Logo ETI Quitter la lecture facile
La-fin-d-internet-pourrait-survenir-en-2023

En ce moment

La fin d’internet pourrait survenir en 2023

Posté le par La rédaction dans Informatique et Numérique

C'est en tout cas un scénario qu'envisage sérieusement Andrew Ellis, professeur à l'université d'Aston à Birmingham. Selon lui, le boom constant des échanges de données risque de générer un débordement irrépressible aboutissant à un crash d'internet.

Revêtez une toge blanche, munissez-vous d’un gong et partez dans la rue hurler « à l’apocalypse », comme dans Tintin et l’étoile mystérieuse parce qu’Internet risque de s’effondrer en 2023. Ce qui est presque synonyme de fin du monde. Enfin, ça, c’est si l’on accorde du crédit à la théorie d’Andrew Ellis.

Le britannique estime que d’ici six à huit ans, à cause de notre utilisation massive d’internet, le flux de données atteindra un niveau critique. Avec l’essor des smartphones, des services et applications liées, l’accumulation exponentielle des données et leurs échanges incessants, nous risquons de connaître un engorgement des « conduits », d’arriver à la limite d’internet : le « capacity crunch ».

Actuellement, les fournisseurs d’accès internet (FAI) ne réfléchissent pas véritablement à la question et envoient toujours plus de données par la fibre. Mais cette situation ne peut, à priori, pas durer éternellement; la demande va rattraper l’offre un jour ou l’autre. 

Une des solutions évidentes pour palier au problème de saturation serait de doubler le nombre de câbles de fibres optiques. Une entreprise qui s’avérerait coûteuse, autant pour les FAI que pour les utilisateurs car elle s’accompagnerait automatiquement d’une hausse du prix de l’abonnement.

Autre effet collatéral : les dépenses énergétiques liées à internet augmenteraient largement, elles aussi à un rythme soutenu. Quand on sait qu’elles connaissent déjà une hausse chaque année. À titre d’exemple, d’après le Daily Mail, « 16% de l’énergie consommée en Grande-Bretagne provient d’internet » alors que ce chiffre n’était pas si élevé par le passé.

Faut-il y croire ?

Le scénario d’Andrew Ellis est certes alarmiste, mais ne faisons pas de conclusion hâtive. Nombreux sont ceux invitant à la prudence dans la croyance de ses prédictions, incitant à relativiser, en regardant le passé et en ayant foi en l’avenir. Ce n’est pas la première fois que l’on assure qu’internet est arrivé dans sa zone de rupture (souvenez-vous, le Bug de l’an 2000, ou plus récemment encore, les inquiétudes au sujet de l’ère de l’internet mobile). Pourtant internet est encore là.

Des solutions existent. Et si elles n’ont pas encore été inventées, elles le seront. Ayons confiance en la loi de Moore, cette loi exprimée en 1965 qui prédit, pour l’heure assez justement, que les capacités technologiques doublent tous les deux ans (1,96 pour être exact). Laurent Lefèvre, chercheur à l’Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA) se veut bien plus optimiste que le professeur britannique : « on pourrait avoir en 2020 un réseau qui consomme 90 % de moins qu’en 2010, même avec l’explosion du trafic ». La logique actuelle tend vers l’optimisation. Que ce soit des logiciels, des applications, ou bien de la consommation des datacenters, très voraces en électricité.

Au vu des intérêts des consommateurs, des opérateurs et des fournisseurs de contenu (le trio magique), il semble peu probable que nous assistions sans rien faire à l’effondrement d’internet.

Par Sébastien Tribot

Et aussi dans
les bases documentaires :

Posté le par La rédaction

Les derniers commentaires

  • Internet va disparaitre mais il a réapparaitre aussi. il va disparaitre en 2023 il va réapparaitre en 2650, je me suis renseigner c’est ce que on ma dit.

  • La fin d’internet est déjà une réalité, voyons !!! Faut se réveiller on est en 2016, j’ai la fibre 20 méga soit un débit théorique 40 fois plus important que ma connexion de 2008, seulement je navigue à la même vitesse voir plus lentement. Pour moi, il y a également une saturation des données transmises, faut pas avoir fait polytechnique pour s’en rendre compte juste observer ! Bugs à répétition de la part des FAI, temps de chargement énorme pour la plupart des sites à causes des pubs et une programmation baclé … outre les problèmes de ressources électriques il y a également l’incompétence des générations prenant la relève ne sachant pas programmer, sans parler des pubs invasives, spam, généralisation du porno à tout va …. internet est devenu un calvaire et pourtant il parait que la technologie a explosé en terme de capacités, lol, la blague !


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !