Livres blancs en téléchargement gratuit

Pour accompagner vos abonnements aux ressources documentaires et services, les Éditions Techniques de l'Ingénieur vous offrent les dossiers spéciaux de la rédaction sur des sujets variés, à télécharger gratuitement.

Chimie verte, nouveau secteur d'excellence français ?

Publié en juin 2017

Le secteur de la chimie tient une place transversale majeure dans l’écosystème industriel français. Dans ce contexte, l’émergence de la chimie verte apparaît comme une opportunité pour les acteurs d’un secteur qui reste très dynamique.

 

SOMMAIRE

CHIMIE VERTE : COMMENT S'ORGANISE LA FILIÈRE FRANÇAISE ?

LA CHIMIE DU VÉGÉTAL S'IMPLANTE DANS TOUS LES SECTEURS

La chimie du végétal est transversale, elle irradie dans tous les secteurs manufacturiers. Certains s'y intéressent pour améliorer leur bilan carbone, d'autres pour assurer la biodégradabilité de leurs produits et d'autres encore pour rendre leurs procédés plus propres. Le développement de nouveaux produits issus de la chimie du végétal se fait sous deux impulsions en parallèle. L'une vient de grands groupes industriels, chimistes ou non, l'autre de start-up qui cherchent des technologies de rupture et assurent tout un pan de l'innovation. Quelle que soit la voie empruntée, l'enjeu reste de trouver un marché preneur en se montrant compétitif et innovant. Agro-industriels  : piliers et moteurs de la filière

EMPLOI : DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES DIFFICILES À TROUVER

En France, la filière de la chimie du végétal commence tout juste à se construire. Elle offre de bonnes perspectives en matière de recrutement et d'embauches, mais elle recherche aussi beaucoup de profils hautement qualifiés et transversaux. La chimie a enregistré une forte baisse de ses emplois directs entre 2000 et 2010 (-54 000). Depuis, l'emploi stagne ou augmente légèrement. Dans ce contexte, l'avènement d'une chimie du végétal fait naître de nombreux espoirs de relance des embauches dans le secteur avec, en parallèle, l'apparition de nouveaux métiers, ou plus exactement de nouvelles compétences. Près de 15 % des emplois directs

CHIMIE DU VÉGÉTAL : POURQUOI CETTE FILIÈRE PROMETTEUSE NE SE DÉVELOPPE-T-ELLE PAS PLUS VITE ?

La chimie du végétal présente un potentiel économique évident, ne serait-ce que par l'alternative qu'elle propose à des questions environnementales, sanitaires et de durabilité. Mais, elle reste à consolider et à soutenir dans son industrialisation face à la forte compétitivité des filières fossiles. Pour l'association pour la chimie du végétal (ACDV), la France possède trois atouts essentiels pour créer une filière forte, stable qui embauche et crée de la valeur :
• la disponibilité des matières premières, la France étant la première place agricole de l'Europe
• un tissu industriel riche, la France se plaçant à la deuxième place des industries chimiques en Europe
• des filières agro-industrielles (première transformation) déjà bien structurées

LA BIOMASSE D'ORIGINE MARINE PEUT TOUT FAIRE

Les algues constituent désormais un pan entier du développement de la chimie du végétal. Que ce soit pour des biotechnologies dites bleues, comme ingrédients actifs ou comme matière première pour des matériaux biosourcés. Les algues contiennent à la fois de la cellulose, des colloïdes, des pigments, des protéines, des minéraux, et d'autres molécules actives variées selon les espèces. Un potentiel énorme pour la chimie du végétal autour duquel émergent nombre de projets et d'applications.

Vous souhaitez partager ce livre blanc ?    Facebook Twitter Linkedin
Chargement

Merci de patienter ...