Fiche pratique | Réf : 1418

Pourquoi réaliser des études interlaboratoires ?

Auteur(s) : Max FEINBERG

Date de publication : 09 févr. 2015

Sommaire

Présentation

Auteur(s)

  • Max FEINBERG : ancien Directeur de recherche à l’INRA, Paris

Lire cet article issu d'une ressource documentaire complète, actualisée et validée par des comités scientifiques.

Lire l’article

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

MOTS-CLÉS

Fidélité   |   répétabilité   |   reproductibilité   |   norme ISO 5725   |   études collaboratives

DOI (Digital Object Identifier)

https://doi.org/10.51257/f-1418

Lire la fiche

Cet article fait partie de l’offre

Qualité et sécurité au laboratoire

(129 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Lecture en cours
Présentation
Sommaire

Il convient de mettre en œuvre une étude interlaboratoires (EIL) si la méthode d’analyse :

  • est destinée à être utilisée par plusieurs laboratoires (interentreprises ou intra-entreprise) qui devront par la suite comparer leurs résultats ;
  • a été développée par un organisme de normalisation et qui, avant  de la publier,  a pour obligation d’organiser une étude interlaboratoires afin calculer des valeurs de fidélité qui accompagneront la norme finalisée ;
  • servira à des contrôles officiels (comme un contrôle sanitaire) ou des échanges commerciaux et sera employée par des laboratoires accrédités.

Cette fiche vous permet de comprendre comment on organise une étude interlaboratoires en vue d’évaluer la fidélité d’une méthode, afin que les résultats soient publiables. Elle explique comment sont calculés les critères de fidélité (répétabilité et reproductibilité) et, enfin, comment sont utilisées les valeurs obtenues.

Étapes :

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Qualité et sécurité au laboratoire

(129 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire

Fiches à lire

Faq

Quelle est la différence entre une étude interlaboratoires et une comparaison interlaboratoires ?
Peut-on évaluer la justesse d’une méthode à l’aide d’une étude interlaboratoires ?

Aller plus loin

Sites internet

Bureau International de Métrologie

Site du Bureau international de métrologie qui fournit des documents comme le VIM

COMAR

COMAR est un site dont la mission est de diffuser des informations sur les matériaux de référence certifiés disponibles. Sa base de données répertorie des milliers de références certifiées matériaux (MRC) produites dans le monde entier par environ 220 producteurs dans 25 pays

AOC

AOAC est une association états-unienne à but non lucratif qui organise et publie dans son journal, largement dédié à cet objectif, des études interlaboratoires visant à produire des méthodes normalisées

Bibliographie

  • Boyer KW, Horwitz W and Albert R, Interlaboratory Variability in Trace Element Analysis (1985) Analytical Chemistry, 57, 454-459
  • Feinberg, M., Montamat, M., Rivier, C., Lalère, B., Labarraque, G., Comparison of strategies to quantify uncertainty of lead measurements in biological tissue at mg.kg-1 level (2002) Accreditation and Quality Assurance, 7(10) 403-408
  • Grubbs, F.E. & Beck, G. Extension of sample sizes and percentage points for significance tests of outlying observations (1972) Technometrics, 14, 847-854
  • JCGM 200:2012 Vocabulaire international de métrologie – Concepts fondamentaux et généraux et termes associés (VIM), 3e édition, Version 2008 avec corrections mineures, BIPM
  • NF ISO 5725-1:1994 Application de la statistique – Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure – Partie 1 : Principes généraux et définitions (NF X 06-041-1)
  • NF ISO 5725-2:1994 Application de la statistique – Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure – Partie 2 : Méthode de base pour la détermination de la répétabilité et de la reproductibilité d’une méthode de mesure normalisée (NF X 06-041-2)
  • NF ISO 5725-3:1994 Application de la statistique – Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure – Partie 3 : Mesures intermédiaires de la fidélité d’une méthode de mesure normalisée (NF X 06-041-3)
  • NF ISO 5725-5:1998 Application de la statistique – Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure – Partie 5 : Méthodes alternatives pour la détermination de l’exactitude d’une méthode normalisée
  • NF ISO 5725-6:1995 Application de la statistique – Exactitude (justesse et fidélité) des résultats et méthodes de mesure – Partie 6 : Applications pratiques

Abréviations et acronymes

  • AOAC : Association of Official Analytical Chemists, organisation à but non lucratif chargée de réaliser des travaux de normalisation pour l’administration états-unienne, comme l’US Food and Drug Administration
  • EIL : étude interlaboratoires par comparaison inter-laboratoires
  • ICP-SM : spectrométrie de masse à plasma induit par haute fréquence
  • IUPAC : International Union of Pure and Applied Chemistry, société savante, internationale et non gouvernementale dont le but est de promouvoir au niveau mondial les divers aspects des sciences chimiques
  • MRC : matériau de référence certifié ; matériau de référence, accompagné d’un certificat, dont une ou plusieurs valeurs de la propriété sont certifiées par une procédure qui établit son raccordement à une réalisation exacte de l’unité (la valeur certifiée est accompagnée d’une incertitude à un niveau de confiance indiqué)
  • OEIL : organisateur d’une étude interlaboratoires

Glossaire

Comparaisons interlaboratoires

Organisation, exécution et évaluation d’essais sur des objets soumis à l’essai ou à des essais identiques ou semblables par au moins deux laboratoires différents dans des conditions prédéterminées

Condition de répétabilité

Condition de mesurage dans un ensemble de conditions qui comprennent la même procédure de mesure, les mêmes opérateurs, le même système de mesure, les mêmes conditions de fonctionnement et le même lieu, ainsi que des mesurages répétés sur le même objet ou des objets similaires pendant une courte période de temps (VIM 2.20).

Condition de reproductibilité

Condition de mesurage dans un ensemble de conditions qui comprennent des lieux, des opérateurs et des systèmes de mesure différents, ainsi que des mesurages répétés sur le même objet ou des objets similaires (VIM 2.24).

Condition intermédiaire de fidélité

Condition de mesurage dans un ensemble de conditions qui comprennent la même procédure de mesure, le même lieu et des mesurages répétés sur le même objet ou des objets similaires pendant une période de temps étendue, mais peuvent comprendre d’autres conditions que l’on fait varier (VIM 2.22).

Fidélité

Étroitesse de l’accord entre les indications ou les valeurs mesurées obtenues par des mesurages répétés du même objet ou d’objets similaires dans des conditions spécifiées (VIM 2.15).

Limite de répétabilité (notée r)

Écart maximum au niveau de confiance de 95 % entre deux résultats obtenus des conditions de répétabilité.

Limite de reproductibilité (notée R)

Écart maximum au niveau de confiance de 95 % entre deux résultats obtenus selon des conditions de reproductibilité.

Répétabilité

Fidélité de mesure selon un ensemble de conditions de répétabilité (VIM 2.21).

Reproductibilité

Fidélité de mesure selon un ensemble de conditions de reproductibilité (VIM 2.25)


Cet article fait partie de l’offre

Qualité et sécurité au laboratoire

(129 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS

Sommaire

Documents

  • Modèle de feuille de calcul pour l’exploitation des études interlaboratoires
    La plupart des logiciels statistiques permettent d’effectuer une analyse de variance à un facteur à effet fixe. Par exemple, c’est ce que fait l’utilitaire « Analyse de variance » de Microsoft Excel®. Il ne doit pas être utilisé pour exploiter les données d’une étude inter-laboratoires car il ne donne pas les résultats attendus. En effet, le modèle utilisé dans la norme ISO 5725 est celui de l’analyse de variance à un facteur à effet aléatoire (et non pas à effet fixe). Cette feuille de calcul s’appuie sur l’algorithme de décomposition de la variance proposé par à la norme ISO 5725. La feuille de calcul est protégée, seule la zone de saisie laissée en blanc permet d’entrer les données.

Cet article est réservé aux abonnés.
Il vous reste 94% à découvrir.

Pour explorer cet article
Téléchargez l'extrait gratuit

Vous êtes déjà abonné ?Connectez-vous !


L'expertise technique et scientifique de référence

La plus importante ressource documentaire technique et scientifique en langue française, avec + de 1 200 auteurs et 100 conseillers scientifiques.
+ de 10 000 articles et 1 000 fiches pratiques opérationnelles, + de 800 articles nouveaux ou mis à jours chaque année.
De la conception au prototypage, jusqu'à l'industrialisation, la référence pour sécuriser le développement de vos projets industriels.

Cet article fait partie de l’offre

Qualité et sécurité au laboratoire

(129 articles en ce moment)

Cette offre vous donne accès à :

Une base complète d’articles

Actualisée et enrichie d’articles validés par nos comités scientifiques

Des services

Un ensemble d'outils exclusifs en complément des ressources

Un Parcours Pratique

Opérationnel et didactique, pour garantir l'acquisition des compétences transverses

Doc & Quiz

Des articles interactifs avec des quiz, pour une lecture constructive

ABONNEZ-VOUS