Logo ETI Quitter la lecture facile

Aéronautique/spatial : les promesses de la fabrication additive

Posté le par La rédaction dans Entreprises et marchés

Dans le secteur aérospatial, la prise en compte des enjeux environnementaux et économiques favorise le déploiement de solutions innovantes telles que l’allègement des structures ou l’ajout de fonctionnalités nouvelles sur des pièces à hautes valeur ajoutée. Raison pour laquelle ce secteur est un segment industriel privilégié pour le développement et l’utilisation des différentes technologies de fabrication additive (FA).

En aéronautique, les pièces pouvant faire l’objet de procédés additifs sont extrêmement variées et concernent de nombreux matériaux. Cela peut aller de la boucle de ceinture d’avion, à la cloison qui sépare la cabine passagers, en passant par les pièces des moteurs.

Dans le secteur spatial, la fabrication additive offre de belles promesses pour la fabrication des moteurs des lanceurs (tuyauteries, vannes, chambres de combustion), mais également pour la fabrication de pièces fonctionnelles et le remplacement de celles devenues défectueuses, lors de missions dans l’espace.

Dans tous les cas, le choix du matériau sera lié aux propriétés structurales et fonctionnelles recherchées, avec l’objectif parallèle d’allègement des pièces. Des propriétés thermiques, acoustiques, vibratoires, d’électromagnétisme, peuvent aussi être recherchées et conduire à utiliser l’une ou l’autre des technologies de fabrication additive.

Quant aux technologies de fabrication additive, il en existe plusieurs pouvant se substituer aux procédés classiques. Le choix de la technique FA appropriée étant dicté par l’application visée et la complexité de la pièce à produire.

Les pièces métalliques pour l’aéronautique et le spatial sont généralement fabriquées grâce à des technologies à base de poudres telles que la fusion sélective par laser (LBM), la fusion par faisceau d’électrons (EBM) ou encore le frittage sélectif par laser (SLS). Les pièces en polymère sont produites par dépôt de matière fondue (FDM).

L’approvisionnement et le contrôle de la composition chimique des matières premières seront une étape cruciale pour minimiser les défauts structuraux et répondre aux besoins des industriels de ce secteur.

Exclusif !  Cet article complet dans les ressources documentaires en accès libre jusqu’au 14 juillet !

Fabrication additive en aéronautique et en spatial, un article de Marc THOMAS, Cécile DAVOINE et Stefan DRAWIN

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !