Logo ETI Quitter la lecture facile

Buzz de science

Israël : une start up se lance dans le poulet artificiel

Posté le par Xavier Lula dans Innovations sectorielles

SuperMeat, une start-up israélienne spécialisée en biotechnologies, promet des premiers blancs de poulet comestibles - sans tuer de poulet - pour 2020. Ils seront entièrement produits en laboratoire à partir de biopsies réalisées sur des poulets vivants.

Écologique, révolutionnaire, innovant, les qualificatifs utilisés par la société à l’origine du projet sont tous très élogieux. Dans une vidéo de présentation, ils n’hésitent d’ailleurs pas à évoquer leur concept comme LE moyen de mettre fin aux souffrances animales.

La start-up se base sur les travaux du Pr Yaakov Nahmias, chercheur en bio-ingénierie à l’Université Hébraïque de Jérusalem et cofondateur de SuperMeat. L’idée : prélever par biopsie, donc sans douleur a priori, des cellules sur un poulet vivant puis les mettre en culture. Disposées dans des incubateurs spécialement conçus, ces cellules vont se développer dans des conditions proches de leur environnement naturel. Selon un procédé industriel tenu secret, elles vont se comporter comme des cellules embryonnaires et donner des tissus qui vont devenir des muscles, de la chair comestible, identique à l’animal vivant.

Rendez-vous dans quatre ans

Ce sont, à terme, ces incubateurs que SuperMeat entend proposer aux restaurateurs, aux supermarchés et même aux consommateurs. Pour acquérir le premier prototype, la société a lancé une campagne de crowdfunding et espérait réunir 100 000 dollars. C’est plus du double qui a été collecté début septembre. Le premier incubateur devrait être prêt en janvier 2018 et le premier blanc de poulet artificiel serait commercialisé en 2020.

SuperMeat assure un goût identique à l’original, sans hormones de croissance, sans colorants, sans consommer outre mesure les ressources naturelles ou encore sans polluer massivement. « Notre solution permettrait de réduire de 99 % l’utilisation de terres cultivées, d’économiser 96 % en eau et de produire 99 % moins de gaz à effet de serre », apprend-on dans la vidéo.

Pour l’heure, la société a besoin de 2,5 millions de dollars pour développer son innovation. Et le prix de la viande ainsi cultivée devrait osciller entre 1 et 5 dollars le kilo.

Nadia Daki

Pour aller plus loin

Posté le par Xavier Lula

Les derniers commentaires

  • Bravo!!!
    Ils ont trouvé l’idée tout seul!
    Un autre sujet de recherche intéressant…
    Comment ne plus tuer les aborigènes (les gens qui vivent chez eux) –> Solution: biopsie de cerveaux.

    Autre sujet: Pourquoi interdire la commercialisation du moteur a eau?

    Autre sujet: Pourquoi parcourir le monde pour fermer les laboratoires réellement innovant pour le bien de l’humanité?

    Les pauvres poulets. Les pauvres producteurs de bon poulet à l’air frais.
    Ensuite la production de poulets sera interdite par vote de la tour de contrôle. et ensuite, jackpot!!!


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !