Logo ETI Quitter la lecture facile

Masquants et neutralisants dans le traitement de l’air

Posté le par La rédaction dans Environnement

Dans chacun de nos cahiers mensuels, redécouvrez la base documentaire.

La problématique des odeurs et de son ressenti est grandissante. Certaines études ont montré que la pollution odorante constitue le deuxième motif de plainte après le bruit, et cette importance donnée à l’odeur par les riverains est liée au fait que celle-ci est très souvent associée à la notion de toxicité, même si cela est sans grand fondement, les concentrations perçues par l’être humain étant très inférieures aux valeurs limites d’exposition existant pour les gaz toxiques Masquants et neutralisants dans le traitement de l’air [Masquants et neutralisants dans le traitement de l’air] [1]. Les règles générales sur l’acceptabilité des sensations odorantes qui peuvent être formulées sont les suivantes Masquants et neutralisants dans le traitement de l’air [Masquants et neutralisants dans le traitement de l’air] [2] :

  • toute odeur agréable devient désagréable à de très fortes concentrations ;
  • le caractère agréable ou désagréable d’une odeur dépend, pour une large part, de son contexte ;
  • les aversions pour les odeurs sont plus persistantes que les préférences ;
  • la tolérance vis-à-vis des odeurs désagréables diffère considérablement selon les individus.

Si des avancées scientifiques et technologiques ont permis d’améliorer la qualité des eaux que nous consommons et rejetons dans la nature, elles ont également engendré une augmentation sensible des nuisances olfactives liées à la collecte et au traitement des eaux usées. D’une part, les anciennes stations d’épuration sont rattrapées par le tissu urbain ; d’autre part, les nouvelles stations sont contraintes de s’implanter de plus en plus près des agglomérations. Par ailleurs, la modification de la structure des réseaux d’assainissement (de plus en plus longs) et parfois de la qualité des effluents (mélange de rejets industriels par exemple) favorise la formation de composés odorants dans les canalisations qui se dégagent ensuite au niveau des stations. En sus du problème des stations d’épuration, d’autres sources d’odeurs préoccupent les autorités. Les industries, mais également les exploitations agricoles ou avicoles, les CET (centres d’enfouissement techniques) ouverts à l’air libre, et d’autres types de structures, sont générateurs d’odeurs déplaisantes pour la population environnante. Même si, contrairement aux COV (composés organiques volatils), aucun texte de loi propre aux émissions d’odeurs n’existe à ce jour, il n’en reste pas moins un encouragement à tendre vers un rejet purifié, afin d’améliorer le confort du voisinage. En effet, selon le code de l’environnement, il y a pollution odorante si l’odeur est perçue comme une nuisance olfactive excessive. L’arrêté du 2 février 1998 relatif aux rejets des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) définit le niveau d’une odeur comme étant le facteur de dilution à appliquer à un effluent pour qu’il ne soit plus ressenti comme odorant par 50 % des personnes constituant un échantillon de population. Cet arrêté ne fixe pas de valeur limite sur les pollutions odorantes, mais seulement des prescriptions générales. C’est donc le préfet qui décide au cas par cas et qui fixe par arrêté préfectoral, le débit d’odeur (produit du débit d’air rejeté (en m3 · h–1) par le facteur de dilution au seuil de perception) à ne pas dépasser. La loi du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie stipule que les émissions olfactives excessives constituent une pollution atmosphérique et définit des plans régionaux pour la qualité de l’air en vue de répertorier, surveiller et maîtriser les sources de pollution atmosphérique et d’informer le public.

Cet article a pour objectif de discuter du mode de fonctionnement d’une solution palliative consistant à utiliser des produits dits « masquants et/ou neutralisants d’odeurs » pour éliminer des odeurs issues de sources diffuses. De nos jours, il existe une polémique sur l’action de ces produits, et peu d’études scientifiques ont été menées afin de répondre à un nombre certain de questions. Ces produits engendrent-ils réellement des réactions chimiques permettant de transformer et/ou d’éliminer les composés odorants dans l’air ? Ou agissent-ils simplement comme des parfums, en superposant une odeur censée être « agréable » à l’odeur dite « désagréable » ?

LIRE LA SUITE

Posté le par La rédaction


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !