Logo ETI Quitter la lecture facile
Visuel AFP

AFP

Nouvelles commandes pour le canon Caesar au salon Eurosatory

Posté le par AFP

KNDS France a engrangé de nouvelles commandes de la France, de l’Estonie, de la Croatie et de l’Arménie pour son canon automoteur Caesar, mis en lumière dans le conflit en Ukraine, à l’occasion du salon de défense Eurosatory.

Mercredi, le ministère français des Armées a annoncé avoir signé un « arrangement de coopération cadre pour l’acquisition commune de canons Caesar » avec l’Estonie et l’Arménie.

Cette commande groupée permet de réduire le coût unitaire. Le nombre de canons commandés n’a pas été précisé.

Selon une source proche du dossier, l’Estonie en achète 12 exemplaires. La Croatie compte elle aussi en acheter 12, a rapporté jeudi La Tribune, de même que la France, qui formalise l’acquisition annoncée en janvier de 12 Caesar au profit de Kiev.

Lundi, le ministre des Armées avait de son côté annoncé sur X la « signature d’un contrat pour l’acquisition de canons Caesar » par l’Arménie à l’issue d’un entretien avec son homologue Suren Papikyan. La commande arménienne porte sur 36 canons, a confié une source proche du dossier à l’AFP.

Le Caesar est un camion porteur d’un canon de 155 mm, capable de tirer six obus à 40 kilomètres en moins d’une minute. Il équipe l’armée française depuis 2008.

Paris en possède 58 exemplaires après en avoir cédé 18 exemplaires à l’Ukraine, et en a commandé 109 dans sa version dite « Mark II », à la motorisation plus puissante et à la cabine blindée. Les premières livraisons doivent intervenir en 2026.

Outre l’Ukraine, qui en a elle-même acheté six, ce matériel s’avère un succès à l’exportation. Avant les commandes annoncées dans la semaine, il avait été vendu à 336 exemplaires à l’Arabie saoudite, à la République tchèque, à l’Indonésie, au Maroc, au Danemark (19 canons depuis cédés à Kiev), à la Lituanie et à la Belgique.

Cette réussite a conduit KNDS France (ex-Nexter) a augmenter les cadences.

« Aujourd’hui, le rythme de livraison est de six par mois, il y a deux ans, on était entre un et deux par mois », a confié son directeur général Nicolas Chamussy. « En 2025, nous serons en capacité de passer à une cadence de 12 pièces d’artillerie par mois », a-t-il ajouté, soit autant de Caesar, à condition qu’Arquus et Tatra, qui fabriquent la plateforme roulante qui porte la pièce, suivent le rythme.

Arquus conçoit le chassis dans sa version six roues tandis que le tchèque Tatra fabrique la version huit roues.

« Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 Agence France-Presse. »

Posté le par AFP


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !