

(117 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Version en anglais En anglais

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

TEST DE VALIDATION ET CERTIFICATION CerT.I. :

Cet article vous permet de préparer une certification CerT.I.

Le test de validation des connaissances pour obtenir cette certification de Techniques de l’Ingénieur est disponible dans le module CerT.I.

Obtenez CerT.I., la certification
de Techniques de l’Ingénieur !
Acheter le module

Cet article fait partie de l’offre

Les superstructures du bâtiment

(117 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire
Sommaire

BIBLIOGRAPHIE

  • (1) - MASSONNET (CH.), SAVE (M.) -   Calcul Plastique des Constructions – Volume 1 : structures dépendant d’un paramètre.  -  3ème édition – Éditions Nelissen B, Liège, Belgique (1976).

  • (2) - NEAL (B.G.) -   The Plastic Methods of Structural Analysis.  -  3rd Edition – Chapman and Hall (1977).

  • (3) - LESCOUARC’H (Y.) -   Calcul en plasticité des structures.  -  Éditions COTECO (1983).

  • (4) - ARIBERT (J.-M.), XU (H.), RAGNEAU (E.) -   Étude critique des méthodes de redistribution des moments à l’ELU selon l’Eurocode 4.  -  Revue Construction Métallique, N° 1 (1996).

  • (5) - ARIBERT (J.-M.), TARTAGLIA (R.) -   Analyses globales élastiques avec redistributions des moments pour des portiques mixtes à plusieurs étages et travées – Exemples.  -  Revue Construction Métallique, N° 1 (2013).

  • ...

1 Sites Internet

  • CTICM & ArcelorMittal – Brochures « Bonnes Pratiques pour la Construction de Structures en Acier – Bâtiments à usage commercial – Bâtiments à usage résidentiel »

HAUT DE PAGE

2 Normes et standards

NF EN ISO 14555, référencée A 89-600 - 2014 - AFNOR Soudage – Soudage à l’arc des goujons sur les matériaux métalliques.

NF EN 1994-1-1, d’indice de classement P 22-411-1 - 2005 - AFNOR Eurocode 4 : Calcul des structures mixtes...

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 92% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Les superstructures du bâtiment

(117 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire

QUIZ ET TEST DE VALIDATION PRÉSENTS DANS CET ARTICLE

1/ Quiz d'entraînement

Entraînez vous autant que vous le voulez avec les quiz d'entraînement.

2/ Test de validation

Lorsque vous êtes prêt, vous passez le test de validation. Vous avez deux passages possibles dans un laps de temps de 30 jours.

Entre les deux essais, vous pouvez consulter l’article et réutiliser les quiz d'entraînement pour progresser. L’attestation vous est délivrée pour un score minimum de 70 %.


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Les superstructures du bâtiment

(117 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS