Logo ETI Quitter la lecture facile
open-source10241

Décryptage

L’open source en France : un levier de croissance face aux géants américains

Posté le par Iris Trahin dans Informatique et Numérique

Les logiciels open source et les services associés affichent dans l’hexagone une croissance soutenue. Ce secteur devrait générer environ 6 milliards en 2020, soit 13 % du marché des logiciels et services associés.

Sur le marché français, la part de l’open source a presque triplé en huit ans. Aujourd’hui, il représente 50 000 emplois dans le secteur des logiciels et services associés dont les principaux domaines sont le développement, le conseil et les infrastructures.

Grâce à un écosystème structuré en clusters, qui rassemblent près de 450 entreprises, la France apparaît comme un acteur majeur de l’open source en Europe.

Preuve du dynamisme des entreprises françaises, Linagora, un acteur majeur de cet écosystème, a remporté en octobre les deux principaux appels d’offres portant sur le support de logiciels libres dans les ministères. Le premier est un accord-cadre interministériel qui se repose sur le principe de mutualisation des prestations de support auprès de 42 ministères et autres entités administratives. Le second contrat de support avait à l’origine été mis en place pour favoriser la mise en concurrence et ne pas tout miser sur un unique acteur, précise le site lemagit.fr.

Malgré sa diffusion dans de nombreuses entreprises, l’open source est encore trop souvent confondu avec le logiciel libre. Selon la définition de la Free Software Foundation, le « logiciel libre » représente un mouvement social qui met en avant la liberté de l’utilisateur. L’Open source, qui fait référence à celle de l’Open Source Initiative, s’intéresse plus aux questions pratiques en termes de performance. Les logiciels Open source ont une vocation économique : réduction des coûts de développement, amélioration des codes, collaborations…

La bonne tenue de ce secteur s’explique par la mise en place de différents modèles économiques adaptés aux besoins spécifiques des entreprises. Les modèles les plus connus sont le « support et services » et « l’open-core ». Le premier s’appuie sur la fourniture de services pour les utilisateurs d’un produit open source : support, formation, conseil, travail de personnalisation… Dans le second modèle, le fournisseur de la solution open source offre une version améliorée comme un logiciel commercial propriétaire.  Parmi les fournisseurs qui se servent de ce modèle figurent Cloudera, SugarCRM et MongoDB.

Mais paradoxalement, le secteur open source français a du mal s’imposer dans l’hexagone sans avoir réussi auparavant son développement à l’étranger ! Des projets ont commencé leur carrière à l’étranger, et en particulier aux États-Unis où des capitaux risqueurs n’ont pas hésité à investir massivement. Le meilleur exemple est certainement Docker qui a levé 160 millions de dollars. Cette solution facilite les déploiements d’applications, car elle permet d’embarquer une application dans un conteneur virtuel qui pourra s’exécuter sur n’importe quel serveur. Cette start-up a rapidement noué des partenariats technologiques avec les éditeurs de distributions GNU/Linux comme Canonical (Ubuntu), Red Hat (Fedora) ainsi qu’avec OpenStack. En France, Alter Way a été l’une des premières SSII à signer un accord de partenariat avec Solomon Hykes, le fondateur de Docker.

Par Philippe Richard

Pour aller plus loin

Posté le par Iris Trahin

Les derniers commentaires

  • J’aimerais réagir à « Mais paradoxalement, le secteur open source français a du mal s’imposer dans l’hexagone sans avoir réussi auparavant son développement à l’étranger !  » Il existe aussi des entreprises Françaises qui décident de ne pas partir aux USA pour se faire connaître et sont capables de succès et l’investissement capitalistique n’est pas la seule mesure de succès d’un éditeur de logiciel.

    Par exemple l’entreprise que je dirige XWiki à fait se choix et a des succès (comme être par exemple le Wiki d’Amazon) à partie de la France. Peut être faut il aussi chercher le problème sur la source des news permettant de detecter les entreprises. Si les journalistes Français font leurs articles à partir des news US forcement alors on parlera surtout de Docker (qui le mérite bien cependant) et on oubliera beaucoup de sociétés Open Source Française qui le mériteraient aussi: Nuxeo, eXoPlatform, BonitaSoft, Nexedi et beaucoup d’autres..


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !