Logo ETI Quitter la lecture facile

Fessenheim : Totem nucléaire français

Posté le par La rédaction dans Énergie

La centrale nucléaire est devenue depuis l’élection de François Hollande à la Présidence le marronnier du débat sur la transition énergétique et sur l’avenir de l’atome en France.

Le nom de Fessenheim est apparu en 2012 dans la négociation entre Europe Ecologie Les Verts et les Socialistes en vue d’obtenir un accord électoral présidentiel. En échange de leur ralliement, les écologistes souhaitent une grande loi sur la transition énergétique qui graverait dans le marbre le désengagement progressif de l’atome (50% à l’horizon 2025) et l’arrêt d’une première centrale : Fessenheim. La doyenne des centrales nucléaire française, qui est dotée de deux réacteurs à eau pressurisée de 900 Mégawatts chacun, cumule des risques sismiques et de contamination de l’une des plus grande nappe phréatique du pays. La Droite l’opposition rappelle quant à elle que la centrale est aux normes et souligne que Fessenheim se trouve avant tout dans son bastion électoral alsacien. 

La loi sur la TE

Arrivé au pouvoir, François Hollande a dû user de trois ministres de l’Energie et de l’Ecologie en trois ans (D. Batho, P. Martin, S. Royal) pour parvenir à une loi sur la transition énergétique qui ménage le lobby nucléaire avec un plafonnement du parc installé tout en accélérant le développement des énergies alternatives et l’efficacité énergétique. C’est ainsi que la capacité du parc nucléaire français a ainsi été « plafonné » à son niveau actuel. Un moindre mal pour le secteur et une astuce pour le Président qui peut ainsi lier l’arrêt de Fessenheim à l’entrée en service de l’EPR de Flamanville, une nouvelle fois reportée à 2018, soit après les élections générales. François Hollande, dans une interview au Parisien, se justifie : « (l’arrêt de Fessenheim) En 2016, non, car la construction de l’EPR de Flamanville (Manche) a pris beaucoup de retard (…)

Mais ce qui importe, c’est d’engager toutes les procédures pour fermer Fessenheim. Nous le faisons. On pourra dire alors que c’est irréversible ». 

Symbole de l’héritage nucléaire

Le débat autour de l’avenir de la centrale de Fessenheim est caractéristique de la particularité énergétique française. Avec 75% de l’électricité produite par le nucléaire, la fermeture de la doyenne des centrales française est perçue comme le début du déclin du secteur et ce dans un contexte très difficile. La mise en service du fleuron de l’industrie nucléaire française, le réacteur de 3ème génération EPR, a encore été repoussée à 2018 cette fois (7 ans de retard sur le calendrier de départ) et la facture s’est considérablement alourdie (10,5 milliards d’euros contre les 3 initialement prévus) tout comme à Olkiluoto en Finlande. Seul l’EPR chinois devrait tenir délais et coûts. La filière est par ailleurs en pleine réorganisation : Areva, dans la tourmente financière, est ainsi en train d’être en partie absorbée par EDF. Et last but not least, la catastrophe de Fukushima a marqué les esprits, même les plus pro-nucléaires, sur la notion de risque et de l’inanité des prévisions probabilistes concernant les accidents nucléaires. 

En France, la montée en puissance des énergies renouvelables s’est heurtée à la nature d’un système haute tension centralisé sur de gros sites de production, moins à même de recevoir les contributions éparpillées des énergies renouvelables. Avec cette loi sur la transition énergétique, précédée par le Grenelle de l’Environnement sous la mandature précédente, les écologistes récoltent le principal fruit de leur accord pré-électoral avec les socialistes. 

Il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton

Le fait que Fessenheim ne soit pas fermée avant 2018 dans le meilleur des cas était en réalité prévisible. « Pour fermer deux réacteurs comme ceux de Fessenheim, il ne

suffit pas de tourner un bouton », expliquait Ségolène Royal en septembre dernier. Il faut au minimum 4-5 ans pour mener à bien avec l’Autorité de sûreté les formalités administratives relatives à la fermeture d’une installation nucléaire. Sans compter les problèmes d’acceptabilité inhérents, et surtout le calendrier politique…

Le maire de Fessenheim, Michel Sordi (LR), a dit regretter que le politique ne se substitue à EDF pour fermer une centrale, faisant de sa ville le symbole de la filière nucléaire française. C’est pourtant bien le résultat des prochaines élections présidentielles en 2017 qui scelleront le sort de la centrale. La Gauche disposant d’un confortable second et dernier mandat pour finalement tenir sa promesse ; La Droite  promettant quant à elle de sauver la centrale alsacienne.

Romain Chicheportiche

Et aussi dans
les bases documentaires :

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !