Logo ETI Quitter la lecture facile

En ce moment

La graine de pastel enfin utilisée en cosmétique

Posté le par La rédaction dans Matériaux, Biotech & chimie

Un nouveau procédé d’extraction des protéines de pastel vient de faire l’objet d’un dépôt de brevet.

Pour la première fois, des protéines de pastel sont utilisées dans des produits cosmétiques. La société toulousaine Cocagne et Compagnie vient de commercialiser sa nouvelle gamme de soins pour le visage à base de ces protéines. L’intérêt ? Ses propriétés anti-âges qui en font un soin très prisé des femmes.

Alors que jusqu’ici le pastel n’était utilisé que pour son aspect colorant, il a suscité un regain d’intérêt à la fin des années 1990, tout d’abord pour des applications dans les domaines des textiles ou de la peinture, puis pour des cosmétiques, tel le maquillage, pour sa coloration bleue. Enfin, le pastel est une plante qui produit des graines en très grande quantités, d’où l’idée d’en extraire de l’huile. Mais l’abondance de graines fait que la seule fabrication d’huile ne suffit pas à tout utiliser. D’où l’intérêt de trouver une nouvelle utilisation à ces graines.

Coopération avec l’INP de Toulouse

Découvrant les propriétés antivieillissement du pastel, Cocagne et Compagnie a souhaité s’en servir pour ses cosmétiques, redonnant toutes ses couleurs à des graines de pastel sous-exploitées. Cette renaissance de la graine de pastel n’aurait pas été possible sans la mise au point d’un tout nouveau procédé permettant d’extraire la protéine. En effet, lorsque l’on produit de l’huile de pastel, on se retrouve avec d’un côté l’huile, de l’autre le tourteau, c’est-à-dire les graines écrasées. Ce reliquat contient les protéines convoitées. Pour les récupérer, Cocagne et Compagnie s’est tourné vers le Laboratoire de Chimie Agro-industrielle de l’INP à Toulouse. « Je travaille depuis de nombreuses années sur le pastel. Lorsque Cocagne et Compagnie est venu nous voir, nous avons été séduit par leur projet. Il nous a fallu une année pour mettre au point le procédé d’extraction » raconte Gérard Vilarem, directeur adjoint du laboratoire de chimie agro-industrielle.

En association avec le Centre de Ressources Technologiques CATAR, ils ont élaboré un procédé d’extraction à l’eau, sans solvant organique. A l’issue de l’opération, la fraction protéinique obtenue est directement utilisable par formulation. Le procédé a été optimisé de façon à le rendre le moins couteux possible. Le brevet déposé au printemps 2012 concerne le procédé et l’application, soit un procédé d’extraction de protéine orienté spécifiquement pour cette application cosmétique.

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique

 

Formation : Réglementation cosmétique et sécurité des ingrédients

Objectifs


  • Identifier les obligations réglementaires avant la commercialisation d’une formulation cosmétique.
     
  • Mettre en pratique la réglementation pour les produits cosmétiques.
     
  • Lister les actions à mettre en place et les échéances à respecter, en vue de la commercialisation d’une formulation cosmétique.
     
  • Piloter et interpréter une évaluation de la sécurité d’un produit cosmétique.

 

 

Par Audrey Loubens

Pour aller plus loin

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !