Matériaux innovants & Nano

Matériaux innovants & Nano

Matériaux, innovation

Le ciment romain était plus solide !
21 juin 2013

Le ciment romain était plus solide !

Le ciment fabriqué autrefois par les Romains était bien plus solide que celui que nous obtenons grâce à nos procédés modernes. Explications.

Pas si fous ces Romains ! C’est ce que viennent de découvrir des scientifiques du Département des énergies du Berkeley National Laboratory en Californie. Le ciment romain était suffisamment résistant pour supporter 2000 années de vie. Une durabilité dont le secret vient d’être dévoilé et qui réside dans le processus de fabrication de l’époque. Les romains utilisaient tout simplement moins de chaux, qu’ils obtenaient en chauffant les fours à seulement 900°C contre 1450°C dans les fours actuels. Rien que cela permet d’économiser en rejet de CO2, dont les quantités émises sont plus importantes en brûlant une plus grande quantité de combustible.

Pour obtenir un ciment si solide et résistant aux attaques chimiques ou encore à l’eau, les romains mélangeaient de la chaux avec de la roche volcanique. Pour les structures sous-marines, la chaux et les cendres faisaient un mortier, le tout déposé dans des moules en bois. L’ensemble était ensuite immergé dans de l’eau de mer, provoquant instantanément une réaction chimique cruciale. La chaux ainsi hydratée réagissait avec les cendres pour solidifier la mixture dans son ensemble. 

Autre différence, le ciment Portland romain contenait plus d’aluminium et moins de silice, ce qui lui conférait une très grande stabilité. 

Pour analyser les éléments de ce ciment antique, l’équipe du professeur Monteiro a utilisé de la diffraction X en rayonnement synchrotron ainsi que de la microscopie. Ces mesures ont permis de mettre en évidence le rôle que pourrait jouer la pouzzolane, une roche naturelle, en remplacement des roches volcaniques : « La pouzzolane pourrait répondre à 40% de la demande mondiale en termes de ciment Portland. Il y a des sources de pouzzolane partout dans le monde. L’Arabie Saoudite n’a pas de cendres mais des montagne de pouzzolane » précise Paulo Monteiro.

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique





VOS COMMENTAIRES

Pour publier un commentaire, vous devez être identifié.

Aucun commentaire pour cet article.