Logo ETI Quitter la lecture facile

Chronique

Elon Musk pleure en évoquant la crise écologique dans un podcast avec l’animateur Joe Rogan

Posté le par Xavier Lula dans Énergie

Aux USA, Elon Musk est une idole de l'écologie. Tout comme Nicolas Hulot l'est en France. La crise écologique est d'une magnitude effrayante, hyper-angoissante, déprimante. Elon Musk tente de la résoudre avec les hightechs, en y travaillant 120 heures par semaine. Nicolas Hulot, lui, prône la décroissance et prend le risque de se faire traiter de "prophète de l'apocalypse". La vision du nouveau monde, l'Amérique, face à celle de l'ancien monde, l'Europe.

La montée en puissance de l’Asie, et plus précisément de la Chine, semble donner des sueurs froides à Alexandre Laurent, adepte du transhumanisme. La peur du « péril jaune » ne date pas d’hier. Dans une tribune publiée dans Le Figaro le 7 septembre 2018 Laurent estime que les écologistes comme Hulot sont les «idiots utiles de l’Asie» et empêchent l’Europe de devenir une puissance du « capitalisme cognitif » grâce à l’Intelligence artificielle. «Stop aux délires apocalyptiques. Les extrémistes verts nous démoralisent» déclare Laurent qui s’estime sans doute modéré, non extrémiste en écrivant cela, et qui aimerait que les Français se mettent à courir pour tenter de rattraper les asiatiques.

Mais courir vers quoi au juste ? Vers une hyper-technologisation de l’humanité ? Vers l’effondrement écologique ? Vers le mépris des droits de l’homme et des acquis sociaux ? La technologie peut-elle tout résoudre ? Des ingénieurs français estiment à l’inverse que le futur de l’humanité passe par les Low-Techs et la sobriété, et non par les High-Techs. La pollution atmosphérique à Pékin et à Delhi atteint des niveaux catastrophiques. L’Asie, dans une course face à l’occident, fonce dans le mur.

Entre un verre de whisky et un joint de cannabis Elon Musk, fondateur notamment de « Solar City », avait les larmes aux yeux quand il a évoqué l’ampleur de la crise écologique: «Nous jouons vraiment un jeu fou avec l’atmosphère et les océans. Nous prenons d’énormes quantités de carbone des profondeurs souterraines et nous […] mettons dans l’atmosphère, c’est fou. Nous ne devrions pas faire cela. C’est très dangereux. Nous devrions accélérer la transition vers une énergie durable. Je veux dire que ce qui est étrange, c’est que nous allons évidemment manquer de pétrole à long terme. Il n’y a que trop d’huile que nous pouvons extraire et brûler. C’est pourquoi nous devons avoir une infrastructure de transport d’énergie et d’énergie durable à long terme. Nous savons donc que c’est le point final, nous le savons. Alors pourquoi faire cette expérience folle où nous prenons des trillions de tonnes de carbone du sous-sol et le mettons dans l’atmosphère et les océans. Ceci est une expérience folle. C’est l’expérience la plus stupide de l’histoire humaine. Pourquoi fait-on ça? C’est fou.»

Qui, sauf celles et ceux qui auraient perdu le lien affectif avec la Terre-Mère, n’a pas été ému en visionnant le film « Une vérité qui dérange » d’Al Gore ? « Le syndrome du Titanic » de Nicolas Hulot ?  « Home » de Yann-Arthus Bertrand ? L’approche du solutionnisme technologique ne constitue-telle pas en réalité une fuite en avant et au final une stratégie de l’autruche ? Dr Laurent Alexandre est auteur du livre « La guerre des intelligences ». «Hier, j’étais intelligent et je voulais changer le monde. Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même» disait Rumi, un mystique soufi.

La France est le troisième exportateur mondial d’armes et l’Arabie saoudite et les Emirats arabes figurent parmi ses grands clients. Avec comme corollaire l’assassinat d’enfants innocents au Yémen. DmZvZvgWwAAtKZyQuelle « puissance », quelle « intelligence » ! Une semaine après la démission de Nicolas Hulot, Bruno Le Maire et Elisabeth Borne ont inauguré le porte-conteneurs Antoine de St-Exupery, qui pollue, selon France Nature Environnement, autant que 50 millions de voitures réunies. Hulot a évoqué ce porte-conteneur lors de son intervention sur France-inter le 28 août 2018 durant laquelle il a annoncé sa démission. Une arme de destruction écologique massive. «J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur» a écrit Saint-Ex dans le roman Le petit Prince, qui est connu dans le monde entier.  Comme une panne de l’avion Solar Impulse sur une île d’Hawaï. Ou d’un moteur d’Airbus A380.Hulot a lui aussi déclaré qu’il était seul: «où sont mes troupes ? qui ai-je derrière moi ?». Saint-Ex poursuit: «Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait : – S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !»

Pour la philosophe Laurence Vanin (Le Figaro) «ce conte exhorte à la métamorphose. Il incite à penser le réenchantement du regard et recentrer l’homme dans une humanité afin qu’il réinvestisse son rôle! Dès lors il paraît intéressant de s’interroger sur la mise en situation d’un homme incompris qui exécute un dessin et se trouve face à son destin (une panne de moteur en plein désert) (…) Désormais, il convient au lecteur attentif de visiter les planètes en alléguant autant d’analyses et de méditations sur le genre humain, ses égarements, ses démesures néfastes à son épanouissement que ces rencontres (symboliques ou insolites) peuvent susciter. Insistons alors sur l’idée que cette civilisation excessive, pointée du doigt par Saint Ex, désigne celle où l’être humain, dans sa spécificité, se condamne à une mort certaine parce que son être à soi lui est devenu difficile. Saint Ex invite donc à méditer ces fléaux qui menacent l’humanité. (…) Il livre les clefs d’une philosophie de la réussite de l’Homme universel dont la rencontre avec un renard l’incite à penser l’amitié, et le lien à la rose à redécouvrir l’amour.»

Redécouvrir l’amour. Elon Musk, habillé d’un T-shirt où est écrit « Occupy Mars », a précisément partagé un message essentiel durant sa conversation avec Joe Rogan: «C’est peut-être mièvre mais, pour moi, l’amour est la réponse. Passez plus de temps avec vos amis et moins de temps sur les réseaux sociaux». Iron Man qui redevient humain. « Occupy Mars » ? « Il roule il roule, comme les larmes qui coulent » , « il roule il roule, comme s’il allait quelque part, laissant là, dans la salle, sur le sol éparpillées, les fleurs du bal« . Elon Musk a confié: «Je ne pense pas que vous voudriez être à ma place, vous n’aimeriez pas tellement ».  Le spleen baudelairien. »Dehors le noir de la plaine, et puis le noir dedans».

De son côté Jacques Delpla, membre du Conseil d’analyse économique et membre de la Commission Attali pour la « libération de la croissance », estime que la démission de Nicolas Hulot est «une bonne nouvelle pour le climat». Selon lui «la rhétorique de décroissance des écologistes ne peut rien : les pays pauvres veulent devenir riches et donc consommer beaucoup plus d’énergie.»  C’était aussi l’avis de Claude Allègre, inventeur du concept de « croissance verte », un oxymore. Emmanuel Macron souhaite que la France soit une « puissance écologique », autre oxymore. Et Jacques Attali propose de son côté de transformer le ministère de l’écologie en « ministère de l’économie positive ».

« Couvrir toute la surface de la Terre avec des cellules solaires. C’est la vraie crise énergétique »

Alexandre Laurent mentionne dans sa tribune la vision de Jeff Bezos…En omettant de préciser qu’il s’agit d’une vision hautement solaire. Bezos, Musk et les Chinois ont compris que le futur de l’humanité est solaire. Pas Laurent qui préfère dénoncer les subventions versées dans le passé à ce secteur hautement stratégique. Et à propagerle mensonge selon lequel solaire et éolien signifient forcément davantage d’émissions de CO2.«Je ne veux pas que les arrière-petits-enfants de mes arrière-petits-enfants vivent dans une civilisation de stagnation» a déclaré Bezos. «Depuis un siècle ou plus, la consommation d’énergie en tant que civilisation augmente de quelques pour cent par an. Maintenant, si vous prenez la consommation d’énergie de base dans le monde entier et que vous la combinez à seulement quelques pour cent par an de croissance pendant quelques centaines d’années, vous devez couvrir toute la surface de la Terre avec des cellules solaires. C’est la vraie crise énergétique. Et ça arrive bientôt. Et bientôt, je veux dire dans quelques centaines d’années. Nous n’avons pas vraiment beaucoup de temps» a poursuivi l’homme le plus du monde.

«Alors que pouvez-vous faire ?» a interrogé le PDG d’Amazon. «Eh bien, vous pouvez avoir une vie de stagnation, où vous plafonnez la quantité d’énergie que nous utilisons. Vous devez travailler uniquement sur l’efficacité. En passant, nous avons toujours travaillé sur l’efficacité énergétique et nous continuons à accroître notre consommation d’énergie. Ce n’est pas comme si nous gaspillions de l’énergie. Nous nous sommes améliorés en l’utilisant avec chaque décennie qui passe. Donc, je pense que la stagnation serait très mauvaise. Maintenant, prenez le scénario, où vous vous déplacez dans le système solaire. Le système solaire peut facilement supporter 1000 milliards d’êtres humains.»

Jeff Bezos, tout comme le médecin Bertrand Piccard avec son avion solaire, fait la promotion de l' »esprit de pionnier ». Une religion de l’innovation et de la conquête pour tenter de combler un vide spirituel occidental ?

Dl6jRI3XoAItD2tEn Syrie l’énergie solaire est utilisée…pour faire la guerre.  La technologie peut-elle vraiment tout résoudre ? Il y a quelques décennies l’écologiste Jacques Ellul déclarait: «Dieu est mort, foudroyé par la « Technique », plus puissante, plus efficace. Les sociétés occidentales se forgent de nouvelles idoles : la voiture, la télévision, le smartphone». Les hélio-technoscientistes et autre professeurs Tournesol ont oublié un mythe de la Grèce antique où l’hubris était punie par la némésis.

A cause de ses trahisons réitérées Dédale est jeté avec son fils Icare dans le labyrinthe qu’il a construit à Minos, en Crête. Pour que son fils puisse s’échapper du labyrinthe Dédale eut l’idée absolument géniale de fabriquer des ailes semblables à celles d’un oiseau avec des plumes et de la cire.  Il ne fallait cependant ni s’approcher trop près de la mer, à cause de l’humidité, ni trop près du soleil, à cause de la chaleur. Mais Icare, euphorique et gargarisé par le vol, oublie l’interdit et prend de l’altitude. La chaleur solaire fait fondre la cire, Icare perd ses plumes et meurt noyé dans une partie de la Méditerranée appelée aujourd’hui mer Icarienne.

Jean-Gabriel Marie

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !