Logo ETI Quitter la lecture facile

Culture

Episode # 4: Marc Bristow

Posté le par Marie Bationo dans Insolite

Episode # 4

A partir de juillet, Techniques de l’Ingénieur vous propose de suivre notre feuilleton de l’été : chaque semaine, découvrez les nouvelles de science-fiction sélectionnées dans le cadre de notre concours « Comment la science et les techniques façonneront le monde en 2086 ? ». Pour ce quatrième épisode décollez pour le village lunaire avec Marc Bristow

Janvier 2086 — Terre

Depuis quelques jours, le jeune Marc Bristow tentait de venir à bout de sa besogne. Ingénieur de formation et colonel de l’armée, il devait, avec l’aide de confrères, mener à son terme l’un des derniers chantiers de l’humanité : le village lunaire et sa station de décollage interplanétaire. Cela faisait déjà quelques décennies que les humains songeaient à retourner sur leur petit, mais pas si anodin, satellite. Force était de constater que le projet pour Mars était également extrêmement récent. On n’avait simplement pas pu ignorer la Terre bien longtemps, et l’explosion démographique avait conduit à faire réagir la haute sphère en revoyant les priorités humaines. L’implémentation d’une économie circulaire partielle dans l’alimentation notamment, avait permis de réaménager les zones agricoles. Les pays avaient ainsi créé de véritables régions urbaines futuristes sur une bonne moitié d’entre elles en moyenne, tandis que la nature avait repris ses droits sur les hectares restants. Ces mesures instaurèrent un équilibre certes imparfait, mais relativement efficace dans cette ère anthropocène.

Dans deux mois, M. Bristow devait se rendre sur la lune, d’où décollerait la première navette qui ferait un arrêt sur Mars, avant de partir en expédition. Parmi les différents cadres scientifiques de l’agence mondiale de l’exploration spatiale, issue de la fusion de plusieurs entités gouvernementales spécialisées dans ce domaine, c’est lui qui avait été choisi. D’un premier abord, c’était un honneur d’être l’ambassadeur de ce moment aussi important que la mission Apollo 11 ou aussi marquant que les voyages de Christophe Colomb. Il aurait droit à sa page dans l’Histoire… oui, mais c’était la théorie. Marc savait que les livres oubliaient les parties parfois bien moins trépidantes de la vie de ces figures. Il lui fallait certes décoller avec ce bijou de technologies qu’était le Leif Erikson ; hommage aux Vikings qui furent les premiers Européens à fouler le sol américain ; mais aussi participer à la conférence.

Pour ce jour particulier, les organisateurs avaient décidé de retracer l’histoire de l’homme et plus particulièrement des technologies. Depuis que la science-fiction existait et que l’être humain cultivait une fascination pour l’avenir, c’était devenu un exercice commun. L’un des plus notables remontant à la comparaison de l’année 2016 avec le très célèbre « Retour vers le futur ». La fédération choisit ainsi non pas un film, mais un événement particulier datant de 2016. Cette année-là, des éditions scientifiques avaient décidé pour leur anniversaire de réaliser un concours. Le thème ? Imaginer le monde de 2086 et son façonnage par les sciences et techniques. Marc Bristow devait analyser les textes lauréats ainsi que les illustrations qui ne manquèrent pas de l’amuser pour certaines. Il se souviendrait longtemps de l’image d’un univers futuriste, ou se mêlait des formes design avec des navettes dans chaque recoin, un monde de verdure et de glace… pourtant en regardant sa fenêtre il ne se trouvait toujours pas dans une scène du « Cinquième Élément », mais la végétation était bien là.

Mars 2086 – Terre

Il restait un peu plus d’une semaine pour parfaire son discours. Marc allait bientôt devoir quitter son appartement terrien pour son logement lunaire. Le dépaysement n’était pas si grand, les locaux ressemblaient tous à ceux sur Terre. Seules quelques différences en matière d’alimentation étaient notables. Sur Terre, l’autosuffisance énergétique et alimentaire était aujourd’hui un acquis pour tout un chacun. Marc se leva ainsi comme à son habitude, réveillé par son alarme, tandis que la baie vitrée qui occupait la façade extérieure changeait d’apparence. La vitre connectée générait une partie de l’électricité de la maison par le biais des cellules photovoltaïques transparentes recouvrant la quasi-totalité des surfaces électriques.

Cet écran géant qui permettait d’obtenir l’ambiance de son choix modula petit à petit son opacité pour laisser entrevoir les rayons lumineux ainsi que les zones d’affichage standards et personnalisables. Marc accéda ainsi rapidement à la météo du jour, ses rendez-vous et son planning qui lui rappelèrent bien vite qu’il n’avait pas le loisir de rêvasser, il partait dans une semaine, et devait finir son étude de textes pour la cérémonie. Ses dernières journées avaient été tellement occupées par la vérification des calculs pour les réacteurs à fusion de la fusée qu’il n’avait pas eu le temps de beaucoup avancer. Il mit ses lentilles bioniques, venues remplacer les lunettes de réalité augmentée. L’optique et le génie des matériaux biocompatibles couplés aux systèmes d’affichage avaient fait des miracles. Arrivé dans son salon, les détecteurs activèrent son rituel matinal ; bien que cette automatisation ne soit pas sa préférence en temps normal. Il était de ceux qui aimaient encore se procurer leurs denrées eux-mêmes. Plusieurs appareils étaient en place dans son logement, devenu abordable pour tout : systèmes d’aquaponie connectés, bioréacteurs personnels de spiruline, d’insecte… Lorsqu’il n’avait vraiment pas le cœur à cuisiner, mais souhaitait garder la main sur son menu, il lui restait toujours son imprimante alimentaire. Chaque aliment, qu’il soit cueilli ou bien fabriqué, était disposé sur un plateau électronique qui les scannait et lui permettait de conserver un régime équilibré, comme tout bon sportif et militaire en activité. Depuis quelques semaines, alors que les heures supplémentaires étaient de mise, il ne se refusait pas la chance d’utiliser ses robots ménagers. Ce qui lui donnait la possibilité de programmer son petit-déjeuner. Le gain de temps n’était pas un ennemi à la diversité. Il pouvait modifier son menu à tout moment en étant connecté par le biais de ses lentilles et autres dispositifs portables. Mais ça restait loin de son goût pour la cuisine qu’il pratiquait lorsqu’il en avait le temps.

Il s’installa dans la salle à manger devant son petit-déjeuner, tout en faisant apparaître les textes sur la surface de la table, fragmentant la zone en affichant une partie pour la prise de notes à reconnaissance vocale.

Sirotant tranquillement son café, il parcourut les quelques pages d’une nouvelle tout droit sortie de la publication des Éditions Techniques de l’Ingénieur 2016.

– Alors, comme ça les gens prévoyaient déjà que les surfaces tactiles et souples révolutionneraient le monde… l’imagination est bien la source du savoir.

Il continua sa lecture et découvrit beaucoup de petits détails qui le firent sourire. Les technologies qui forgèrent son enfance et sa vie d’adulte trouvaient leur origine dans bon nombre de projets du début du siècle. Il constata que la domotique avait maintenant sa place dans chaque foyer. Qui n’avait pas de robots d’assistance personnelle ? Certes, les travers de l’intelligence artificielle étaient contenus en ne donnant pas plus d’importance à ces automates qu’à un balai, mais ils étaient bien utiles ! C’en était fini des travaux pénibles tels que : l’usine, le ménage… les androïdes s’en chargeaient. Mais il restait bien sûr des emplois pour les concevoir !

Le second point qui attira son attention fut lorsqu’il arriva sur les créations graphiques et illustrations. Elles étaient toutes indéniablement magnifiques. Les lauréats n’avaient pas volé leur place. Ce fut le contenu, plus que la forme, qui l’interpella. Si certaines, utopies, le firent rêver avec des stations de téléportation, d’autres étaient criantes de réalisme. L’une d’elles dépeignait l’ancêtre de la médecine de son époque. Sur l’image, un système de production en temps réel d’organes était représenté aux côtés de prosthétiques bioniques. Ce n’était pas si loin de la vérité. Les parties humaines étaient remplacées et les personnes pouvaient avoir accès à des augmentations bio électroniques. Ces dernières restaient peu démocratisées du fait de leur prix. Toutefois, l’armée en était friande grâce aux interfaces neuronales issues des découvertes réalisées à l’aide de technologies telles que les memristors. Enfin, lorsque les troupes humaines étaient encore de mise entre les machines en tout genre qui peuplaient les fronts. De ce côté, Marc lui-même avait déjà remplacé un rein défectueux et subit une greffe neuronale pour son bras, perdu en servant la patrie. Le bénéfice majeur de cette évolution médicale était la fin des listes d’organes. Se remémorant ces détails qui lui paraissaient acquis, il réalisa sa chance en comparant sa vie avec celle du début du millénaire. Pensif, il sortit une fiche électronique translucide de sa poche. Il posa ce petit système sur l’image de la table avec les prothèses. Objet qui lui avait permis de profiter si facilement d’une autogreffe lors de son opération des reins.

– L’être humain sait faire des merveilles en fin de compte, s’avoua le jeune officier.

En effet, depuis longtemps le génome humain était maîtrisé : chacun possédait cette carte cryptée ainsi qu’un matricule pour, entre autres, les banques génomiques et de cellules-souches. Ce système de santé permettait d’utiliser les informations du patient dans les outils d’impression des hôpitaux. Matériel indispensable qui serait embarqué sur la navette spatiale pour mars.

En se levant pour se rendre dans son bureau, il fit tomber sa tasse.

– Non… pas encore… se plaignit-il voyant sa tasse, vide, brisée sur le sol.

Un des robots se dirigea immédiatement sur la zone sinistrée pour ramasser les débris.

– Souhaitez-vous remplacer la tasse ?

– Oui, fit Marc las d’acheter des matières premières faute d’attention.

Les hologrammes qui utilisaient la technologie de réalité augmentée de sa lentille couplée à des capteurs environnementaux s’activèrent. Plusieurs objets grandeur nature ou avec zoom étaient visibles, dont celui qui venait d’être cassé, proposé par défaut. Le colonel fit défiler les modèles avant de se rabattre sur un design original, d’une nouvelle couleur et en céramique, soulagé de constater sur l’affichage que la quantité de matière en stock était suffisante. Après validation du prototype, la tasse imprimée en 3d fit son entrée dans les placards vitrés de la cuisine. Rangements qui n’accueillaient que le strict minimum. S’assurant cette fois que tout était parfait il rejoignit son bureau pour rédiger son discours en parcourant les quelques récits et illustrations restants.

Mars 2086 – Village Lunaire

Après un voyage entre la Terre et la Lune, Marc était enfin arrivé dans ses quartiers. Il avait pris place dans la base militarisée, à quelques mètres de la zone où il donnerait son discours, avant le décollage.

Après une vérification, qui dura plusieurs jours, des différentes équipes qui partiraient à bord du Leif Erikson, le colonel prit le temps de se poser. Le jour de son allocution était proche. Plus que 24 heures avant de déclamer, aux yeux du monde, son analyse des technologies du 21e siècle… lui qui n’était ni écrivain ni historien.

Le jour J. le colonel Marc Bristow se dirigea solennellement vers son dressing numérique. Il choisit un uniforme de circonstance parmi les hologrammes affichés. Une fois sélectionnés, les vêtements, pliés et immaculés, étaient acheminés par une trappe. La numérisation intégrée à ce dressing avait permis de fournir un uniforme adapté à sa physionomie parmi les stocks de la station, même si la fabrication en temps réel sur mesure était également possible. Ces options étaient bien utiles dans la vie de tous les jours, d’autant que, depuis son dernier séjour sur la lune, le colonel avait augmenté sa stature grâce à ses entraînements. Tout en se préparant il fit défiler ses messages et le planning de sa journée en connectant sa montre d’un simple contact avec le mur.

Tout était en ordre.

Il enfila une paire de chaussures, mit ses lentilles et se rendit dans la salle de cérémonie. En entrant dans l’arrière-salle, le colonel jeta un œil à son discours en activant ses lentilles. L’avantage certain de ces verres de contact était de ne plus avoir l’air de lire bêtement des notes… personne ne les voyait, maintenant.

Tout était prêt. Un présentateur lui fit signe de monter sur l’estrade. Les télévisions présentes retransmettaient en direct sur Terre. Ce n’était pas tous les jours qu’on lançait la première mission humaine d’une telle ampleur. L’avancée technologique et l’endiguement des effets anthropiques néfastes sur le climat n’y étaient pas pour rien. Il remercia la foule : entre dirigeants, militaires, civils sélectionnés pour Mars, communautés scientifiques… l’audience était variée.

– Bonjour à tous, aujourd’hui… il s’arrêta brusquement l’air affolé.

Il scruta les personnes présentes, personne ne semblait entendre la sirène stridente qui s’était soudainement mise à résonner. C’était l’alarme d’urgence. Il tenta de se ressaisir. Il était le seul à paniquer.

Le bruit continua de plus belle. Aucun doute possible : leur vie était en jeu.

– Évacuez sur le champ ! s’écria-t-il face à des spectateurs interloqués.

Sa tête fit non pas un, mais deux tours… il saisit ses oreilles. Ce bruit lui était insupportable et rien ne semblait en expliquer la cause. Il devait y mettre un terme… Seul, il ferma les yeux, désespéré.

Le noir complet l’enveloppa. L’alarme résonnait encore dans la pénombre. Telle une sirène qui cherchait à réveiller les morts. Tout devint noir.

Dans une chambre, quelque part sur Terre en 2016, un jeune garçon se réveilla en trombe et éteignit son alarme d’un coup sec. Il était 7 h 30. Le son aigu qui avait marqué la fin de son escapade imaginaire dans le futur s’arrêta enfin. Les yeux à peine ouverts, il n’avait pas encore perdu le fil de ses pensées, mais elles se dissipèrent peu à peu…

– Ah… où j’ai mis mon crayon ? se lamenta-t-il, à peine réveillé.

L’auteur amateur venait une fois de plus de rêver son récit. Le sommeil : véritable muse et fléau pour tant d’artistes qui peinaient à retranscrire sur le papier ces péripéties et pépites qui se perdaient dans leur esprit embrumé du matin.

L’écrivain, ayant trouvé son stylo, s’empressa de noter sur une feuille son songe durant lequel il avait incarné le rôle d’un jeune ingénieur, ambassadeur des humains lors du premier voyage par-delà Mars.

Le temps jouait contre lui s’il souhaitait soumettre son texte au concours de nouvelles, afin de partager le regard qu’il portait sur le monde de 2086.

C. M. Lewden

Pour aller plus loin

Posté le par Marie Bationo


Réagissez à cet article

Commentaire sans connexion

Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.

Captcha

Connectez-vous

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.

INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !